08 - La descente aux enfers de Dieudonné

Publié par jean jean

 La faune qui entoure Dieudonné exerce une telle influence sur lui, désormais, qu’elle l’embarque vers d’étranges expéditions au Proche-Orient, tout d’abord au Liban et ensuite en Syrie. Présentées comme visites officielles, ces visites sentent fort l’improvisation la plus totale : des officiels, tels le représentant de la radio et de la télévision du Hezbollah (Al Manar), ne sont pas présents. Aurait-on voulu les placer au pied du mur en acceptant la visite d’un comique inconnu là-bas ? Ces visites au pas de charge (elles ne durent que le temps de faire des photos !) sont l’œuvre essentiellement d’un homme, Frédéric Chatillon, pilier du groupe néo-fasciste estudiantin du GUD, qui a tissé de forts liens commerciaux avec le régime syrien et sa frange libanaise. L’autre personnage de l’ombre étant le nouveau responsable du réseau Voltaire, qui vient juste alors de faire une sorte de coup d’Etat avec un triumvirat de départ remplacé par Thierry Meyssan, associé désormais au principal représentant d’un parti syrien néo-fasciste, qui en a pris la présidence effective. Ce que les lecteurs du site ignorent tous, ou presque. Que fait le champion des démunis ou des cent-papiers avec ces drôles de zigs, voilà tout le problème. A l’époque, déjà, les spectacles du comique se font plus rares, des villes ayant émis des réserves à sa venue. Or Frédéric Chatillon s’est déjà vanté à cette époque de travailler pour le régime syrien, en échange bien entendu de subsides conséquents. Son travail de contrepartie consistant à présenter en France un régime syrien fort décrié comme présentable. On découvrira sept ans plus tard que le même Chatillon avait depuis l’arrivée de Marine le Pen la mainmise sur la cagnotte du FN… celle dont avait essayé de parler François Duprat avant de disparaïtre… explosé façon B.Blier dans sa voiture.
Le « Dieudonné International Tour » s’arrête d’abord au Liban
http://centpapiers.com/wp-content/uploads/visite-liban.jpg
  • L’entregent de Marc Robert va fournir à Dieudonné un réseau de soutiens dont la manifestation la plus évidente en cette année 2006 est un étrange voyage (et court)… au Liban, auquel vont participer Dieudonné, Robert/George, son responsable de campagne, mais aussi Alain Soral, Thierry Meyssan et Ahmed Moualek. de la « Banlieue S’Exprime ». Ils arrivent à Beyrouth lundi 28 août en fin de matinée. A peine descendus d’avion, ils visitent les ruines de la guerre et l’artiste, devant les ruines, déclare  »je crois qu’un déclic dans la résistance mondiale face à l’impérialisme des États-Unis et d’Israël s’est produit en juillet au Liban. Pour la première fois l’armée israélienne a été battue. C’est le début du reflux de l’empire. » Son obsession demeure. Comme l’indique Réflexes, c’est plutôt le choix que font ces visiteurs de leurs interlocuteurs qui laisse pantois : http://centpapiers.com/wp-content/uploads/aoun2.jpg
  • « Ils étaient officiellement allés se rendre compte sur place des dégâts provoqués par les bombardements dans la banlieue sud de Beyrouth. De fait, c’était le premier voyage international du candidat Dieudonné. L’équipe a été reçue par le Président Lahoud, le général Aoun, le Président du CNA (équivalent du CSA), un lambda de la chaîne Al Manar puisqu’ils s’y sont raboulés sans prévenir, le Président du groupe « Soutien à la résistance » (Hezbollah) au parlement, le Président du Parti National Social Syrien (PNSS), le vice ministre des affaires étrangères de Syrie… Nous avions à l’époque tiqué sur le Parti National Social Syrien (libanais par ailleurs), appelé aussi Parti Social National ou Parti National-Socialiste Syrien !! Leur bannière est sans ambiguité, la tornade remplaçant la croix gammée et le rouge et le noir du drapeau s’interchangeant avec le drapeau nazi. Le fondateur, Antoun Saadé, avait été dans les années 30 un grand admirateur des régimes fascistes européens. Le parti, rigoureusement laïc, milite pour une grande Syrie allant de Chypre ( ?!) à l’Irak en passant par la Palestine, le Sinaï et la Jordanie !! Aujourd’hui partie de la résistance libanaise, de la tendance pro-syrienne évidemment, il ne laisse pas forcément de bons souvenirs dans les mémoires libanaises (quel parti en laisse, d’ailleurs ?).http://centpapiers.com/wp-content/uploads/meyssan-liban.jpg
  •  Dans les années 70, le néo-nazi François Duprat, alors numéro deux du Front National, correspondait régulièrement avec eux. Pourquoi ce groupe plutôt qu’un autre ? » Encore un lien évident avec une extrême droite dangereuse, cette fois, comme l’a relevé Réflexes, quand on sait comment à fini Duprat, fervent négationniste, alors numéro deux du Front national (déchiqueté par une bombe dans sa Citroën GS). Il était alors en train de rédiger un livre « Argent et politique« , dans lequeil il promettait des révélations… explosives (y compris sur le financement du FN). Question argent, le but réel de la visite de l’équipe Dieudonné au Hezbollah n’est pas très clair mais on le suppose : d’aucuns songent alors à un possible financement de campagne électorale. Ce qui est rigoureusement interdit par la loi électorale française.
    Etrange drapeau qui rappelle des choses !
    http://centpapiers.com/wp-content/uploads/PSNSbis.jpg
  • Ce n’est pas le seul contact embarrassant pour Dieudonné. Celui de Meyssan l’est tout autant, sinon le plus gênant, via la personne qu chapeaute son site internet. L’autre personnage gênant s’appelle Issa El-Ayoubi et il n’est autre… que le vice-président du Réseau Voltaire, ce qu’on a tendance à complètement occulter depuis des années, lorsqu’on parle de Meyssan et de la provenance mystérieuse de ses subsides. Or El-Ayoubi est aussi l’un des responsables du Parti social-nationaliste syrien (PSNS), justement, ce parti fondé en 1932, que François Duprat avait salué jadis en ces termes :  »il représente la tendance la plus authentiquement fasciste du mouvement nationaliste arabe, et cela depuis sa fondation «  avait-il écrit en connaisseur.http://centpapiers.com/wp-content/uploads/El-Ayoubi-good.jpg
  •  Son fondateur, Antoun Saadé (exécuté le 8 juillet 1949), était un grand admirateur d’Hitler et lui-même un pro-nazi (alors qu’il avait nié l’être dans un discours en 1935), allant jusqu’à reprendre le Deutschland über alles comme hymne officiel, et se choisir un drapeau proche de celui de la sinistre satwiska. En résumé, Meyssan avait créé son organisme chargé de parler de parole en liberté avec l’aide d’un extrémiste de droite avéré ! En pleine guerre israélo-libanaise de 2006, on l’a vu, c’est le président du PSNS, Ali Qanso qui avait reçu à Beyrouth, la délégation comportant comme on l’a vu Thierry Meyssan, Alain Soral, Marc Robert, Ahmed Moualek et Dieudonné, ! Meyssan était donc ce jour-là « invité » par le fondateur de sa propre organisation ! La ficelle paraît après coup un peu grosse, après coup !
    Le propriétaire du réseau Voltaire n’est plus celui qu’on pense
    http://centpapiers.com/wp-content/uploads/el-ayoubi-35a83.jpg
  • Un voyage préparé les 17 et 18 novembre 2005 jour où Issa El-Ayoubi intervenait au colloque « Axis for Peace » de Bruxelles, tenue au très officiel Residence Palace, réunion seule du nom à ce jour, dans laquelle figurait Meyssan. Axis for Peace, réunion pro-syrienne créée pour l’occasion où l’on trouvait comme rédacteurs Silvia Cattori (déjà citée ici), Annie Lacroix-Riz, historienne complotiste de la défaite de 1940, ou Alain Benajam, qui est aussi président du réseau Voltaire, chargé du « réseau international » et dirigeant du « réseau voltaire france » (et présent sur Agoravox, hélas !), un réseau dont le vice président André Chamy est l’ancien avocat français de Saddam Hussein qui cite dans ses rapports Jacques Cheminade ou Christine Bierre, Jean Bricmont, Michel Collon, Webster G. Tarpley, le conspirationniste le plus connu du 11 septembre et… Dieudonné M’Bala M’Bala ! On revient au même personnage, donc, et aux mêmes admirateurs, et à un circuit fort opaque de financement de groupusules d’agitateurs tous issus de l’ extrême droite. Benajam avourera ici-même un financement occulte « venu d’on ne sait où » pour l’organisation de la conférence de 2005 : « Michel Sitbon, dont le père était un proche de l’État d’Israël, décida de nous couper tout financement. Nous eûmes brièvement par la suite quelques relais de généreux donateurs qui nous permirent, entre autres, d’organiser la conférence Axis for Peace à Bruxelles, en 2005, mais finalement nous nous trouvâmes hors d’état d’entretenir notre siège et l’équipe de 5 permanents que comptait l’association. » Qui étaient donc ces « généreux donateurs », voilà qui demeure floumais la Syrie est la première citée désormaisEn fait, tout s’était joué au début de la même année, où le groupe fondateur du réseau avait éclaté, en raison de son… antisémitisme flagrant au sein du réseau, selon les évincés : « en février 2005, trois autres membres du conseil d’administration, Michel Sitbon (PDG des éditions Dagorno) trésorier depuis la fondation en 1994, Gilles Alfonsi, représentant le Parti communiste français, et Jean-Luc Guilhem, quittent l’association. Ils estiment que, « sous prétexte de résistance à l’impérialisme américain, les accommodements avec les impérialismes chinois et russe et les rapprochements avec les islamistes traduiraient une dérive antisémite latente au sein de l’équipe de direction » (*). En résumé, Meyssan resté seul à bord avec son pro syrien d’extrême droite était clairement accusé d’antisémitisme. Logique, en ce cas, pour Dieudonné, de lui faire des yeux doux !
    la Syrie des gudistes
    http://centpapiers.com/wp-content/uploads/syrie-9-ea3ff.jpg
  • Le voyage au Liban étant suivi d’un autre en Syrie, justement : quel hasard…la Syrie. Une photo restée célèbre fait l’inventaire des participants, posant sous un portrait de Bachar el Assad. Outre ceux déjà cités, on y découvre un personnage supplémentaire : Frédéric Chatillon, ici à droite sur la photo. C’est à lui que le groupe doit ses contacts avec les syriens, car il connaît bien le pays et encore mieux ses dirigeants. Et lui aussi traîne de belles casseroles d’extrémiste notoire, désormais membre d »un agence de communication, Riwal, ayant hérité de marchés publicitaires… pour le régime syrien (le financement « occulte » n’est donc pas si difficile que ça à tracer !). Car, comme le dit encore Réflexes,  »on retrouve aujourd’hui, chez Riwal, deux figures de l’époque : Frédéric Chatillon et Jildaz Mahé O’Chinal. Ces deux-là se connaissent depuis longtemps. Quand ils étaient étudiants, ils avaient fondé l’association du Marteau de Thor (un dieu nordique) où les étudiants d’extrême droite s’entraînaient aux sports de combat. Ils sont aussi tous deux proches de Dieudonné et d’Alain Soral. M. Mahé O’Chinal a été confondateur aux côtés de M. Soral et d’un autre ex- »gudard », Philippe Péninque, d’Egalité et réconciliation. Aujourd’hui, M. Péninque est un conseiller très écouté de Marine Le Pen. M. Chatillon, quant à lui, a accompagné Soral et Dieudonné, à l’été 2006, lors d’un voyage au Liban et … en Syrie, pays dans lequel il dispose de nombreux contacts au plus haut niveau. Une région où se rend très régulièrement Frédéric Chatillon ». Un Chatillon qui a eu longtemps des liens très étroits avec le régime de Bachar el Assad, comme le montrera sept ans plus tard, le 11 septembre 2012, Wikileaks qui révélera les échanges de courrier entre le pouvoir et lui. Cela datait du mois d’août 2011 pendant lequel L’organisation bidon « Syria is fine » avait invité à visiter la Syrie (du 21 au 24 août 2011) pour montrer que tout allait bien et qu’il n’y avait pas de répression de la population. Au moment même où les troupes d’Assad massacraient le pays !

    http://centpapiers.com/wp-content/uploads/chatillon_syrie-19fef.jpg

    Chatillon et l’argent du FN

    Le même Chatillon gardant durant tout ce temps des liens discrets et secrets avec le FN, ce qu’on ne retrouvera que récemment, lors d’une enquête de Mediapart montrant que c’est le GUD qui détient aujourd’hui les cordons de la bourse du parti de l’héritière : « chef emblématique du GUD dans les années 1990, Frédéric Chatillon (et sa société de communication Riwal) a conquis, selon Mediapart, le monopole de la communication de la présidente du FN. Prestataire phare de la campagne frontiste de 2012, l’ancien leader du GUD a facturé 1,66 million d’euros (presque un cinquième des dépenses déclarées par la candidate) des prestations allant de l’impression des affiches à l’envoi de SMS en passant par la campagne Internet et les applications pour smartphones. Lors des cantonales de 2011, c’est la même Riwal qui a fabriqué les kits de campagne proposés parle micro-parti de Marine Le Pen, Jeanne, aux candidats FN, facturés minimum 2.500 euros chacun ». Les kits dont la démonstration s’était faite, rappelez-vous… dans la salle de Dieudonné, à la Main d’Or ! Auparavant, l’imprmeur du Front s’appelait Fernand Le Rachinel, qui possède « Off’7″, « Le Cornec » à Vire, « Saint Barth Offset » à Saint-Barthélemy, » Lutèce Impressions » à Paris, et « Schaeffer » également à Lille).L’homme avait avancé 8 millions d’euros d’impression au FN, qui ne l’avait pas remboursé : la Cour d’appel de Versailles a condamné en 2009 le parti à lui rembourser 6,3 millions d’euros et à lui verser en plus 600 000 euros d’intérêts. Se venger, Le Rachinel le fera, à sa façon, en décidant d’imprimer tracts et affiches de la liste « antisioniste » de Dieudonné et d’Alain Soral en Ile-de-France (Soral depuis qu’il a quitté le FN est considéré comme traître par les « anciens » : c’est lui même qui l’a avoué)http://centpapiers.com/wp-content/uploads/riwal_syria-6d8b9.jpg
  • !  »Marc George [un proche d'Alain Soral et de Dieudonné] me connaissait du temps où il était au FN, du coup ils m’ont demandé des devis, ils savent que j’ai du savoir-faire et que je tiens les délais » , raconte Fernand Le Rachinel.  »J’ai fait les affiches pour 8 300 panneaux en Ile-de-France, ainsi que les documents officiels. Ils sont solvables, ils m’ont réglé d’avance et comptant, cela doit représenter entre 200 000 et 300 000 euros. Dans la mesure où je pense qu’ils vont faire 3 %, je vais leur rendre leur chèque et c’est l’Etat qui me paiera » , ajoutait l’imprimeur dans le Monde du 26 juin 2009. « J’imprime tous ceux qui veulent venir chez moi », tout en reconnaissant que la situation l’ »amuse effectivement » , car elle peut faire enrager « Dubois [tête de liste FN en Ile-de-France] et “Fifille” [Marine Le Pen]« . http://centpapiers.com/wp-content/uploads/mustapha-3ea1f.jpg
  • Une seule question restant : d’où venait cet argent réglé rubis sur l’ongle ? C’est bien là tout le problème, connaissant les sources financières de Frédéric Chatillon ! « Du côté de la « Liste antisioniste », on confirmera avoir fait appel aux services de M. Le Rachinel, via sa société Ulfima, domiciliée à Meudon (Hauts-de-Seine) ». Dans le même article, on apprendra que « Riwal aurait par ailleurs perçu entre 100 000 et 150 000 euros par an du régime syrien de Bachar al-Assad, pour gérer sa communication », ce qui confirmait les soupçons établlis juste auparavant. http://centpapiers.com/wp-content/uploads/fils-3-c23eb.jpg
  • Fait embarrassant découvert, c’est que Chatillon se cache également derrière la fondation du site infosyrie.fr, un site de “réinformation” (?) sur le conflit syrien, dont la domiciliation n’est autre que celle de la société Riwal. Là où ca devient croquignolet étant une autre photo, celle de sa rencontre avec Dieudonné et les Tlass, père et fils, fidèles du régime Assad (le fils a fait depuis défection et s’est réfugié en France). Dieudonné et Soral ont-ils cherché eux aussi à se rapprocher du régime syrien en échange de subsides, la question reste posée. La suite des choses démontrant qu’ils ont tenté de le faire ailleurs, en Iran, comme on va le voir un peu plus loin. En iran, où il n’ont pas que tenté de le faire…Mais l’ont réussi.

    (*) « Que s’est-il passé pour que le Réseau Voltaire soit devenu une officine complaisante tout à la fois envers les intégristes musulmans, les militants de la Serbie de Milosevic, les faurissoniens et les « rouges-bruns », en même temps qu’il se rallie avec enthousiasme à la politique de l’Elysée ? Comment Thierry Meyssan, qui a été un militant ardent et reconnu contre l’extrême droite a-t-il pu rompre avec les valeurs essentielles qui ont fait son engagement depuis des années et, du même coup, comble du comble, décider de « donner raison » a posteriori, à ceux qui, depuis la parution de son livre L’effroyable imposture, lui ont collé l’étiquette de « négationniste » ? 

    « Pour les signataires de ce texte, les désaccords sont devenus nets au cours des derniers mois, et ils se sont cristallisés lors des récentes réunions du conseil d’administration, des assemblées qui se tenaient trop rarement. Le premier indice inquiétant est apparu, il y a plus d’un an, sous la forme d’un « lapsus » du secrétaire général du réseau, Jean-Claude Ramos. Il avait alors déclaré que la campagne contre Thierry Meyssan devait être attribuée au « lobby juif ». Cela avait suscité plusieurs réactions, dont celle de Michel Sitbon, trésorier du Réseau Voltaire et membre de son conseil d’administration depuis l’origine, qui avait dénoncé le recours à ce concept, issu du registre antisémite classique, aussi rance que dépourvu de pertinence. Il s’étonnait aussi que l’on s’expose aussi inconsidérément à donner raison aux accusations d’antisémitisme proférées, par exemple, par Alain Lipietz, en vertu d’un syllogisme insupportable suivant lequel émettre des doutes quant à la nature de l’attentat du 11 septembre revenait à critiquer la politique américaine, ce qui serait contre les intérêts d’Israël, et donc antisémite… Thierry Meyssan, tout en rendant hommage au trésorier pour son intervention, avait alors considéré qu’il ne s’agissait que d’une maladresse d’expression de Jean-Claude Ramos. Nous pouvons maintenant prendre la mesure de combien ce dérapage loin d’être une simple « maladresse », était en fait un indice révélateur du cours nouveau qui s’imposait déjà à Voltaire, à notre insu. » 

    http://centpapiers.com/wp-content/uploads/skba-0eadc.jpg
  • « Lors d’un conseil d’administration plus récent, le 16 décembre 2004, une série d’affrontements se sont produits, à partir de deux interventions aussi scandaleuses que spontanées. Il était alors question des orientations stratégiques proposées en vue de l’assemblée générale des adhérents. La première de ces interventions, d’Alain Benajam, (un de mes grands fans, comme vous pouvez le constater ici) concernait les relations que cet homme d’affaires développe en Chine. Celui-ci avait alors raconté qu’il revenait d’une mission en Chine, où il avait été au nom du réseau Voltaire, carte de visite grâce à laquelle il disait avoir été reçu à bras ouverts par des officiels chinois, avec lesquels il négociait par ailleurs les prestations de son entreprise de « services postaux ». Selon lui, « faire du business » et faire avancer la cause du Réseau Voltaire auprès des autorités chinoises – ce qui désignait en l’espèce les services secrets, selon ses propres dires -, était possible d’un même mouvement. Un débat contradictoire s’en est suivi, entre autres sur la question de savoir si le Réseau Voltaire pouvait rechercher ou accepter des financements de puissances étrangères, d’Etats. Certains défendaient l’idée que « l’argent est le nerf de la guerre », tandis que de notre côté nous martelions l’idée que « la fin ne saurait justifier les moyens »

    http://centpapiers.com/wp-content/uploads/tat_guerre_clap36-c7e7f.jpg
  • Et le jour du clash avait été diffusé un « documentaire »… signé Clap 36 ! C’était bien toute une équipe que Meyssan avait rameutée. Un documentaire où intervenait… Dieudonné, affirmant une phrase plus que douteuse !!!

    « Le documentaire diffusé « en avant-première », produit par une « association indépendante », était intitulé « Etat de guerre », et réalisé par Francesco Condemi et Béatrice Pignède, qui prétendaient répondre à la question : « Sommes-nous dans une période comparable à l’entrée dans les deux guerres mondiales ? ». Dès le début de la projection, on a pu assister à l’assimilation entre l’impérialisme américain et la montée de l’hitlérisme par effet sonore et montage de bandes d’actualités parodiant celles de 1938. Puis, ce sont des interviews de Thierry Meyssan, du général Pierre-Marie Gallois (qui écrit régulièrement dans la revue Eléments d’Alain de Benoist et qui fut préfacier en France du secrétaire général du PC Russe, Ziouganov), d’Annie Lacroix-Riz (historienne), et de Dieudonné, l’amuseur public bien connu, qu’on entend dire dans ce film que « critiquer Israël est pire que violer une petite fille ». Résumant l’esprit du film comme celui de l’ensemble des intervenants, Annie Lacroix-Riz, qu’on a connue mieux inspirée, déclare avec aplomb que « les gens ne se rendent pas compte (parce qu’ils sont mal informés), mais la guerre aura lieu sur le sol européen très bientôt ». Pour elle, il ne fait aucun doute que c’est comme si c’était fait… D’ailleurs le titre du film se cale sur son propos ». 

    http://centpapiers.com/wp-content/uploads/dieudo_docu_guerre-dd287.jpg
  • Lors de la fondation du Réseau Voltaire France de Benajam, on trouvera une belle première liste de supporters dont Pierre Panet, hébergé chez Dieudonné et le 7 décembre suivant, une deuxième liste de supporters. Cette fois, pas de « stars », mais des figures de l’extrême droite avaient signé. Comme le terroriste Carlos , Frédéric Chatillon (du GU et proche de Marine Le Pen) ;Thierry Meyssan (fondateur du Réseau Voltaire, il a fait un voyage en Syrie, notamment avec MM. Chatillon, Soral et Dieudonné, tous signataires de la pétition) ; Ingrid Rinlaud (une négationniste historique) ; Roland Hélie (de la nouvelle droite populaire ; Pierre Descaves ; Jean Larrieu qui tenait la librairie d’extrême droite parisienne Ogmios ; Michel Schneider ou encore Eric Adelofz, le webmestre du site d’extrême droite Club Acacia. Il y a aussi Christophe Georgy, proche de Bruno Gollnisch, responsable du DPS dans l’Est et membre de l’Oeuvre française. Qui anime notamment le Cercle des amis de Léon Degrelle…