17 - La descente aux enfers de Dieudonné

Publié par jean jean

      Mes excuses tout d’abord pour le retard de parution de cet épisode, écrit depuis plusieurs semaines mais impossible à mettre en ligne sur le serveur de Cent Papiers, trop difficilement joignable à mon goût. Nous voici arrivés en 2013, avec de nombreux voyages de Dieudonné en Iran. On sait aujourd’hui pourquoi, car c’est son ancien supporter Ahmed Moualek de la Banlieue s’Exprime qui a vendu la mèche : pour obtenir des subsides pour faire des films, que l’artiste va présenter comme « hollywoodiens », alors que le seul réalisé va se révéler une pochade lamentable sans scénario véritable, tourné dans la propre demeure de l’artiste, ce qui ne nécessitait pas de gros moyens : de l’argent aurait-il été aussi détourné de cette manière ? L’artiste ne fera plus après allusion à l’Iran, qui a vu entre temps son ancien mentor Ahmadinejad être défait aux élections. L’année 2013 est en effet celle du grand n’importe quoi chez lui. Il perd toute possibilité de se présenter à une élection en raison d’une erreur de débutant du code électoral (il n’a pas su donner en temps ses comptes de campagne), quand il se présente dans son propre fief, il se fait laminer par un obscur candidat du FN, et réalise une mascarade supplémentaire avec son faux mariage avec sa compagne, dont je vous révèle les surprenants attenants. Lors de ces voyages, il a côtoyé un bien étrange personnage qui avait envahi le net de son site complotiste, un personnage qui meurt soudainement cette année-là d’une overdose, laissant en plan ses suiveurs, surpris de découvrir la vraie vie de celui qui les alimentait en thèses plus ou moins farfelues (y compris sur Cent Papiers !). On découvre avec lui que beaucoup ont trempé en s’acoquinant avec le pouvoir iranien dans le seul but d’obtenir de l’argent, et que cet argent, chez Dieudonné, alimente un compte dans la patrie d’origine de son père. C’est l’année aussi où commencent ses véritables ennuis, dont vous venez de suivre les soubresauts ces toutes dernières semaines. On en revient en fait au problème fondamental chez lui en dehors de l’antisémitisme que lui a inculqué Soral, son âme damnée : son obsession pour l’argent.

      Le pavé dans la mare de l’argent évaporé

      blanrue_teheran-7d202De l’argent aurait donc été versé, à des extrémistes de droite français, par l’Iran en échange de la diffusion en France des idées d’Ahmadinejad, sur le négationnisme notamment. Quant on leur demande, ils baissent tous la tête. Pas question de ressortir la vieille tradition issue des idées de François Duprat, mort volatilisé (façon puzzle, pour citer Bernard Blier) pour avoir essayé d’en révéler les arcanes (à droite ci-dessous JMLP à son enterrement). Et pourtant ! Le 21 octobre 2013, le web est secoué par une énième déclaration d’un Soral qui semble lui aussi avoir quitté terre depuis longtemps : « si on a pu faire la liste antisioniste qui a coûté 3 millions d’euros, c’est parce qu’on a eu l’argent des Iraniens. Faut le dire, faut être honnête. Si on ne les avait pas eus, on n’aurait pas pu le faire : on n’a pas 3 millions d’euros. duprat-184e7Surtout qu’on les a perdus, puisque pour être remboursé, il fallait faire 5 % minimum » avait-il déclaré à l’encan, dans un de ses délires enregistrés. Ce qui a le don de faire bondir… un des co-listiers, pas mis au courant paraît-il : Ahmed Moualek de la Banlieue S’Exprime, qui bondissait aussitôt au plafond et exigeait sur le champ des explications. L’extrême droite a toujours été un monde de cocus ; et l’exemple des heurts récents Moualek-Soral en était la énième preuve. Des explications qui ne viendront pas, Soral affirmant seulement qu’il s’est trompé d’un zéro ! Ce qui correspondrait assez d’ailleurs aux 300 000 euros annoncés comme ayant été avancés par le Rachinel, l’ex-grand soutien financier de LePen, qui a choisi d’aider son dissident Soral et la liste de Dieudonné. Juste après, on a droit bien sûr à la joute habituelle des deux extrémistes via web interposé. Mais dans cette aide dévoilée, dont tout le monde se doutait, à voir les aller-retours d’un Blanrue ou d’un Soral à Téhéran, Rue 89 remarque une chose bien plus fondamentale :  » la liste antisioniste n’a déclaré à la Commission des comptes de campagne que 6 691 euros de dépenses et 6 922 euros de recettes. Autre problème : le code électoral « interdit formellement aux candidats aux élections de percevoir de l’argent d’un pays étranger ». Une enquête judiciaire serait en cours. » Ces gens-là s’étaient mis d’eux-mêmes hors-la-loi, pour deux motifs plus que sérieux !!! Ces gens si prompts à se draper dans la « liberté d’expression » que leur offre la République, et qu’ils estiment insuffisantes (pour mieux pouvoir répandre leur fiel négationniste), ce seraient ouvertement moqués des lois de cette même République ? Le 15 juin, déjà, tout le groupe d’extrême droite antisémite de sympathisants du régime Mahmoud Ahmadinejad avaient déjà senti comme un retour de bâton de leurs flagorneries antérieures. Ce jour-là en effet, on défilait à Téhéran, pour fêter l’élection d’Hossein Moussavi, président présenté comme modéré. Il avait été battu à l’élection présidentielle de 2009 grâce à une fraude massive des partisans du champion négationniste… et fraudeur. L’argent versé à flots s’était-il tari en même temps ? A les voir s’écharper aussi vite on était tout tenté de le croire en effet. Mahmoud parti, c’était un peu « adieu veaux vaches cochons » chez eux !

      L’autre source d’argent… pour toujours les mêmes

      D’un côté, l’argent s’évapore, et chez les autres il rentre… à flots. On parle bien entendu de Riwal, et de Chatillon. Une enquête a été récemment diligentée (en novembre dernier) à propos des agissements de sa société : celle qui a fourni les fameux « kits » destinés aux élus, kits qui avaient nécessité pour leur démarche le prêt de la salle de Dieudonné comme on l’a vu. BFM TV en fait une superbe analyse, de la manœuvre, combinant vente de produits et prêts bancaires détournés : « Avant la présidentielle de 2012, des difficultés financières avaient frappé le Front national contraint alors, pour éviter le naufrage, de vendre son « Paquebot« , son ancien siège situé à Saint-Cloud. La campagne de la candidate dépendait de cette vente. Autant dire que financièrement parlant, le FN n’était à l’époque pas à la fête. Mais « Jeanne » a su tirer son épingle du jeu. 450.000 euros ont ainsi été prêtés au FN pour la campagne présidentielle de Marine Le Pen, au taux « exceptionnellement élevé » de 7%, explique Mediapart, qui a consulté les comptes de l’élection. Au final, 19.000 euros d’intérêts ont été reversés à « Jeanne ». Le trésorier du parti lui-même, Wallerand de Saint-Just, n’était manifestement pas au courant d’une telle transaction (…) Avec 180 euros tirés d’adhésions en 2011, 11 500 euros issus de dons personnels la même année, puis 11 000 euros en 2012, les comptes de Jeanne exposés par Steeve Briois ne donnent pas le tournis (…) En réalité, cette officine est plus une entreprise commerciale. Son rôle est double : prêter de l’argent aux candidats FN (là encore à un de taux de 6,5 ou 7%), et vendre des kits de campagne –tracts, retouches photo pour affiches, brochures de programmes. Lors des législatives de 2012, quand ces kits ont été rendus obligatoires, leur prix a explosé, pour atteindre 16.000 euros de recettes (…). Ce n’est pourtant pas « Jeanne » qui tire profit de cette activité. Ses marges sont relativement faibles. Il en va en revanche autrement pour le grossiste qui fournit le matériel, l’agence de communication Riwal. Un numéro du registre du commerce inscrit sur certains des tracts fournis aux candidats a permis de remonter jusqu’à cette entreprise. Elle appartient à Eric Chatillon ».

      Le roi du conspirationnisme était suisse ; mais il est mort

      covassi_meyssan-c42a5En réalité, le projet de voir des relais iraniens et leurs relents antisémites se perpétuer sur le web avait déjà pris un sérieux coup sur la cafetière en mars 2013. Lors d’une disparition passée relativement incognito, pour des tas de raisons, la principale étant le monde du complotisme qui déteste qu’on informe à son propos. Rappelons tout d’abord la présence du 5 au 11 février 2011 au Fajr Festival Film de Téhéran, de Condemi, Dieudonné et Meyssan, ainsi que de Blanrue. Les quatre étaient venus accompagnés du dénommé Claude Covassi. Un personnage plutôt intriguant, ce Covassi : de nationalité suisse, reconnu par deux fois coupable de trafic de cocaïne notamment en Espagne à Ibiza, il prétendait depuis plusieurs années maintenant avoir été recruté par les services de sécurité suisses pour infiltrer le Centre Islamique de Genève (il devait notamment laisser des documents d’Al Qaida dans leurs ordinateurs du frère de Tariq Ramadan, pour le piéger,selon lui, ce qui semble d’emblée assez délirant). Hani Ramadan, le frère de Tariq, cet islamologue genevois qui avait fait scandale en 2002 en ayant pris position en faveur de l’application de la charia et la lapidation des femmes adultères … (une véritable caricature à lui tout seul d’islamiste forcené, au contraire de son frère au langage beaucoup plus policé). Or le ministre de la Justice et de la Police, Christophe Blocher,a toujours démenti ses élucubrations et Covassi totalement incapable d’en apporter la moindre preuve. A ce moment-là, notre « espion » est inscrit au chômage où il touche des aides sociales. Bref, on penche à son égard pour l’affabulation et une bonne dose de conspirationnisme aigu venant d’un pseudo espion renégat ou plutôt d’un simple informateur de police.  »La Délégation des commissions de gestion, composée de trois députés et de trois sénateurs appartenant à différentes formations politiques, a tenu 21 séances de travail. Elle a entendu très longuement Claude Covassi les 12 décembre 2006 et 16 janvier 2007. Son rapport, rendu la semaine dernière, et disponible sur Internet, est accablant : elle n’a pu « trouver aucun indice sérieux étayant les accusations de l’informateur genevois  ». L’homme affabulait, donc, c’est évident : c’est un complet mythomane qui se prétend être diplômé de la Sorbonne « alors qu’il n’a entrepris qu’un apprentissage de monteur-électricien » note Oumma, qui ajoute qu’il « ne parle que quelques mots d’anglais et d’arabe (on le voit mal infiltrer un centre islamique avec ce faible bagage).. «  On le jugeait dans le rapport de police plutôt comme « sympathique« , « doté d’une grande intelligence », mais aussi comme une  »personne habituée à vivre d’expédients et présentant un certain talent à manipuler les autres ». Covassi avait surtout fait croire qu’Hani Ramadan aurait pu rencontrer Ayman Al-Zawahiri à Genève en mars 1991, et l’information avait fait florès aussitôt sur tous les sites d’extrême droite avec qui il avait des contacts évidents ! 

      Covassi, affabulateur complet et créateur du site conspi Mecanopolis !

      Claude-Covassi-Las-Palmas-739acOr en 2009, au moment des premiers contacts de cette même extrême droite avec l’Iran, auxquels il participe, donc, on le retrouve condamné en Suisse à huit mois de prison cette fois pour trafic de stéroïdes anabolisants… (il avait fait appel) avant de le retrouver au festival iranien du film avec nos trois autres lurons dont Thierry Meyssan, qui pouvaient difficilement ne pas connaître ses déboires, étalés dans tous les journaux suisses. Rappelons à ce propos qu’en 2011, c’est le site Mecanopolis qui relaiera quasi en direct les propos de Meyssan enfermé à l’Hôtel Rixos et faisant croire qu’il n’y a pas de révoltés en Libye, et que l’Otan massacre à tour de bras. Meyssan fuira discrètement la Libye le 29 août par la mer pour se réfugier à Malte, juste après avoir écrit que « je ne pense pas que Tripoli puisse tomber, de même que je ne m’imagine pas que le colonel Kadhafi soit menacé. » En novembre 2012, Claude Covassi (ici en photo à Las Palmas) était à nouveau de retour à Genève, où il claironnait s’être converti à l’Islam – « pour mieux infilter le réseau islamiste » – et « avoir tout perdu lors d’une fuite précipitée »... vers l’Egypte, où il aurait été aidé par un certain « Robert Seldon Lady » de la CIA (celui qui avait fait un fiasco mémorable en Italie en tentant de capturer un imam et de l’envoyer par avion se faire torturer). Il semble surtout que Covassi, en affabulateur chevronné, puisait beaucoup sur le net des informations avec lesquelles ils alimentait une vie fantasmatique assez riche à laquelle croyaient ses « suiveurs » ! Ultime pied de nez, il avait écrit un texte sur la mythomanie, qui le résumait complètement : « la mythomanie généralisée actuelle résulte bien d’un vide abyssal de la personnalité, d’une occultation complète du sujet vivant individuel. Si le spectacle a réussi à dominer toute la vie sociale moderne, c’est bien d’abord parce qu’il rencontrait un tel vide, et qu’il permettait de le combler illusoirement. » Le conspirationniste suisse alimentait ses délires avec ce qu’il piochait ici et là sur le net. Il pouvait d’autant plus facilement le faire qu’il était le créateur de Mécanopolis, un site vite devenu le repère de conspirationnistes, comme certains l’avaient remarqué, dont votre serviteur (on y trouvait du LaRouche, du Hillard, et tout un baratin classique sur le « Nouvel Ordre Mondial »). Revenu à Genève, il se faisait aussitôt à nouveau remarquer pour d’autres choses : il avait tenu sur son site des propos très nettement antisémites et annoncé un étrange projet. « Sur Facebook, (socovassi_Egypte-c21e3us le pseudo de Clovis Casadue, évident ici) des propos troublants sur l’Holocauste et sur une fête juive. Sur son site internet, une annonce pour un camp destiné « à tous ceux qui veulent apprendre ou parfaire leurs connaissances sur les techniques de guerre d’insurrection », dont la formation serait dispensée par « des officiers miliciens de l’armée suisse » » précise LeTemps : des stages de survivalisme armé, tout simplement… une annonce jugée assez dangereuse, par la police suisse pour qu’il soit l’objet d’une enquête. Le journal ajoute que Covassi avait aussi participé au site Jeuxvideo.com, distillateur pour jeunes d’idées fascisantes, sur le thème suivant : « l’holocauste, vous y croyez ou pas ? » où il avait dit que « c’est un sujet qui rend hystérique, de part et d’autre » (…) quant au débat sur la Shoah, le Genevois affirme avoir « été surpris de voir sur le site Jeuxvideo.com ce que les jeunes en pensent. Le fait d’avoir interdit tout débat sur cette question est une mauvaise chose. Cela ne fait que mythifier les négationnistes, plutôt que de les discréditer. » Plus troublant étant son admiration pour Garaudy, ajoute le journal suisse : est-ce pour cela justement que sur son site, Mecanopolis.org, il rendait un hommage appuyé au philosophe négationniste Roger Garaudy, décédé en juin dernier ? « C’est un philosophe communiste avant tout et je pense que ce n’est jamais une bonne chose que d’interdire un livre. Mais la Shoah est un fait historique avéré et indiscutable. » avait-il dit, plutôt… en une faible marche arrière. Il refaisait le coup de la Shoah reconnue, mais minimisée, le coup… habituel chez les négationnistes (c’est Garaudy qui a inventé l’idée du seul typhus comme source des morts en camps et que les chambres à gaz n’auraient pas existé). De toute façon, entre temps Dieudonné a trouvé l’explication paranoïaque à sa situation de mise à l’écart des médias : « Les juifs ont concocté contre moi et les contre les noirs et les arabes un projet de solution finale » a-t-il déjà dit. L’homme était obnubilé à ce point ; on le sait, hélas…

      Overdose de négationnisme ?

      covassi2-fc28eOn s’attend en début d’année 2013 donc à ce que la justice suisse le convoque, une nouvelle fois, mais le 8 février 2013, il a été retrouvé mort, chez un ami, apparemment d’une overdose selon les constatations de la police (et 20 Minutes). Voilà qui devient très embarrassant pour beaucoup de gens l’ayant croisé (surtout nos joyeux lurons qui ne se seraient jamais rendus compte de voyager avec un tel mythomane !). Au lendemain même de son décès, Mecanopolis fermait : le site était annoncé comme étant en vente… l’une à s’en plaindre était alors Chantal Dupille, de « Resistons.fr », qui parlait elle dans ses écrits « d’USraël », et qui est aussi une sympathisante des écrits de Garaudy, antisémite avéré, on le sait, et qui soutient l’Union populaire républicaine (UPR ! d’Asselineau (la filière de droite de Pasqua). Elle écrivait le 19 octobre « Tous les dirigeants français, sionistes ou pas, se croient obligés de faire allégeance au CRIF. Gare aux personnaités indépendantes, comme Raymond Barre, l’Abbé Pierre ou Dieudonné, ils sont traînés dans la boue s’ils sont critiques à l’égard de la vache sacrée de l’Occident, le voyou Israël ! » citant trois personnalités ayant prononcé des propos antisémites dans le même paragraphe ! Ou ajoutant l’incroyable tirade suivante : « la liberté d’expression se heurte toujours à la Police de la Pensée qui, en France, a fait allégeance à Tel-Aviv, bien que les religieux et les colons les plus fanatiques soient au pouvoir, prêts à mettre le monde à feu et à sang pour assouvir leur soif de domination à l’échelle de la planète : Un peuple élu, une race supérieure, la domination du monde, l’extermination des goys ou leur mise en esclavage (c’est justement le Nouvel Ordre Mondial, inspiré par le Talmud)« , droite dans la ligne des propos de Dieudonné, ce qui devrait logiquement lui valoir quelques ennuis judiciaires … meca_a_vendre-85ea8Chez le réseau Voltaire, c’est à dire chez Meyssan, on rendra à Covassi un hommage appuyé avec comme couronne mortuaire une belle désinformation de plus « depuis un an et demi, il utilisait sa formation pour enquêter sur le rôle du PJAK et de l’UCK dans le narco-trafic en Europe. Le PJAK est une organisation kurde qui revendique de nombreux attentats terroristes en Iran ». Il est financé par les USA, Israël et l’Allemagne et dispose d’un cabinet de lobbying à Bruxelles ». Un narco-trafic, qu’il n’avait jamais cessé… lui-même semble-t-il semble avoir oublié Meyssan (il avait débuté sa carrière ainsi, à Ibiza, rappelons-le).  Etonnante « formation » en effet ! Pour appuyer la dose, le site du même Meyssan ajoutait en confirmant la raison de sa mort et l’usage chez lui de la cocaïne que « Claude Covassi devait publier cette semaine le résultat de son enquête. Il n’en a pas eu l’occasion. Il a été retrouvé chez lui, mort dans son lit. Selon la police genevoise, son décès serait imputable à une overdose de cocaïne. En état actuel, rien ne permet d’affirmer s’il l’a absorbée volontairement ou sous la contrainte, ni de savoir si cette drogue était acheminée ou non par le PJAK ou l’UCK. » Overdose « forcée » ? bien sûr… on y croit, allez donc. Mais pas une seule seconde !

      Politiquement mort

      mesnil_simon-5376cNotre ex-humoriste, en France, a continué pourtant à se présenter aux urnes. Aux législatives de 2012, dans la 2e circonscription d’Eure-et-Loir, il ira voter dans son village ; celui de Le Mesnil-Simon, qui recensait alors 397 inscrits sur les listes électorales, et où 248 iront s’exprimer. la « liste Mbala Mbala » y recevra… 5 voix, soit 1,89% des voix (dans le département il fera à peine 1,14%). Le candidat FN (Jérôme Van De Putte) en faisant 17,4% avec 46 voix ! Question ambitions politiques, ça sentait fortement le roussi ! Sur les listes, on notait que le candidat Dieudonné s’était inscrit comme « Homme de lettres et Artiste » dans la catégorie politique  »autres« , et que son suppléant n’était autre qu’Ahmed Gouasmi. Mais on découvrira après dans l’année qu’il n’avait pas déposé ses comptes de campagne avant le 17 août, alors qu’il avait dépassé 1% des votes et était contraint à le faire. Il n’avait pas non plus établi d’attestation d’absence de dépenses et de recettes dûment signée d’un mandataire financier. Résultat, la sanction, plutôt lourde, tombait : le 8 février 2013, le Conseil Constitutionnel en statuant prononçait en effet « son inéligibilité à tout mandat pour une durée de trois ans à compter de la présente décision ». Désormais inéligible, le voilà interdit de se présenter en France, quel que soit le scrutin ! C’en est fini de sa carrière ou des ses prétentions politiques sur ce qui est bien une bourde lamentable de sa part ! Aucun « complot sioniste » derrière l’affaire : il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même ! A noter que dans toute la circonscription, les panneaux électoraux de Dieudonné présentaient une affiche avec son geste de la quenelle, sans aucune indication de parti type « antisioniste ». Le journal l’Echo Répblicain, avait titré à propos de l’un deux, accolé simplement à un arbre « Marchezais a des panneaux électoraux originaux »..

      Les vrais amis et les faux

      dieudo_moualek-2caf4Dans sa longue descente vers l’enfer, Dieudonné aura au moins réussi à garder longtemps un fidèle : Ahmed Moualek, de la Banlieue s’Exprime. Enfin, presque jusqu’au bout, puisque depuis leur relation s’est fortement envenimée. L’homme, reconnu comme plutôt fort en gueule mais entier, comme musulman revendiqué, n’avait pas du tout apprécié les subites révélations de Soral sur l’argent iranien qui aurait été versé à la liste sur laquelle il figurait. Habitué à intervenir sur le net pour donner son opinion, le voilà aussitôt à brancher sa webcam et déverser un discours plus qu’étonnant sur ce qu’il pense de la dernière déclaration du maître à penser de Dieudonné, révélant par la même être informé de profondes dissensions dans l’équipe, allant jusqu’aux attaques faites « sur la vie privée » des uns et des autres. Cela donne un véritable morceau d’anthologie (ça dure en effet ici 35 longues minutes), dans un langage bien commun, sinon fort grossier, et fort éloigné de la responsabilité qu’exerce l’individu au sein de son site : on a tout bonnement affaire en fait à une engueulade en règle, visant en priorité Marc George et Alain Soral, deux très proches de Dieudonné « car il faut que vous sachiez à qui vous avez affaire » dit-il, visiblement très énervé. Après s’en être pris violemment à Marc George (traité de « porc« , alors que selon Ahmed Moualek il se serait converti récemment à l’Islam, une conversion de circonstance selon lui !), le voilà qu’il évoque le contenu d’un échange de mail Alain Soral-Noémie Montagne asselineau_dieudonne-91374(«  la femme à Dieudo » selon Moualek), révélé au départ par Dominique Beniguet (du « Parti de rien », au départ de l’initiative de la chèvre comme candidate, et lui aussi très fâché avec Dieudonné) et mis en ligne par « Dominique Ducoulombier » (alias Dakod et plein d’autres) qui se présente comme « cadre supérieur chez Nippon Cars« , divorcé séparé de ses enfants semble-t-il… un supporter de Dieudonné des « Ogres »,  visiblement secoué par la vie, et habitant semble-t-il encore dans un des logements de sa SCI à St-Lubin de la Haye ! Expliquée par Ahmed Moualek ça devient grandiose en effet. « insupportable » explique le responsable de la Banlieue s’Exprime.« Humiliant », « menaçant », « qu’est ce qui se passe ? » se demande-t-il à plusieurs reprises.  »De la merde, quoi » résume-t-il. « Soral veut soumettre le négro » s’emporte-t-il !!! L’échange de mail intégral est ici, où on l’on voit surtout une Noémie Montagne, compagne de Dieudonné, affirmer qu’Asselineau se situerait selon elle « à gauche » (ce que confirmera une tentative ouverte de rapprochement de Dieudonné sur son Fabebook perso, édité le 23 janvier 2012- voir la copie d’écran), moualek3-e559ace qui donne une petite idée de son propre positionnement personnel à l’extrême droite dont Asselineau n’est qu’un énième épiphénomène ! Moualek continuant à s’en prendre plus loin à Soral : « Regarde vers quoi il t’emmène, Dieudo », dit-il à propos de Soral, jugé comme « traître » et d’obsédé du complot.« Soral c’est la dictature : ou tu es d’accord ou tu dégages » selon Moualek. Il révèle aussi que les deux personnes n’ayant pas eu envie d’intituler la liste « antisioniste » n’étaient autre que Soral et George, car ils craignaient de se faire évincer des médias traditionnels ! moualek2-a01cdC’est juste un « facho« , c’est tout, conclut-il après sa longue diatribe envers Soral ; au moins c’est dit, remarquez, mais ça on s’en doutait depuis longtemps. Au passage, Moualek stigmatise la liste belge du député Louis, une fort mauvaise  »caution » musulmane, selon lui. Il remettra une couche avec une autre vidéo encore à propos de sa réaction (révoltée) au visionnage de celle de Dieudonné et d’Ayoub !!!Après encore, ce sera une autre vidéo enfonçant cette fois… Dieudonné qui lui aurait dit « adieu l’ami »…lui signifiant qu’il ne l’était plus, son ami, justement ! Le torchon avait donc bien brûlé, visiblement entre eux, et la séparation désormais consommée. Ce qui fait aussi qu’il y a désormais le feu à toute la maison « antisioniste » de Dieudonné ! Remarquez, difficile de ne pas en être autrement avec comme gardien de coffre-fort l’ineffable Soral, capable de dire des années après le contraire exact de ce qu’il a pu dure sur ses nouveaux amis. Ainsi cette sortie chez Ardisson sur la négritude dont parle tant Dieudonné….

      Ultime pantalonnade

      hangar-2-481edAu début de l’année 2012, certains, tels Dieudonné, avaient pourtant repris espoir : en Italien un bouffon venait d’en remplacer un autre dans le cœur des gens. le grotesque Beppe Grillo, le leader du mouvement politique « Mouvement 5 étoiles », fera plus tard aux législatives italiennes un score de 25 %. Ça s’effondrera vite après, à l’entendre ne rien présenter de concret comme programme, et surtout très nettement se droitiser, surtout sur l’immigration, mais l’idée y était : Grillo avait fait l’essentiel de sa campagne…. sur le net. Si un tel « crétin utile » l’avait ainsi réussie, sa campagne, il y avait de l’espoir chez les partisans de Dieudonné ! Mais pour cela, il fallait alimenter le net au maximum, quitte à créer des événements au beau milieu de l’été. D’où l »idée de deux mariages, un fake complet celui de Dieudonné et de sa compagne, l’autre effectif, mais « pour tous » et grotesque, celui de deux condamnés agitateurs en prison, dont Dieudonné sera le témoin. mariage-8-1eec0Le premier est une énième mascarade, donné la veille du 14 juillet 2012 à Saint Lubin de la Haye, dans le fief de Dieudonné…. c’est à dire dans le hangar où la société crée ses décors et non dans l’église du village (à son arrivée on distingue bien les portes de son hangar, utilisé le 21 juin chaque année pour le « bal des quenelles », et plus tard dans la cérémonie, on distingue aux cintres les projecteurs de la scène où Dieudonné répète ses spectacles). Dans ce lieu non officiellement consacré religieusement, donc, va officier pourtant un « vrai » archevêque (il s’est ainsi auto déclaré, car il n’a rien à voir avec le Vatican !) : il s’agit de « Monseigneur » Franck Schaffner, « exorciste » de « l’Eglise Gallicane de France« , un gars venu… d’Antibes avec tout le falbala de cérémonie, celui qu’on peut admirer sur son site. Un sacré cas, qui est décrit ici :  « depuis 40 ans, ce membre de l’Église catholique gallicane de France pratique l’exorcisme. Un job pas de tout repos : selon ses dires, son corps aurait déjà pris feu à deux reprises. Et du coup, Mgr Schaffner ne quitte plus sa soutane ignifugée. Cela ne l’empêche pas de présenter à la caméra ses « armes » pour faire déguerpir fantômes et esprits malveillants : l’eau bénite mais aussi un crucifix, son « pistolet à six coups contre l’au-delà » comme il le désigne lui-même ». exorciste-f96bfOn a donc droit ce jour-là à une parodie complète de mariage religieux menée par une sorte d’illuminé mystique total, filmé ici dans un reportage télévisé atterrant. Devant cérémonie aussi grotesque et aussi lamentable, on songe… au mariage de Bokassa, bien sûr. L’ineffable Ginette Hess Skandrani, invitée, écrira pourtant le lendemain dans « la voix de la Libye » que « notre ami Joe Fallaci, ténor italien s’était déplacé spécialement pour rendre hommage au couple » mais aussi que « Dieudonné et Noémie avaient invité tous leurs amis de gauche comme de droite. Il y avait également Alain Soral (son témoin parmi d’autres), les époux Le Pen et leurs clans »… ce qu’on n’a pas pu vérifier pour la famille Le Pen. mitre-79596Un Le Pen si a cheval sur l’Eglise traditionnelle aurait-il accepté cette totale bouffonnerie ? Il y a de quoi s’en étonner fortement ! L’histoire ne disant pas non plus comment Dieudonné avait bien pu le contacter, le fameux exorciste… ah si, en cherchant un peu : il existe bel et bien un site appelé « 2emenoce.com » où l’on peut lire : « vous avez rencontré l’âme soeur après un divorce… savez-vous qu’il est possible de vous marier à l’église ? »… et s’ouvre alors la page de « S. Exc. Monseigneur Franck-William Schafffner ». Le même bien sûr ! Il n’est pas allé chercher bien loin, l’humoriste… remarié (il l’avait déjà été et avait divorcé, sa femme l’ayant été aussi paraît-il, d’où le recours au « gallicanisme », les curés traditionalistes refusant bien sûr les remariages) ! Dans le site de l’exorciste, il y a le déroulement d’expliqué, le matériel et le personnel, et même le tarif inclus ! « Formule A, à 1000 € (« la moitié à la signature de la convention du mariage et l’autre moitié en chèque de dépôt de garantie ou en espèces »)… »L’histoire ne disant pas si Dieudonné a déclaré depuis la somme aux impôts !

      Une seconde, pire encore

      dieudonne_poissy-e782aOn ne sait pas ce qui est à l’origine de la pantalonnade du 13 juillet 2012, en revanche, on sait très bien pourquoi la seconde cérémonie du 17 juillet 2013, toute aussi grotesque, a été décidée. Cela a d’abord démarré, comme à son habitude par un sketch, où l’on pouvait voir un faux interview de FR3 où l’on entendait Dieudonné dire :   »Mais attention, hein, ce n’est pas un spectacle homophobe, que les choses soient claires ! Parce que là, je vous vois venir, la presse… N’allez pas titrer… non, non. C’est bien pire que ça ! ‘Homophobe’, c’est gentil. Moi, je dirais que c’est une pièce homovore. En l’écrivant, je me suis dit : ‘il faut que le spectateur sorte et qu’il ait envie de manger du pédé, de le bouffer, qu’il se jette sur un pédé et le dévore’.  » C’est devenu ensuite une autre pochade, avec deux condamnés de la centrale de Poissy, Alfredo Stranieri (condamné à vie pour le meutre de 4 personnes) et Germain Gaiffe (condamné à 30 ans pour un meurtre avec un corps découpé à la clé) qui ont déjà fait parler d’eux autrement en envoyant des courriers insultants à Rachida Dati. L’abject allait se mêler à la cérémonie, Dieudonné insistant sur la prétendue judaïcité des deux prisonniers, lui venant à la cérémonie habillé en mariée (ce qu’on lui fera retirer), encore une pâle copie de Coluche, après avoir déclaré que le mariage pour tous était un  »projet sioniste qui vise à diviser les gens« . Le second témoin n’étant autre que le terroriste Carlos, toujours aussi prompt que l’artiste pour faire parler de lui. Dieudonné entamait là une croisade résolument homophobe, la même qu’avait initiée son colistier Gouasmi avec ces déclarations incendiaires sur le divorce… dans le nouvel Obs, on résumait ainsi l’action : celle « d’un pauvre clown aigri et totalement perdu ». Il voulait s’attaquer à la République, note Bruno-Petit ; il est tombé sur un bec : un maire qui n’a fait qu’appliquer la nouvelle loi, faisant du buzz espéré.. un pschitt total. Il s’attendait à une esclandre… on ne lui a même pas offert. Grillé, le Dieudonné, et à son propre jeu !

      La grande œuvre Dieudonnesque faite avec l’argent iranien : un gigantesque navet

      dieudo_TV_iran-270d3Question tournage de film, la montagne annoncée va vite accoucher d’une souris. Microscopique, l’animal ! Il n’y aura jamais de film sur la Traite des Noirs, Le site des Ogres dévolu à l’artiste peut remballer sa liste de comédiens prévus dont on n’a jamais su s’ils avaient été contactés ou pas pour le faire (il s’agissait de Daniel Prévost, Catherine Mouchez, Jean Dujardin, Claude Rich, Joby Valente, Didier Bénureau, Eric Ebouaney, selon les amis de Dieudonné qui n’ont jamais dit où était passé l’argent de la souscription de 2004 pour faire ce film). On s’attendait en juin 2011 à un film produit par Le producteur Mohsen Ali-Akbari, un producteur de télévision, et la « Haft Aseman Cinematic Company » iranienne. On avait annoncé tout d’abord un film réalisé par Dieudonné « et dont la plupart des acteurs seront iraniens » : cela aurait pu être le « Code Noir » la grande fresque annoncée, qui sait. Mais ce n’était pas le cas, et d’emblée son producteur iranien avait prévenu  »le film n’a pas le potentiel pour être diffusé en salles » avait-il précisé (il avait déjà dû s’apercevoir des dégâts !). En novembre 2009, à la TV iranienne Dieudonné était lui-même resté vague en 2010 sur une « comédie » qui semblait basée sur des « sketchs ». A la sortie, c’est tout autre chose que la la grande fresque attendue, en effet, et la décision de n’en faire qu’un film pour DVD… plutôt cohérente, tellement la critique l’aurait éreinté pour être nullissime. Le film co-produit par l’Iran réalisé par l’apprenti sorcier est intitulé sobrement… « L’Antisémite », et à comme seul thème finalement de tourner en dérision le camp d´extermination d’Auschwitz et les « preuves irréfutables » de l’Holocauste. Le grand film hollywoodien promis est une pochade mal filmée sans décors (mêlant noir et blanc de making of) au scénario grotesque et indigent (Dieudonné y est même…. pétomane !) où apparaissent ses acteurs habituels, dont Gilbert Sigaux, son « célèbre régisseur de scène, devenu psychanalyste (juif, bien sûr !).  »Aussi mauvais techniquement que problématique idéologiquement » a-t-on pu en dire à propos de ce ratage. « Ça commence sur les chapeaux de roues avec une reconstitution façon « actualités Gaumont » de la découverte d’Auschwitz par l’armée US à la fin de la guerre. Séquence où les camps sont finalement représentés comme une succursale du Club Med, et les crematoriums comme les restes d’une énorme barbecue party entre déportés« . L’ambiance des salles du faux-comique ? On y voit par exemple au départ l’épouse (cancéreuse) du protagoniste jouée par un très mauvaise Ophélie Montel (elle sort des « Casseroles » de Thomas Faucheux, ce doit être ça) supplier son mari de ne pas être antisémite,  »pour les enfants », car « c´est une maladie ». C’est absolument infect. « Le cancer qui te ronge, ma chérie, se sont les juifs » y entend-t-on également. On y voit aussi les amis de Dieudonné :  »dès lors tout est possible, comme ce moment où Alain Soral, toujours au bon endroit au bon moment, débarque dans le rôle d’un producteur juif flanqué d’un imper en cuir – qui évoque immanquablement ceux de la Gestapo – mais siglé ici d’une étoile de David. Qu’est-ce qu’on se marre, bon sang… » dit le critique, écœuré. On y voit un Dieudonné avouer qu´il est antisémite qui précise que puisque les Juifs contrôlent les médias, la finance et la politique, il ne n’y a qu´une solution à leur égard : « les exterminer« . Le faux-comique a fini par mettre en images ses pires rêves. Le critique lucide déjà décrit (Romain Thoral, de Premiere) conclut  : « l’Antisémite est un film absolument inoffensif, parce qu’avant tout irregardable, arythmique, nanardeux tendance interminable (on s’y est repris à cinq fois et deux jours pour en venir à bout). Si c’est de la propagande, alors c’est la plus mal confectionnée de toute l’histoire. Ici on préfère l’envisager comme l’œuvre terminale d’un type complètement cramé, devenu malade à force de tourner en boucle, même plus capable de griffonner une vanne potable sur 90 minutes de show. Pour lui c’est triste ; pour nous, une perte de temps. Circulez y a plus rien à voir. » Le testament d’un immense gâchis et d’une descente aux enfers qui dure depuis plus de 10 ans maintenant.

      L’argent, toujours l’argent
      -
      Dame Dieudonné, alias Noémie Montagne, la fausse épouse, se chargeant de collecter au maximum ces derniers mois, alors que son mari refuse toujours de payer ce qu’il doit au fisc et ses amendes consécutives à ses procès, quel process mystérieux est-il en cours au sein de la galaxie Dieudonnesque, se demandent les observateurs ? On en a une petite idée le 31 janvier 2013, où une vente aux enchères sur saisie des hangars de La Haye (là où a eu lieu le faux mariage) part à 501 000 euros pour un particulier mais une enchère de dernière minute à 551 000 bouscule le résultat : c’est Noémie Montagne, dont les statuts de société ont été modifiés (avec la création de e-quenelle notamment) qui remporte la mise, ce qui inquiète et alerte le Trésor Public et même Tracfin. Un an après, France-Info donne un élément capital à ce qui semble bien être une entourloupe organisée : « en janvier 2013, la compagne de l’humoriste controversé, Noémie Montagne acquiert la propriété située à Saint-Lubin-de-la-Haye, en Eure-et-Loir, dans le Centre, pour un montant de 551.000 euros. Deux mois plus tard, en mars, d’après des documents exclusifs que nous nous sommes procurés, la somme de 558.000 euros transite du compte de Dieudonné à celui de Noémie Montagne. Aux vues du montant, Tracfin, le cellule de lutte contre le blanchiment et la fraude fiscale, rattachée à Bercy, se penche sur sa provenance« . Les hangars restant ainsi dans la famille, Dieudonné ayant organisé son insolvabilité, mais en même temps ayant approvisionné les comptes de sa compagne, ou demandé à ses auditeurs sur le net de lui « prêter » de l’argent pour payer ses amendes de procès (65 000 euros), ce que  la loi interdit comme démarche. Thésauriser, certes, Dieudonné l’a donc fait : mais pour quoi en  faire exactement ? La première réponse, est venue du scoop de France-Info. La seconde, d’autres curieux l’ont trouvé en se souvenant du nom de la tribu dont est issue la famille M’Bala Bala. Les Ewondo, savait-on. Or, récemment, on en a retrouvé ce nom à Yaoundé, au Cameroun. Mais pas sous le nom d’une tribu, mais d’une société, Ewondo Corp Sarl, créée le 11 janvier 2013, dont le dirigeant ne serait autre que…. Merlin M’Bala, le propre fils de Dieudonné. Celui qui avait donné son prénom à la première société d »Editions créée par l’artiste en 1995, Merlin étant le second, Bonnie la première ayant donné son nom à sa société de production, aujourd’hui disparue juridiquement (or c’est à son nom qu’est la location de la salle parisienne, ce qui donne un autre problème juridique). Le troisième enfant étant Noé et la quatrième Plume, suivie depuis de Judas, cinquième enfant de l’artiste, qui en a deux autres plus âgés de son précédent mariage. Le système Dieudonné vient alors de s’effondrer. L’annonce ces dernières heures de l’audition de son assistant publiciste « Joe le Corbeau » pour avoir mis en ligne les photos d’une quenelle devant l’école juive toulousaine, doublée par le même individu de celle faite devant la maison de Mohamed Merah parachevant le tout. C’est un Dieudonné cerné désormais, par son antisémitisme et ses malversations financières qui ont fini par faire jour.