12 - La descente aux enfers de Dieudonné

Publié par jean jean

      La liste pour les élections européennes présentée par Dieudonné est une véritable Cour des Miracles de tout ce qui se fait en France d’extrême-droitistes, certains ouvertement revendiqués, d’autres avançant masqués, qu’il convient de débusquer pour s’apercevoir à quel point de trahison de ses idées des débuts l’artiste était déjà tombé en 2009. Les contradictions abondent en effet dans la liste. Lui qui se prétendait ne pas promouvoir de religions s’acoquine avec un catholique tendance traditionaliste, son second de liste étant un promoteur des chiites, un (jeune) représentant d’un vieux parti d’extrême droite côtoie un gros bras des manifestations Lepenistes alors que l’artiste se défend toujours d’être d’extrême droite, etc. Pour ajouter à la confusion, lui-même s’avoue… catholique, lors d’une interview donnée à Rivarol, journal d’extrême droite ! L’année est aussi celle de l’épisode iranien de Clothilde Reiss, que l’artiste va tenter de détourner (sans succès) vers lui, se rapprochant encore davantage du régime iranien dirigé par un négationniste affirmé. Un positionnement assaisonné de déclarations sulfureuses (antisémites pour la plupart) qui commencent à peser sur sa carrière, de nombreux spectacles étant annulés par les organisateurs, effrayés par les mouvements de foules d’opposants pouvant s’y rendre. A mêler politique et spectacle, invectives et vannes, Dieudonné perdra tout, on s’en doute et cela commence à s’apercevoir cette année-là. Le 25 octobre 2009, le préfet de l’Isère interdit purement et simplement un spectacle de Dieudonné pour « troubles à l’ordre public » (ce que son avocat actuel semble carrément avoir oublié depuis !). C’est en 2009 également que Dieudonné mettra pour la première fois en place une parade à ces annulations, en déclarant qu’il s’agît de « conférences » avec parfois annoncés des invités qui ne viendront jamais, flouant organisateurs, mais aussi ses propres spectateurs. Derrière ce qui est bien des tromperies manifestes sur des spectacles, on commence à voir l’œuvre de sa femme, Noémie Montagne, prête semble-t-il à beaucoup de choses pour que l’argent continue à rentrer dans l’entreprise familiale. Les âmes damnées qui se cachent derrière le personnage sont parfois des proches, en effet. On s’en est aperçu ses derniers mois avec ce qu’ont pu répandre sur le net d’anciens collaborateurs « remerciés », tenant des propos sidérants sur l’atmosphère régnant au sein de l’entreprise.

      Un bien triste anniversaire

      L’année 2009 avait commeprix-08dbencé avec… Faurisson, invité à la Main d’Or encore une fois note « actualitéantiraciste« . C’est tout bonnement… son anniversaire (80 ans), que Dieudonné fête sur scène ! En récidive du spectacle du 28 décembre ! Ce que décrit la presse : « ce 29 janvier, le spectacle est surtout parmi le public. Tout le gratin négationniste s’est donné rendez-vous, à l’invitation de Robert Faurisson, dont le 80e anniversaire tombait quelques jours plus tôt. Il y a là une petite famille marginalisée de militants qui nient la réalité du génocide des juifs pendant la seconde guerre mondiale et n’apparaissent que très rarement ensemble, compte tenu de l’hostilité qu’ils suscitent. Un carré de places leur a été réservé au pied de la scène à la Main d’or. Le garde du corps personnel de Dieudonné veille à la sécurité de M. Faurisson. Ses voisins dans la salle sont Serge Thion et Pierre Guillaume, les principaux animateurs du site Internet négationniste Aaargh (Association des anciens amateurs de récits de guerres et d’holocaustes), domicilié à l’étranger et sous le coup d’une interdiction d’accès en France ». Un site interdit pour diffusion de thèses négationnistes, une interdiction confirmée en 2006, trois ans auparavant. Pierre Guillaume, venu de l’ultragauche, fondateur de Librairie de la Vieille Taupe est un des plus vieux agitateurs du genre négationniste, ayant largement diffusé l’ignoble  »Le Mensonge d’Ulysse » de Paul Rassinier ou « Auschwitz ou le grand alibi  » de Amadeo Bordiga. Sa présence ce soir-là indique bien que Dieudonné n’a pas découvert les chambres à gaz récemment, comme il le clame, mais au moins depuis 2002 comme on a pu le voir avec le cas Latrèche. Et que l’ultragauche de Guillaume n’est plus qu’un souvenir depuis longtemps : il avait assisté en 1998 aux obsèques du leader d’extrême droite Maurice Bardèche (le fondateur du négationnisme en France avec Paul Rassinier) ! On nage bien en milieu extrémiste de droite, à qui Dieudonné tresse des lauriers ! « A leurs côtés, Ginette Skandrani, ancienne militante des Verts, exclue de cette formation pour ses collaborations à l’Aaargh, et qui a fait partie du bureau de campagne de Dieudonné quand l’humoriste envisageait de se présenter à l’élection présidentielle de 2007. Le théâtre est tout petit, 150 sièges à vue d’oeil. Des jeunes plaisantent entre eux. Ils appartiennent à cette partie du public, plutôt masculine et métissée, qui semble ignorer la dimension politique de cette soirée. Pourtant, outre les négationnistes, plusieurs courants de l’extrême droite radicale, qui ont tous en commun un antisémitisme virulent, ont leurs représentants.schepens-78ab2 Il y a là Charles-Alban Schepens, l’un des dirigeants du Renouveau français, un groupuscule  »catholique, nationaliste et contre-révolutionnaire », qui se réclame, entre autres, de Charles Maurras, du maréchal Pétain et des Phalanges espagnoles. On remarque aussi des membres du courant  »nationaliste révolutionnaire », qui combine idéologie fasciste et anti-impérialisme, ainsi que le patron d’une boutique parisienne réputée dans les milieux skinheads. Tous ceux-là apprécient comme autant de clins d’oeil les allusions à la Shoah et au pouvoir prêté aux juifs qui parsèment le spectacle. Comme au début de la représentation, quand une voix off demande, étrangement, avant le lever de rideau l’extinction des téléphones portables  »en mémoire des victimes de la seconde guerre mondiale ». Une heure et demie plus tard, quand la salle se vide, les plus militants font la queue pour serrer la main de Robert Faurisson, qui restera avec ses alter ego au théâtre pour y souper avec Dieudonné. » Invite-t-on à souper quelqu’un qu’on ne connaîr que depuis peu ? La connivence avec le groupe de Faurisson, dont Guillaume et Thion ne peut être chose récente à cette date. Dieudonné fait désormais dans le prosélytisme du négationnisme.

      Un sacré coup de pouce signé Sarko

      Le comique va bénéficier en cette année-là d’une aide inattendue : celle que va lui procurer indirectement Nicolas Sarkozy. Dieudonné on l’a vu a tâté (sans succès) de pousser la chansonnette. Certains animateurs radio ne pouvaient pas ne pas s’en souvenir. Ça tombe bien, lorsque Sarkozy décide de remplacer Patrick Karam au poste de Délégué Interministériel pour l’Egalité des Chances des Français d’Outre-Mer il choisit un (jeune) guadéloupéen au CV impressionnant, car c’est un ex-chanteur, un animateur de radio passé directeur et même un animateur de télévision ; celui qui a produit en radio Couleurs tropicales sur RFI, émission qui avait remplacchictype_canard-839d6é Canal Tropical du regretté Gilles Obringer. C’est aussi le copropriétaire et directeur de la puissante station de radio Tropiques FM (une radio très nettement communautaire) et l’animateur-producteur de l’émission Africastar. En somme comme le dit Pascal Boniface « pour Nicolas Sarkozy, le communautarisme, c’est comme le cholestérol : il y a le bon et le mauvais »… Visiblement, Claudy Siar, « star du zouk » est dans la première catégorie pour lui. Un choix diversement apprécié. A RFI,  »l’animateur de l’émission désignée aujourd’hui comme une référence pour les aficionados des musiques « Afro » du monde entier » était devenu une star dans toute l’Afrique » note Wikipédia.. »Chacun de ses faits et gestes est commenté par la presse d’Africaine et antillaise et lors de ses déplacements, ils sont plusieurs milliers de fans à assister à ses émissions en public et à reprendre son expression qui la rendu célèbre « toi-même tu sais ». Si l’homme plaît à la communauté noire en général et à celle des Antilles en particulier, très vite certains tiquent sur ses engagements politiques passés… très en faveur du comique ; malgré les prises de position douteuses, déjà, de ce dernier. Siar est pourtant catalogué à gauche et même une gauche engagée (il avait été soutenu jadis par Chistiane Taubira). Pourtant, dès 2004, après le fracas de Fogiel, il avait affirmé officiellement en effet vouloir participer aux manifestations de soutien en faveur de Dieudonné. Il reviendra deux fois de suite sur les déclarations de son « copain », pour dire aussi en 2006 que Kémi Séba était un gars plus que fréquentable… Le Canard Echaîné retrouvera toutes ses déclarations, hélas pour lui. Sarkozy, en le nommant à ce poste, avait donné volontairement ou involontairement un sacré coup de pouce « politique » à Dieudonné ! Etait-ce un des coups fourrés de Patrick Buisson, on ne le saura pas (certains pensent en effet que ça apporterait des voix noires à Sarkozy). Un animateur qui n’a pas toujours fait de bons choix, en tout cas : Siar s’était rendu célèbre en 2006 au concours de l’Eurovision, qu’il commentait en direct avec Michel Drucker en affirmant dédaigneusement que « c’est pas avec ça qu’ils gagneront » visant les finlandais du groupe de hard-rock. caricatural Lordi … qui gagnera au final le concours de l’Eurovision. siar_et_dieudo-3379aAujourd’hui, il a pris ses distances avec son champion d’antan, en s’estimant « trahi ». Il est depuis revenu sur son amitié avec le comique (en avril 2009, dans un déclaration tardive à l’Express) :« à l’époque, la haine et la bêtise se déchaînaient de part et d’autre, on inventait une guerre entre Noirs et Juifs. Mais en 2005, à Alger, Dieudonné a assimilé la Shoah à de la « pornographie mémorielle ». Puis il s’est rallié au Front national. Je me suis senti trahi. » En 2007 lors de propos racistes prononcés par l’animateur Pascal Sevran contre les noirs, c’est lui encore qui joue les médiateurs entre une Calixte Calixte Beyala fort remontée et Jean-Claude Tchicaya, maire adjoint de Bagneux, du collectif « Devoirs de mémoires » qui ne souhaitait pas voir non plus Dieudonné s’emparer de l’affaire. On le verra à l’hôtel Lutétia, où était prévue la conférence du presse du comité de vigilance contre le racisme et la négrophobie. Ce jour-là, son vieil ami avait réussi à calmer Dieudonné pour qu’il n’intervienne pas « Ok, je comprends… », aurait alors déclaré sobrement Dieudonné à Claudy Siar. A noter encore que le 25 eme de la liste européenne (sur 26) Joseph Élise, 43 ans, présenté comme « militant antisioniste antillais » n’est autre que son fidèle… garde du corps, surnommé Joss (ici au milieu). Dieudonné n’est pas allé recruter très loin !

      Dieudonné et ses amis cathos traditionnels (et oui !)

      Sur la liste des élections uropéennes, personne n’a remarqué non plus le nom d’un « cinéaste », Cyrille Ray-Coquais, un polyglotte (ici à gauche aux côtés de la négationniste Maria Poumier, fan de Chavez) qui affirme se présenter pour « replacer dieu au centre des préoccupations ». Intéressante position pour un leader qui s’est toujours présenté comme champion de la laïcité (et qui en avait fait une pièce). Un autre beau cas d’espèce comme candidat. C’est l’héritier d’un père (Jean-Paul Rey-Coquais) qui a été jésuite, avant de devenir un archéologue réputé spécialiste du Proche-orient et de la Syrie. Après avoir réalisé des documentaires en Allemagne, l’homme s’est installé en Égypte, après avoir fait des études à Beyrouth, puis est revenu en France en 1994, après un passage par la Suisse, où il a créé une maison de production, il hérite ensuite de la direction de coquais2-e3158« La Maison du documentaire », et devient en 1997 le responsable les Rencontres internationales Henri Langlois. En Allemagne il a été de tous les happenings médiatiques (avec par exemple un « Oratorio électro-acoustique » et a réalisé en 1989 un film devenu réputé culte, « Georgette Meunier ». Le thème du film se résume ainsi dans le New-York Times : « Une jeune fille et son frère, le rejeton de l’affaire de leur mère avec son propre frère, forment leur propre attachement incestueux (? ??). film_coquet-3238bLe film sera jugé « un film malsain » par certains. L’homme est en tout cas reconnu dans le milieu du cinéma « expérimental » : « considéré comme un des meilleurs spécialistes en matière de formation aux métiers de l’audiovisuel (« Ecran Total », « L’Européen », « Ciné-Bulletin »…), il intègre dès 1995 le comité éditorial restreint (4 personnes) de « DOX, documentary film quaterly », un magazine trilingue à grand tirage soutenue par l’Union Européenne« . Pour son troisième film jamais sorti en salle (« Joe et Marie« , avec Rufus, Aurore Clément et Viktor Lazlo) étrangement, il est dit ici qu’il  »n’avait assuré que la production et était parti enseigner l’histoire à Téhéran 2 jours avant le tournage parait-il »... Encore un lien vers la Syrie et l’Iran. Décidément…

      Un catho Lepeniste, très actif sur le net

      Le film étant crédité effectivement à Lara Stöcklin, chez Unifrance et a été tourné en juin 1993. Affichant clairement un « nationalisme européen » (?), il sercoquais-7239ba vu en compagnie de Marine le Pen en 2008 après s’être retrouvé dans la liste du « Pôle des tricolores FN », dans le 1er arrondissement de Paris en 2008, où il avait obtenu 2,48 % des suffrages (152 personnes à peine avaient voté pour lui). Peu efficient en meeting ; l’homme est bien plus actif sur le net, affichant un véritable record de pseudonymes assez transparents : « Sirok », « Rekoq », « Cyrill », ou « Ciri Koko » (sur Yahoo notamment) ou  »Margerie » et « Chantagret », ceux qu’il s’était choisi pour le très droitier « Libre Journal » de Serge de Beketch dans lequel il écrivait aussi. En fait ce catholique revendiqué est bien plus que droitier : « collaborateur du site d’extrême-droite Voxnr.com, il accorde en décembre 2006 un très long entretien (que l’on trouve également sur le site pro-Dieudonné de La banlieue s’exprime, le 10 décembre 2006). Il y raconte son cheminement idéologique et il dit avoir été attiré petit à petit (véritablement fasciné ?) par le FN, parce qu’il estime que « le nouvel ordre mondial établi après la guerre de 1945 étouffe sous le poids de ses mensonges et qu’il est condamné ». « L’Europe de Bruxelles, à force de mentir pour nous vendre des appâts indus, restera la première sur les bas-côtés de l’histoire, faute de clients comme une vieille pute surliftée », écrit-il violemment. De plus, il dit être convaincu –comme tout « bon » lepéniste qui se respecte- que la France est en pleine décadence. Il va jusqu’à affirmer « qu’une entreprise de démolition est à l’œuvre : diviser les Français pour en faire des esclaves », écrit-il, avant de s’exclamer : « Faire disparaître ces crétins de Français, le système en rêve. » Il raconte ensuite qu’il est persuadé que « le moment de Jean-Marie Le Pen est arrivé ». Cyrille_Rey-Coquais_-_Marine_Le_Pen__Le_Parisen_decembre_2008_-1ac6e« C’est le seul en France à vouloir et pouvoir supprimer les frontières entre les gens, mais à les rétablir nationalement, notamment culturellement, linguistiquement, autour d’eux. Le programme du FN met une interdépendance en place : l’assimilation complète et volontaire à l’intérieur pour une protection sacrée du Français, voire du Francophone, vis à vis de l’extérieur. » Dans VoxNr, il tressera dès 2010 des louanges à Marine LePen comme jamais entendues jusqu’ici : « merveilleuse artiste qui tient de son père, bête de scène qui a toujours le trac et n’attend que lui, elle doit se sentir libre de communiquer avec le public électoral –car il s’agit de cela pour le moment- pour passer progressivement du rôle d’égérie de la nation à son incarnation. Qu’elle reste naturelle ; pourquoi faudrait-il qu’elle perde sa légèreté d’âme, rieuse et un peu gouailleuse en reflet familier du peuple français, dans le détachement des choses et de soi-même qui l’attendent obligatoirement au tournant, si … Donnons lui notre confiance : les hérétiques sont tristes, dit Chesterton, et le diable est sérieux ». Marine idolâtrée en « bête de scène », franchement, on avait lu mieux !

      Un candidat FN fan de Soral et de Kémi Seba sur la liste Dieudonné

      Unknown-6-4-58ffaEn fait, Rey-Coquais témoigne aussi de son admiration pour Martial Bild (candidat FN à la mairie de Paris, ex LePen passé Lang pour anti-Marinade et catho anti-avortement) et pour Alain Soral (ex communiste), dans un texte qu’il publie dans « Paris libéré-Pôle des Tricolores « , où Soral devient bizarrement chez lui un « religieux mystique » (?) : « Depuis bien longtemps, j’apprécie l’analyse sociologique de Soral, ce langage d’explorateur qui avance en terrain pourri. Son cheminement intellectuel s’avère très utile au mouvement national et à son désenclavement. Son écriture, son style, s’il prenait véritablement le temps de les travailler, pourrait nous emmener encore un peu plus loin… Ce que j’en pense en deux lignes : Soral est un catholique savoyard qui a lancé son « Marx voterait Le Pen » pour la bonne cause, boutade pour achalander, quoi… Au diable son côté bateleur ! Il est religieux, mystique, très certainement, mais ne se donne pas encore totalement à cette voie naturelle. Il n’est pas gagné, mais certainement pas perdu. » Soral en « catholique savoyard », on n’avait jamais entendu ça non plus ! kemi-seba-2c1d2Il débite certes des fromages, mais de là… Le 27 août 2008 notre cinéaste très en verve en rajoute encore en publiant un autre article, sur Kemi Seba, qu’il dit admirer aussi : « Kemi Seba : un camarade pour la rentrée ? ». Dans cet article, il conclut : « Après avoir consulté mon camarade Jacques Viviès, je demande à tous nos amis et frères de combat contre le mondialisme, de prêter main forte au MDI (Mouvement des Damnés de l’Impérialisme) de Kemi Seba. Kemi est un honnête homme, charismatique. Il a appris avec beaucoup de clairvoyance à se dégager de ses tics verbaux et ethnico-folkloriques. Tous nos camarades nationalistes devraient, dès maintenant, être à l’écoute du MDI, dans les instances du Front, mais aussi à l’extérieur. Leur combat est le nôtre. » Bigre, voilà un sacré catho de choc comme adjoint de Dieudonné ! Ecensant Kemi Seba, partisan de la « supra-négritude », et encensé ici par un énième site fascisant déguisé en altermondialiste (« Diktacratie », de deux cireurs de chaussures de Soral, Alexandre Freydier et Cédric Bernelas).

      Autre gros bras dans la liste

      Outre le propre garde du corps de doux_raisin-5248aDieudonné, la liste aux européennes avait recruté d’autres musclés. Ainsi Charles Alban Schepens, 19 eme sur la liste, ancien du Renouveau Français, et président d’une association satellite, la Fraternité-Franco Serbe, FFS, (dont la marraine est Jany Le Pen) ; l’homme est très proche de Thibaud de Chassey, leader du RF. C’est avant tout un catholique traditionaliste qui dirigeait le « Groupe Nationaliste Bourgogne » reconnaissable de loin à son copié sur celui du mouvement rexiste de Léon Degrelle qui annonçait clairement la couleur ! raisin_soral-38d4bC’est aussi un proche ses Jeunesses Libanaises Chrétiennes dirigées par Tony Baroud, aux thèses phalangistes d’extrême droite la plus dure. Il est passé ensuite au FN, où il est devenu secrétaire départemental puis régional du FNJ Bourgogne, région où il conduira les élections régionales de mars 2004 sous la bannière FN. Issu au départ du « cop » de Boulogne du Parc des Princes (où il a donc dû croiser Serge Ayoub !), il jouait souvent les gros bras de la protection rapprochée de Soral, avec anciens leaders du GUD dont Frédéric Chatillon. doux_raisin_2-34fafLe gros bras à une autre occupation dans la vie. Il tient un restaurant (bar à vin plutôt) dans le Ve arrondissement de Paris, « Au Doux Raisin« , au 29 rue Descartes (c’est au bout de la rue Mouffetard) qui a pris pour effigie Jean Gabin et Lino Ventura des « Tontons Flingueurs » (Audiard n’a pas mérité ça, pourtant !). Lui ce serait plutôt Ténardier, accueillant ses clients avec son béret ; le bar étant bien répertorié chez les connaisseurs comme repère d’extrême droite où Soral vient faire des dédicaces et où il écoule son vin baptisé « Sanguis Terrae » (bien sûr !). On y voit aussi Laurent James, de « Dissidence Française »autre « catholique traditonnaliste » faire des conférences, « Dissidence » a été créée par Vincent Vauclin, opposé notamment à la notion de « genre » et qui appelle à un putsch par l’armée, pas moins !Pour faire croire à leur importance, ils clament à qui veut l’entendre que la DCRI est à leurs trousses ! L’OAS « new school » se préparerait donc dans un bar à vin du Veme arrondissement et on ne le savait pas ! La branche « conspi » de la galaxie Dieudonné est donc elle aussi bien étonnante !

      Dieudonné joue les James Bond en Iran

      Des films, et en particulier un, sur la traite des noirs, Dieudonné avait rêvé d’en faire, mais selon ses dires, il avait manqué d’argent. Les sources des contacts de Frédéric Chatillon en Syrie n’étant pas expansibles, il avait dû recourir à une autre provenance. En l’occurrence l’Iran, où un président ouvertement négationniste a pris place en l’année 2005, justement. Et c’est la politique qui lui avait donné, avec une affaire celle de Clotilde Reiss, sur laquelle il s’était vite précipité. C’est une étudiante française, soupçonnée d’espionnage, qui se retrouve emprisonnée en Iran à la célèbre prison d’Evin (au nord de Téhéran) au 1er juillet 2009 au prétexte d’avoir aidé soi-disant des manifestants iraniens opposés au régime. Provoquant en France toute une hystérie médiatique qui ne pouvait qu’attirer celui qui était devenu depuis le plus gros provocateur de France. Reiss_Clot-76c05De longues négociations commencent pour sa Libération qui aura lieu juste après celle de…. Ali Vakili Rad, l’assassin de Shapour Bakhtiar, le 18 mai 2010, libéré après avoir effectué 18 ans de prison en France. De même, le refus de la France d’extrader aux Etats-Unis l’ homme d’affaire Iranien présumé suspecté de trafic d’armes, Majid Kakavand, a dû aussi jouer dans la libération de Reiss. Dans l’attente de cette libération, Clotilde Reiss demeurait à l’ambassade de France. Ce qui avait donné quelques idées de barouf médiatique à notre amuseur public : lui aussi avait envie de participer au show. Le 23 novembre 2009, un dépêche apprend que« Dieudonné M’Bala M’Bala a cherché à rencontrer dimanche Clotilde Reiss à Téhéran. Le ministère des affaires étrangères vient de confirmer au parisien.fr que l’humoriste et leader du « Parti antisioniste » s’était en effet présenté aux portes de l’ambassade de France dans la capitale iranienne « en demandant à rencontrer Melle Reiss ». Il était accompagné du président de son mouvement, Yahia Gouasmi. Le premier conseil de l’ambassade l’a informé que « Melle Reiss ne souhaitait pas le voir étant en pleine procédure judiciaire ». La jeune universitaire française est poursuivie pour espionnage par la justice iranienne. Elle est en libération conditionnelle à l’ambassade depuis la mi-août dans l’attente de son jugement ». En somme qu’il était impossible de la joindre, ce que Gouasmi savait pertinemment. Un Gouasmi ravi de dire à la presse que la veille, lui et son compère avaint rencontré Mahmoud Ahmadinejad. Laissant entendre que la future libération de Reiss était due à leur intercession…. en produisant une photo de la rencontre avec le dirigeant iranien comme preuve. Gouasmi dira sur le site des élections européennes qu’il « voulait porter assistance à cette fille (Clotilde Reiss) et demander une clémence au Guide de la Révolution (Ali Khamenei). Cela était assez facile pour moi car nous étions dans une période de fête religieuse. C’était l’Aïd, la fête du sacrifice, et l’Iran pouvait faire un geste même s’ils étaient convaincus qu’elle n’était pas innocente. (…) Mais l’ambassade de France ne voulait pas qu’on revienne avec Clotilde Reiss, Dieudonné et moi, tout simplement… » Bien entendu, ça n’avait rien à voir avec le cas de l’otage, cette rencontre : l’opportunisme politique de Gouasmi avait fait le reste. gouasmi-d7582Dieudonné était venu chercher autre chose, comme on le verra plus loin, mais dont pouvait se douter, déjà. Personne connaissant les milieux d’extrême droite n’avait oublié en effet qu’en 1987, l’ambassade d’Iran avait fait un chèque de 120 000 francs à la librairie néo-nazie Ogmios… celle que fréquentaient le millionnaire suisse et nazi (il avait organisé leur fuite dans le réseau Odessa) François Genoud, amis du Mohammed Amin al-Husseini, grand mufti de Jérusalem, et grand ami du terroriste Carlos (emprisonné depuis et devenu l’ami… de Dieudonné), et son contact iranien Wahid Gordji. Elle diffusait entre autre le « Mythe du xxe siècle », du nazi Rosenberg ! A l’Express, Dieudonné, dépité en apprenant qu’il ne pouvait en aucun cas influer sur le sort de l’otage française, fera une énième provocation en déclarant à propos de Clotilde Reiss que « si son projet est de servir le sionisme, dans ce cas, elle a sa place en prison en Iran ». Provoquant à nouveau un autre tollé dans la presse ! A leur retour, les deux lascars (Dieudonné et Gouasmi) tiendront une conférence de presse complètement surréaliste, qu’il convient d’écouter (notamment à 2’45 du début), dans laquelle l’ancien boucher devenu plénipotentiaire auto-déclaré affirmera que c’est l’ambassade de France qui leur aurait demandé d’intervenir en faveur de Reiss. Il faut oser le faire, et Gouasmi l’avait fait ! Exactement le contraire de ce qu’il avait claironné juste auparavant !
      Retour en Iran
      En novembre 2010, même topo avec le cas de Sakineh Mohammadi Ashtiani, menacée cette fois de lapidation. Dieudonné avait déclaré à son propos « je suis farouchement opposé à la peine de mort. Je suis aussi l’ami de l’Iran et des Iraniens. J’ai décidé de me rendre en Iran pour en savoir un peu plus et demander la clémence aux autorités ». L’affaire Sakineh avait mobilisé beaucoup de monde en France : « le 28 août 2010, environ 300 personnes se sont rassemblées sur le Parvis des droits de l’homme, à Paris, pour soutenir Sakineh Mohammadi Ashtiani. « Plusieurs personnalités, comme Marek Halter ou la comédienne Yamina Benguigui, ont participé à ce rassemblement organisé à la mi-journée par l’association Ni putes ni soumises, la Ligue du droit international des femmes, et le Mouvement pour la paix et contre le terrorisme ». Des groupes que n’avait pas contacté Dieudonné ! En 2013, Sakineh était toujours emprisonnée en Iran ; mais vivante, donc, et comme le dit Libération le 8 septembre 2010, l’on savait enfin pourquoi Dieudonné avait fait plusieurs aller-retour vers l’Iran : « mélangeant sa vision si particulière des droits de l’homme à un affairisme sans vergogne, l’humoriste avait aussi affirmé avoir récolté des fonds pour mener un« combat culturel » contre le sionisme, lors de sa rencontre avec Mahmoud Ahmadinejad : « Nous avons reçu un budget important qui nous permet de faire des films à la hauteur de ceux d’Hollywood, qui est le bras armé de la culture sioniste. ». Nous y sommes alors : fin 2010, Dieudonné avouait recevoir des subsides de l’Iran pour produire ses films… antisémites !
      Le bal des vampires négationnistes
      dieudo_blanrue_faurisson-87fc2-1De retour à Paris, Dieudonné apprenait qu’il était condamné (définitivement) le 27 octobre 2009 à 10 000 euros d’amende par la XVII eme chambre correctionnelle du T.G.I. de Paris pour sa séquence infecte sur la scène du Zénith lors de la remise du « Prix de l’infréquentabilité » à Faurisson, qui en sortait lui relaxé (hélas). Le tribunal avait (enfin) estimé qu’il avait proféré :  » des injures commises à l’encontre d’un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, en l’espèce des injures antisémites ». Mais cette journée de tribunal allait être également l’occasion du grand raout négationniste que suivra avec précision le magazine Reflexes, qui titrera à son propos que  » la Cour des Miracles négationniste » s’était réunie à Paris. Outre ceux déjà cités, on notait en effet la présence de Thomas Werlet du Parti Solidaire Français et de Charles Alban Scheppens, ou les anglo saxons Michelle Renouf (celle en photo avec Faurisson et Dieudonné) une proche de l’anglais David Irving, négationniste avéré lui aussi) Guillaume Nichols, le traducteur de Faurisson (soupçonné d’être aussi son webmaster), et Peter Rushton (ancien du British National Party proche du White Nationalist Party), mais aussi Paul Eric Blanrue ancien rédacteur royaliste en région Lorraine et à la Flamme, le magazine du FN, ayant écrit un ouvrage sur  »Israël, Sakozy et les juifs » aux relents brunâtres prononcés, et qui venait alors de lancer une pétition demandant la relaxe de Vincent Reynouard, négationniste enfermé à Valenciennes au nom de la loi Gayssot. J’en avais aussitôt dénoncé le propos. C’est simple ; ce jour-là, es amis de Dieudonné, qui se retrouvent à la Main d’Or, sont tous… négationnistes.
      Le procédé pour contourner les interdictions de spectacles
      dieudonne_contre-7aa7cEn fait, ce jour-là, Reflexes, outre la dénonciation des amis de Faurisson dont Dieudonné et Blanrue, avait sorti un beau lapin de son chapeau en décrivant la méthode nouvelle qu’avait tentée durant tout l’année 2009 Dieudonné pour pouvoir faire rentrer de l’argent dans sa boutique en perdition en raison de ces déclarations explosives à répétition.«  Pour la petite histoire Les Productions de la Plume (certainement tirée du très beau prénom de la petite dernière de la famille Dieudo : Plume, vous savez celle sur qui la fée Carabosse se pencha et décréta qu’elle aurait un très mauvais parrain), se sont créées en début d’année pour contrer les interdictions de salle de plus en plus fréquentes que subissait Dieudo. La boite de production avait eu l’idée ingénieuse de présenter cela sous la forme de « conférence » sur la liberté d’expression, avec bien sur comme invité vedette Dieudonné. Pas si bête, cela aurait peut-être pu marcher si la gérante n’avait pas été la compagne de Dieudo, Noémie Montagne. La manœuvre fût un peu trop grossière et ne fonctionnera pas si bien que cela« . Et Reflexes avait bien sûr raison : un bon nombre de municipalités, qui avaient reçu une annonce pour une « conférence » l’avaient acceptée, sans s’apercevoir que ce n’était qu’un spectacle déguisé de Dieudonné que leur avait présenté…. par sa propre compagne, Noémie Montagne. Une tentative de détournement de spectateurs avait bien été mise en place pour contourner les interdictions des maires outrés par le scandale de Faurisson sur scène. Des organisateurs tels le groupe Novotel, qui devait l’accueillir à Belfort et Besançon pour deux « conférences » ayant pour thème « la liberté d’expression » (celle du négationnisme ?), avait ainsi annoncé l’annulation des deux soirées, en invoquant des raisons juridiques, après avoir découvert qu’il s’agissait d’une représentation déguisée d’un spectacle et non d’une conférence. Privé de salle, Dieudonné avait alors contourné la difficulté en donnant cette conférence à Besançon dans un car, devant une trentaine de spectateurs. Dieudonné avait déjà tenté l’expérience du bus itinérant, à la mi mai autour de Paris, mais cela n’avait pas toujours marché, vu l’opposition qui le suivait aussi à la trace pour manifester :  » plus Dieudo devient infréquentable, plus il s’en régale. Il est celui que l’on rejette ou que l’on ose inviter comme en un défi. Ses passages remuent les « anti » et excitent les « pro ». Dieudo s’en amuse qui joue la carte « victimaire », allant jusqu’à donner des représentations clandestines dans son Dieudobus, afin d’échapper aux interdictions et aux annulations qui le frappent. « Je ne peux pas lui refuser de louer la salle, éclaire Sylvie Chauchoy-Bècle, directrice du Zénith Strasbourg, en droit cela se traduit par un refus de vente et il a la loi pour lui. J’ai réussi à ne pas mentionner son spectacle sur nos différents supports de communication hors site internet. » Dieudonné, roi de la manipulation !
      Les fameuses « conférences » : des spectacles déguisés
      bus-4-717e8Et l’histoire du comique itinérant de se poursuivre toute l’année :« le 3 novembre (2009) dernier, Dieudonné a donné un spectacle à Bordeaux dans son  » Dieudobus « , soit un bus qui permet d’accueillir environ 40 spectateurs. C’est le moyen qu’a trouvé l’humoriste pour échapper aux interdictions et aux annulations. Cela se passe dans la plus grande discrétion. Seuls, les contacts de Dieudonné sur les réseaux sociaux Facebook ou sur Myspace, les bénéficiaires du bouche-à-oreille et bien sûr les partisans décidés savaient qu’il fallait réserver sa place via un numéro de portable. Le lieu de la représentation est donné au dernier moment. A Bordeaux, cela a eu lieu dans le bus aux rideaux tirés, sous la pluie nocturne, au bord d’un trottoir le long de la fête foraine à Bordeaux. Toutes les places, une quarantaine pour chacune des trois représentations, sont déjà réservées depuis deux jours. La place coûte 25 euros. Le public est jeune, mélangé, plutôt de 20 à 35 ans, venu entre copains, « pour rigoler ». Dieudonné accueille son public. « Je suis une pute du rire », dit-il au début. « Merci pour cet acte de résistance », dit-il à la fin. Selon affinités, ces deux déclarations, comme d’habitude chez ce comique, pourront être prises au premier ou au second degré. » Un système reposant sur un bus rebaptisé de façon… ignoble « Rosa Parks » (qui n’a pas mérité pareil détournement) par Dieudonné en personne ! Au départ, comme le montre la photo, le « bus » (un Mercedes 305 datant de plus de 35 ans et fort prisés par Téhéran !) ne portait pas le nom de Rosa Parks. Il l’affichera après que des bloggeurs supporters aient sur le net fait la comparaison : l’équipe de Dieudonné a ses propres espions sur les fils de discussion qui parlent de lui, à l’évidence !
      dieudo-bus6-eb1cd
      « Pute », avait-il dit envers sa propre personne ? Des municipalités vont vite s’en apercevoir ! Plusieurs villes ayant dénoncé le contrat trop tard se verront en effet attaquées en retour en justice par Dieudonné… qui gagnera, récupérant parfois jusqu’à 40 000 euros sans même donner de spectacle ! Ce sera par exemple le cas de la la ville de La Rochelle. « Dans un jugement rendu le 31 août, le tribunal condamne la société d’économie mixte gérant la salle à verser 20 000 euros à la société de spectacles de Dieudonné, Bonnie Productions,« en réparation du préjudice tenant à l’impossibilité de donner une représentation dans la ville de La Rochelle depuis 2009 ». bus_dieudo4-1ba89Comme le révèle le quotidien Sud Ouest, elle condamne également cette société à lui verser 12 316 euros « en réparation du préjudice financier issu de la non vente des places du spectacle », à 10 000 euros de versement au titre « du préjudice d’atteinte à l’image et à la notoriété artistique » et enfin à 1 170 euros « en réparation du préjudice financier issu de la non vente de DVD à l’issue du spectacle ». La justice chiffrant en ce cas à une cinquantaine d’exemplaires le nombre de DVD vendu lors du spectacle. Le maire de la ville expliquant à ses administrés que c’était bien une question d’honneur et de respect de la mémoire des déportés : « Cette condamnation de la ville de La Rochelle pour « préjudice moral » à l’égard de monsieur Dieudonné est inadmissible, puisque le préjudice c’est bien lui qui nous le fait subir en banalisant des idées nauséabondes », a-t-il déclaré.« Dans la ville qui a connu un maire comme Léonce Vieljeux exécuté à 84 ans au Struthof en déportation (…) on ne peut pas admettre qu’on ait demandé un tonnerre d’applaudissements comme l’avait fait Dieudonné à l’égard de monsieur Faurisson dans un spectacle où un technicien portant une tenue rayée de déporté juif venait remettre à Monsieur Robert Faurisson (l’historien révisionniste) la médaille de l’insolence. » Au moins, tout le monde n’acceptait pas de se faire berner !
      Une tentative d’escroquerie au spectacle, condamnée en justice
      bus_dieudo5-9aae0Cela se terminera donc une nouvelle fois au tribunal, cette fois pour des considérations purement commerciales, mais pas toujours dans le sens espéré par le comique : ainsi à Dijon, où le Centre International de Rencontre et de Séjour, le CRIS pensait aussi avoir commandé lui aussi une conférence-débat, « Les Productions de la Plume » ayant annoncé la venue de Robert Ménard, de Reporters Sans Frontières, ou encore d’ Edgar Morin sur leur affiche. Le CRIS se rendant contre de l’escroquerie avait annulé en temps la réservation des places. Direction aussitôt le tribunal ! Tout ne se passera pas comme à la Rochelle, heureusement. Car le tribunal de Dijon, dans ses attendus, avait entièrement suivi les organisateurs en condamnant Dieudonné et sa compagne, la responsable de la tournée : « l’association Cris (Centre international de rencontres et de séjour) rapporte la preuve que la SARL « les Productions de la plume » a délibérément dissimulé au Cris la réalité de son activité et que le Cris n’aurait pas contracté s’il lui en avait été donné loyalement connaissance. Le Cris fait valoir sans être contredit que la gérante de la SARL est la compagne de M. Dieudonné et que cette société ne rapporte la preuve d’aucune activité autre que l’organisation et la promotion de spectacles de l’humoriste ». e-quenelle-86250« Dissimulation » avait écrit le compte-rendu du jugement. Financièrement, ce n’était pas brillant non plus, comme tournée, si on récapitule : trois spectacles à 40 places, à 25 euros la place, soit 3000 euros pour chaque arrêt, la salle parisienne en rapportant plus que le double. Les frais du Dieudobus et les aléas des lieux de représentations « secrets » auront vite eu raison de la méthode. Il faut bien se rendre à l’évidence, hormis de bourrer sa salle parisienne de spectateurs à 39 euros pièce pendant plusieurs mois d’affilée, Dieudonné était alors en difficulté financières sérieuses, à ce moment-là, avec ses faux frais et son staff de onze personnes à payer et le flop total de ses tournées à venir. D’où l’idée chez lui de changer de structure commerciale, et de donner aux « Productions de la Plume » (rue des Volaillers) créées pour l’occasion de chapeauter les tournées, une deuxième structure servant visiblement d’écran servant à gérer autrement les autres rentrées d’argent. Baptisée subtilement « E-Quenelle », et décrite comme étant une société de « Conseil en relations publiques et communication » présidée encore par… Noémie Montagne, la compagne de Dieudonné… d’un côté 11 personnes, pour un CA de 1 806 800 euros en 2012, contre 88 100 euros pour une seule (c’est une SASU, une Société par actions simplifiée à associé unique). Intérêt juridique : entre autre, « l’entrepreneur opte automatiquement pour une imposition des bénéfices à l’impôt sur les sociétés. Il ne sera donc pas, contrairement aux entreprises individuelles, EURL et EIRL (qui n’ont pas opté pour l’IS), imposé personnellement sur les bénéfices réalisées par la société. » E-Quenelle, créée le 5 janvier 2012 seulement, et qui gère en fait le site des ventes de DVDs de Dieudonné :  »Pour toute demande concernant un produit ou service, pour toutes suggestions, informations, réactions concernant ce site, veuillez utiliser la rubrique contact du site dieudosphere.com«  peut-on lire sur le site. quenelle-10cd7C’est bien cette société qui gère jalousement les droits d’auteur des vidéos, ce dont on s’aperçoit à tenter de diffuser un extrait, notamment ceux où apparaît Faurisson… le procédurier Dieudonné tenant à son inversion de valeurs consistant à attaquer en justice tous ceux qui diffuseraient … ce pourquoi il a déjà été condamné ! Avec un chiffre d’affaires de 88 000 euros cela paraît fort peu de ventes en ligne en cette année 2012 (cela fait à peine 2250 DVDs ou de places de spectacle à 39 euros !)… L’histoire ne disant pas d’où provenaient le 1,8 million de CA de l’autre société : des spectacles de tournée ou de sa salle parisienne (*) ? En 2013, sa tournée du spectacle »Foxtrot » remplira encore des salles de 5000 spectateurs (soit 175 000 euros de CA par soirée – à 35 euros l’entrée !). spectacle-2-98788En dix soirées, en grandes salles, Dieudonné faisait son chiffre de l’année ! On verra des photos de ces salles pleines, avec un Dieudonné obligeant son public à baisser un peu le bras pour faire le geste de la « quenelle », certains habitués du football, dans la salle, continuant à le lever un peu trop haut… pour ressembler à… autre chose (dénoncée fort justement ces dernières semaines !). D’où la nécessité impérieuse pour lui d’en faire, justement, des soirées de ce genre ! Dans le concert des critiques sur la méthode utilisée, des applaudissements pourtant :l e 19 février 2013, en provenance d’une secrétaire départementale du FN, Sophie Robert, (« nouveau visage du FN ») lors de la suppression d’un spectacle à Saint-Étienne : « Quoi que l’on pense des opinions de Dieudonné, il est extrêmement grave qu’en France aujourd’hui, un citoyen soit censuré de cette manière pour avoir discuté, tourné à la dérision un fait historique ».. On n’était à nouveau pas loin à nouveau du « détail » du « marabout borgne ». Nouveau visage, mais vieilles rengaines ! La même en octobre 2013 prendra sa plus belle plume pour dénoncer le relogement de demandeurs d’asiles à Boen, dans la Loire. Une décision préfectorale, pourtant. Vieille rengaine, again.
      Un Dieudonné devenu… catholique !
      rivarol-68ecfLe 9 mars 2011, nouvelle provocation avec une interview dans Rivarol dans lequel deux thèmes vont revenir : celui de sa catholicité (?) et celui bien sûr de ses liens avec Faurisson. le premier temps fort étant une réponse à une question sur ses liens avec le curé Philippe et le baptême de « Plume », en présence de JMLP. On lui demandait ce jour-là s’il s’agissait d’une « d’une démarche de foi »(les provocations de Dieudonné ayant semé la confusion à ce propos). Ce à quoi l’artiste avait répondu : « J’ai toujours été attaché au Christ, à Jésus. Je m’appelle Dieudonné. Ma sœur s’appelle Félicité. Dans ma famille le Christ est présent partout. En revanche, je ne suis pas sûr que les Eglises aient toujours été fidèles au message du Christ. Jésus appartient à tout le monde. Dans le combat contre l’oppression sioniste, je vois aussi le Christ. blanrue_williamson-2915aS’agissant du baptême il était important d’unir un front antisioniste par des symboles forts. Ce que nous avons fait a perturbé certaines lignes à un moment donné. Pour les chrétiens qui y verraient une pure provocation et un manque de sincérité, je répondrai : pensez-vous que l’Eglise d’aujourd’hui est sincère ? Va-t-elle nous donner des leçons de sincérité ? Est-elle fidèle au Christ ? Moi, j’ai un profond respect pour le Christ. D’ailleurs mon prochain spectacle devrait s’intituler Jésus ». Une prise de position inédite pour le champion, jadis, de la laïcité et déclaré opposé à toute religion… Mais on le sait, plus rien ne surprend de la girouette des médias qu’est devenue Dieudonné. Une prise de position suivie d’une autre, dans le registre provocation cette fois :  »un autre personnage pour lequel j’ai beaucoup d’estime et de considération, c’est Mgr Williamson. Je suis d’ailleurs allé le rencontrer à Londres où il vit replié, en paria (il est allé avec Blanrue, très certainement : il est photographié ici aux côtés de Williamson, chez lui).. Le courage qu’il a manifesté montre qu’il est à mes yeux un vrai et un grand homme d’Eglise. Sa démarche est christique. Mgr Williamson est un résistant, un homme qui inspire le respect. A l’opposé de tout carriérisme qui n’est hélas pas rare chez les ecclésiastiques, il a renoncé à tout pour ses convictions. L’Eglise devrait s’inspirer de son exemple ; elle retrouverait de l’énergie et de la force ». Or Williamson, que Dieudonné expliquait être allé rencontrer… n’était autre que cet évêque traditionnaliste et intégriste (il avait été consacré le 30 juin 1988 par Mgr Marcel Lefebvre, la veille de l’excommunication de ce dernier !) dont le seul fait de gloire est la négation des chambres à gaz, faite en Argentine où il résidait depuis 2003. Cinq ans plus tard, lors d’un séminaire à Zaitzkofen, près de Ratisbonne en Bavière il avait récidivé, reprenant in extenso une déclaration faite auparavant plus discrètement à Sherbrooke au Québec… en avril 1989 (à peine nommé par Mr Lefevbre, donc). Il affirmait que  »Je crois que les preuves historiques, les preuves historiques vont fortement, énormément, à l’encontre de 6 millions de juifs ayant été délibérément gazés dans des chambres à gaz comme une politique intentionnelle d’Adolf Hitler ». Une déclaration dans laquelle il avait dit aussi que les « Juifs étaient les ennemis du Christ » et que « la Shoah était une invention des sionistes en vue de la création de l’État d’Israël ». veque-5b4c0Williamson sera aperçu à aéroport de Buenos Aires, le 24 février 2009, en casquette et tenue de sport : expulsé d’Argentine pour ses propos négationnistes, il rejoignait alors piteusement l’Angleterre. En affirmant être allé rencontrer Williamson avait sans s’en rendre compte réduit à néant une précédente interview dans laquelle il avait affirmé avoir appris « récemment » les thèses sur les chambres à gaz. Un évêque qui non seulement avait nié les chambres à gaz, mais avait aussi minimisé le nombre des victimes des camps, ce qui était dans la droite ligne des thèses de Rassinier, diffusées par la Vieille Taupe puis par Faurisson ! La négation des chambres à gaz, Mohamed Latrèche, supporter de Dieudonné dès 2002 en diffusait depuis longtemps les écrits ! Un Dieudonné qui insistait, pourtant, sur le sujet dont il se prétendait « ignorant » :  »j’ai découvert le révisionnisme. Je ne connaissais pas toutes les questions des chambres à gaz. Beaucoup de monde n’a pas cette culture bien que dans notre éducation les éditions Fernand Nathan nous aient largement expliqué qu’il existait un crime des crimes. Ce qui m’a intéressé, c’est l’infréquentabilité de Robert Faurisson. On m’a dit : Faurisson, si tu le croises, tu es mort. Donc la première chose que j’ai faite, c’est de trouver son numéro de téléphone pour voir à qui j’avais affaire. J’ai rencontré ce personnage, on a discuté, je lui ai remis le prix de l’infréquentabilité et j’ai été condamné pour cela. Avec Robert on est devenu amis et l’on a fait plein de choses ensemble, dont des sketches ». Incroyable cynisme ! Et incroyable aveu d’un attrait de la part de Dieudonné pour les pensées contraires à l’histoire, de l’ordre de l’irrationnel total, chez lui !!!

      Le problème des sources de Dieudonné, toujours le même

      En fait, sur ses sources,Negationnisme-1477a-37765 Dieudonné est toujours resté flou. En sketch, pourtant, dans « Mahmoud », son spectacle suivant, il donnera à ses spectateurs une toute autre version de sa prise de conscience »tardive » : « Moi je crois à l’existence des chambres à gaz, ouais (il fait un clin d’oeil). J’y crois énormément parce que… ben déjà parce que c’est obligatoire. [...] Non c’est vrai que j’ai eu un doute, j’ai eu un doute un jour sur l’existence des chambres à gaz en écoutant Bernard-Henri Lévy. Je me suis dit : si lui il est philosophe, peut-être que les chambres à gaz aussi c’est du bidon. Mais ce qui m’a fait croire définitivement dans les chambres à gaz, c’est Patrick Bruel. Il ne sait pas chanter le mec. T’entends ça, t’as envie de vomir, je te promets. [...] reynouard-4-685a1Et c’est là que je me suis dit : peut-être que l’Allemand il a pas la patience que j’ai, tu vois… (le public est hilare et crie « bravo ») Non puis il est bricolo l’Allemand, tu vois, en fin de matinée il t’a pondu une chambre à gaz juste pour se libérer les oreilles. C’est une théorie comme une autre, hein. Bon elle ne sera pas enseignée en CM2 l’année prochaine celle-là c’est sûr… Non le révisionnisme, voilà le sujet interdit sur scène. » C’est tout simplement odieux, et cela démontre surtout la grande faiblesse argumentaire du pseudo-comique, incapable d’expliquer qui lui a enseigné ces erreurs historiques que sont les arguments négationnistes, et depuis quand surtout. Comme pour la Traite des Noirs, Dieudonné ne connaît strictement rien au sujet. Il n’est que le jouet des négationnistes dont il ne fait que répéter les contre-vérités. Dieudonné n’a aucun recul historique, et croit telle quelle une théorie dont il a a tout prix besoin dans sa démarche antisémite. Ce n’est rien d’autre, et à partir de là, les sources, il s’en fiche complètement : il ne les vérifie en rien. C’est surtout son inculture, qui est flagrante, comme l’avait déjà noté Guy Bedos sur un plateau télévisé (déjà relevé lors de cette enquête).

      Ce « bon père de famille » , ses fascicules ses CD-Roms obscènes

      reynouard2-eb83dComme Faurisson, chez lui, pas de morts gazés dans les camps (mais de typhus seulement ), pas d’extermination au Zyklon et pas de nazis capables de le faire. C’est un projet caché, cette pseudo-pensée, celle qui consiste au final à réhabiliter Hitler. C’est exactement la pensée d’un Reynouard (ci-dessous en train de faire le salut nazi), qui a clairement dit qu’il souhaitait le retour de l’hitlérisme (« mais sans les camps« ), et Dieudonné ne peut donc que prendre sa défense dans le journal d’extrême droite, ce qu’il fait bien sûr :  »le révisionnisme est un vrai sujet mais pour l’heure il y a des gendarmes qui veillent, il y a même un homme qui est en prison en ce moment, Vincent Reynouard, père de famille nombreuse. C’est étonnant de se dire qu’au moment où l’on remet en liberté des pédophiles qui tuent des jeunes filles à Saint-Nazaire, on enferme un père de famille qui n’a rien fait. Je suis scandalisé par cette incarcération, j’ai d’ailleurs signé la pétition de Paul-Eric Blanrue. Mais ça bouge dans le monde. Nos geôliers tremblent : aujourd’hui Ben Ali et Moubarak, peut-être demain Sarkozy, Bush, Berlusconi. C’est exactement la même équipe. Il y a actuellement un vent chaud qui vient d’Afrique et j’espère qu’il arrivera jusqu’à nos côtes ». holocaust_denying_belgium-6dba8Encore une fois, Dieudonné parlait sans savoir. Le  »père de famille qui n’a rien fait » encensé par l’artiste a été exclu de l’Education Nationale alors qu’il avait tenté de pervertir ceux qui auraient ou être les enfants de Dieudonné. Pour cela Reyouard avait triché et menti sur toute la ligne ; des CD-ROM négationnistes avaient été envoyés à 120 établissements scolaires français portant l’entête (falsifiée !) du Conseil de l’Europe, de la Commission européenne de la Santé et de l’Education nationale. Le sujet en était un virus appelé« Fauridel-Zunsson » (lisez Zundel-Faurisson, les deux plus grands négationnistes), accompagnés d’une feuille explicative enjoignant les responsables CDI de les mettre au plus vite dans les bibliothèques ou les centres de documentation, pour les mettre à disposition des élèves. Le but avoué était bien de tromper les enfants ! Badinter avait dit et gagné un procès en affirmant que « Faurisson était un faussaire de l’Histoire« , Reynouard n’était donc qu’un de ses disciples en travestissant ainsi la distribution d’outils pédagogiques en milieu scolaire. Ce besoin de tromper les gens était bien la preuve de la minable entreprise d’un Reynouard, prêt à montrer n’importe quoi, .. à des enfants, faute d’arguments valables auprès des adultes. reynouard_taubira-4aa62La perversité de l’entreprise négationniste, personnifiée ! Dieudonné, si prompt à sauter sur l’argument pédophile, n’avait même pas songé deux secondes que ses propres enfants auraient pu tomber, avec ces manigances d’obsédé antisémite, sur la même chose avec un contenu pédophile à la place des démonstrations foireuses sur les camps d’extermination ! Comble de la lâcheté, Reynouard, qui a depuis longtemps déclaré sa flamme pour Hitler, (au temps du PNFE notamment) choisira Rivarol pour tenter de se défendre… en accusant quelqu’un d’autre, introuvable bien sûr :  »le coup avait été fait par un activiste révisionniste » avait-écrit, ajoutant une dose de lâcheté à son action déjà méprisable. Pour se « défendre », sur le net, l’ignoble raciste négationniste Reynouard ira jusqu’à se présenter comme un martyr vu par Tintin au Congo, en jouant de façon malsaine sur la couleur de peau de la ministre qui venait de lui signaler qu’elle l’attaquait à nouveau en justice ! C’était donc ça « un bon père de famille » montrant l’exemple, pour Dieudonné ?

       

      (*) certains ont une petite idée. Et d’autres, concernant aussi le rôle exact de l’épouse de Dieudonné dans tout le barouf sciemment provoqué. Les calculs de l’auteur de l’article démontrent une forme de stakhanovisme de l’utilisation de la salle de Paris (en prévisions) :  » – 22 fois le spectacle Dieudonné dans le mur en novembre 2013 - 24 fois le spectacle Dieudonné dans le mur en décembre 2013 - 17 fois le spectacle Dieudonné dans le mur en janvier 2014. Plutôt la preuve d’un repli en raison du refus des salles en France. Si l’on se base sur les moyennes les plus basses, c’est à dire 250 personnes par spectacle (tout en sachant que le Zenith d’Orléans, par exemple, compte 5.000 places) – et en proposant le prix moyen de 35 euros, on peut donc dire que Dieudonné, en 3 mois, juste avec ses représentations, va faire rentrer dans sa caisse pas moins de 787.500 EUROS (et c’est la moyenne basse !) en 3 mois ». On y ajoute les t-shirts et les DVDs ( 63.000 euros sur les produits dérivés sur 3 mois) et la restauration :  »pour être précis, tout est sous la direction des « Productions de la Plume », une entreprise dont la gérante est… Noémie Montagne (la compagne de Dieudonné) et où l’actionnaire majoritaire est… Dieudonné. Une jolie pirouette pour éviter les saisies ! (….) De la même manière, prenons les moyennes très basses : 5 euros de dépense moyenne au bar (à ce prix, on ne parle que d’un café et de la moitié d’un Twix), pour 20% des spectateurs sur 90 représentations : 22.500 euros de restauration sur 3 mois (….) cela fait : 873.000 par trimestre, soit 3.492.000 euros par an ! Plus les revenus des salles extérieures : « Rappelons qu’en 2012, uniquement avec sa tournée des Zenith, il a touché 3.000.000 euros… «  avec comme détail qui tue : « Quand on sait que la très grande majorité de ces rentrées financières se font en cash (au théâtre de la Main d’Or, on ne prend ni chèque, ni CB) »… pour les autres informations contenues dans l’article, je vous laisse juge ; seul actuellement un des « exclus » de l’équipe de Dieudonné, qui se répand depuis sur le net, répand les mêmes insinuations que pour ma part je ne suivrai pas.