11 - La descente aux enfers de Dieudonné

Publié par jean jean

 En 2009, la dérive de l’amuseur public s’accentue, son goût pour la chose politique étant resté aussi vivace. Il s’affiche désormais tous les jours avec des élus du FN, dont Michel Guérin, qui se présente sur sa liste électorale, en qualité de « nationaliste » , ce grand admirateur de François Duprat (un des premiers négationnistes en France). Mais aussi il se rapproche un temps de la secte de Rael, avec qui il partage un goût immodéré (et coûteux) pour les sports automobiles qu’ils pratiquent tous les deux (pas sûr que leurs propres fans en connaissent les dépenses somptuaires). On trouve aussi auprès de lui un rabbin, d’une espèce bien spéciale : celle d’une secte là encore qui prône l’anéantissement de l’Etat d’Israël, contraire selon elle aux principes de la religion juive « originelle » : en somme, la judéophobie qu’affiche l’artiste s’arrête aux portes de sa maigre pensée. Il admet bien des juifs à sa table, pourvu qu’ils souhaitent la même chose que lui. Une pensée dont le principal moteur est à l’époque un agitateur chiite, autre secte religieuse encore, un ancien boucher devenu prêcheur islamique dégotté au fond du département du Nord où ce dernier à installé une sorte d’école vaguement coranique, après être sorti jadis de prison pour tentative d’attentat terroriste. Si on ajoute à ce panel le philosophe de gouttière Alain Soral et le député belge déjanté Laurent Louis (qui venait de traiter le premier ministre belge de pédophile, et qui vient de se voir décrété la levée de son immunité parlementaire pour en répondre), on constate que le principe simple comme quoi la nullité attire son semblable se vérifie cette année avec brio chez Dieudonné et ceux qui l’entourent, arrivés comme attirés par un aimant par l’aura proche du zéro en politique qu’il dégage désormais. Gourou soucoupiste, rabbin de pacotille, député rejeté par ses collègues, garçon boucher devenu leader islamiste et ancien penseur de Jean-Marie rejeté par les amis de sa fille, l’affiche électorale qu’ose présenter cette année-là l’ex-comique est une vraie Cour des Miracles de la politique.
 
Fondation du PAS et participation à de nouvelles élections
Guerin-6c56a.jpg
  • La spirale infernale commencée par l’artiste va s’accentuer à partir de 2009. Au printemps, le démon de la politique l’a repris. D’emblée le ton est mis fin mars comme l’indique le Figaro  : « ll faudra compter en Ile-de-France aux élections européennes avec une liste Dieudonné. Officialisant la rumeur, le comique controversé a annoncé samedi qu’il était candidat au scrutin du 7 juin. L’ancien comparse d’Elie Semoun, qui s’était déjà présenté aux suffrages franciliens lors du scrutin européen de 2004, a appelé tous les « infréquentables » à rejoindre sa liste. Dieudonné M’bala M’bala a ainsi cité l’écrivain Alain Soral, ancienne plume de Jean-Marie Le Pen et qui vient de quitter le FN, le fondateur du groupuscule noir ultra-radical dissous Tribu Ka, et Thierry Messan, auteur de « L’effroyable imposture », qui conteste la version officielle des attentats du 11 septembre 2001. » Infréquentables », le ton est donné en effet. On est bien à l’opposé de la liste « Euro-Palestine » précédente. Des infréquentables auxquels Dieudonné en ajout d’autres, sans leur consentement nécessairement :  » Il a également souhaité la présence de l’ancien judoka Djamel Bouras et de l’humoriste Jean-Marie Bigard. « Tous ceux qui se sont heurtés à un moment à la pensée unique sont les bienvenus », a-t-il résumé ». La présentation de sa candidature est une énième façon de tout remixer : traite des noirs, antisémitisme et cette fois même une touche antillaise : « Il faut se battre contre le système béké. On l’appelle comme ça en Guadeloupe. En France c’est le système sioniste, c’est exactement la même chose. Ce sont les esclavagistes. Il faut qu’on se libère ! », a-t-il lancé, affirmant que « le sionisme gangrène la France, c’est un danger ». Autre péril à combattre, « le repli communautaire ». « Il faut que la République retrouve son sens et que nous chassions toutes les organisations mafieuses du type le Conseil représentatif des institutions juives de France, de la République », a annoncé l’humoriste« . Le fin mot de sa candidature est simple selon lui : « candidat « anti-communautariste et anti-sioniste », il a expliqué sa décision de se concourir par une « guerre culturelle » que lui auraient déclaré « le Parti socialiste et l’UMP », après une « saillie drôlatique » qui lui a valu l’annulation « d’un tas de spectacles ». Avec_Dieudonn_-e33e6-06933.jpg
  • Le voilà don bien loin de sa base de gauche de départ, fustigeant droite et gauche en mêle temps, comme le fait le FN. « Drôlatique », donc, selon lui, le déporté juif déguisé offrant un prix à un négationniste ? En fait, ce qui ne l’est pas vraiment, c’est plutôt le mélange des genres au sein de la fiche de ses colistiers…parmi eux, lors du débat tenu à Paris, à une semaine du scrutin, dans l’enceinte même du Théâtre de la Main d’Or ou environ 250 personnes avaient déboursé 8 euros en entrée, le numéro 21 de la liste annonçait la couleur : Michael Guérin, ancien responsable FNJ Rhône-Alpes (ici à la gauche de Jacques Vaissieux du FN, portant un drapeau. Un Jacques Vaissieux, photographié ici à droite en 2006 avec Jany le Pen et… Dieudonné !) Guérin s’était aussitôt défini sur scène comme étant « nationaliste révolutionnaire« , un des courants de l’extrême droite radicale, et s’était référé d’emblée à François Duprat, le premier éditeur de textes négationnistes en France. Il déclarait vouloir « se libérer des forces d’oppression qui sont toutes antinationales »… le ton de la campagne était lancé. Elle sera… glauque.
    Dieudonné drague chez les identitaires passés au FN
    guérin.jpg
  • Ce Michael Guérin, qui a d’abord été secrétaire général du Front national de la jeunesse (FNJ) dans la région Rhône-Alpes, après avoir fait partie des Jeunesses Identitaires et présider Jeune Dissidence, la structure djeun’s du Réseau Radical de Christian Bouchet (il y écrivait sous le pseudo de Michel Ferrari) est logiquement devenu le responsable de la section Savoie d’Egalité et Réconciliation (on retombe sur le clan Soral-Dieudonné !). Il s’était fait surtout remarquer par son racisme en 2008 en écrivant à propos d’Obama que « le plus agaçant fut cependant la profonde ignorance que reflétaient les propos des obamaniaques français. Dès lors que la couleur de sa peau en faisait un chantre de la révolution, inutile de se soucier de son programme ni de ses projets. Il est noir ! Noir ! Vous rendez vous compte de la nouvelle ère qui s’ouvre à nous ? Il est même mieux que ça, il est métis ! Deux cultures ! Imbéciles, crétins, idiots de bobos français élevés au grain soixante-huitard ».  se demander s’il avait bien regardé Dieudonné, métis d’une bretonne et d’un camerounais (mais n’essayons pas de demander à ce genre d’individu de raisonner). Un individu qui déteste autant les noirs sur une liste d’un fils de camerounais la tribu des Ewondo, il faut le faire ! Mais l’extrême droite n’en est pas à un paradoxe près. Avec un Guérin également fort remonté contre Mai 68, origine de tous les vices pour l’extrême droite :  »Mai 68 a encouragé la jeunesse à se détourner de ses racines, de son histoire, de ses héros et de tout ce qui a façonné notre identité au cours des siècles. Voici donc toute une partie de la jeunesse moderne révoltée contre son propre être, contre son propre patrimoine, en venant à se montrer plus que virulente à l’égard de toute manifestation de patriotisme. Pourtant, cette même jeunesse qui rejette et nie son identité, exalte celle de « l’autre » quand bien même elle ne la connaîtrait pas. Incohérence toujours. – Mai 68 a enseigné à ses partisans à rejeter les valeurs rattachées à la fierté, à la dignité, à l’honneur et au dépassement de soi au profit d’un libertarisme dévoyé aboutissant à l’avachissement le plus total » . Il déroule le vieux thème de JMLP sur la « décadence », un des autres dadas préférés du FN (le thème de mai 68 comme mère de tous les maux sera repris par Nicolas Sarkozy lors de sa campagne électorale, lors du discours resté célèbre du 29 mai 2007 à Bercy, signé Henri Guaino, qui touchera 290 000 euros annuels pour écrire ce genre de choses). Sans oublier son antisémitisme, noté dans un vocabulaire bien spécifique : « Si nous prenons l’exemple de la politique d’immigration de substitution qui menace notre existence en tant que nation, celle ci a été rendue possible par le déracinement des citoyens etl’instauration d’une véritable idéologie cosmopolite qui fut le fruit de « penseurs » comme Bernard Henri Levy, Finkielkraut ou encore Goldnadel, autant d’individus qui se revendiquent ouvertement du sionisme et qui poussent maintenant à la ratonnade contre ceux qu’ils ont hier contribué à faire entrer en masse sur notre sol. Israël est une tête de pont certes. Mais le sionisme international est multiforme et bien présent en France et en Europe où il dispose de nombreux relais, lobbies, agences médiatiques, collaborateurs politiques divers ». Le coup du lobby juif, encore une fois ! Glauque, avais-je dit !
    Dieudonné et la secte
    flyer_ral-26096.jpg
  • Mais avant, on aura l’occasion de rigoler, puisque c’est du Dieudonné : le 3 mars 2009, en effet, difficile de ne pas retenir son rire avec une annonce venue de la Bannlieue S’Exprime, dont le directeur est septième de liste, rappelons-le, et on peut donc le croire sur parole avec cette étrange vidéo. Digne de foi, c’est le mot juste en effet. C’est celle d’un membre de la secte de Rael, qui prône la « géniocratie » (?) présenté chez Dieudonné comme étant « Philippe » . De son vrai nom Philippe Levaux (l’homme avait été mêlé à une sombre histoire de garde d’enfants lors de son divorce en tant que raélien déclaré, il avait fini par les récuoérer au final). Dans son délire, Dieudonné avoue avoir déjà rencontré Rael (notamment à Lausanne en 2006), ce que confiment des photos, au prétexte qu’il est selon lui « infréquentable ». Drôle d’argument, qui lui aurait fait rencontrer Emile Louis avant sa mort pour les mêmes raisons. Le logo de Rael intéressant visiblement beaucoup Dieudonné sur la vidéo (c’est une croix de David avec une swatiska au milieu, pensez-donc ! autopop-0a8dc.jpg
  • Un Dieudonné tout disposé en mars à accepter une « vidéo-conférence »… de Claude Vorhillon, alias Rael, dans sa salle fétiche « à 17H30″. Un flyer retrouvé montrera la réalite de la chose (ici à gauche), que beaucoup voient comme une aide financière supplémentaire négociée par Dieudonné avec un individu banni de partout. En 2000, par exemple, les raéliens avaient tenté de faire une réunion « Ovnis » à Castres, et s’était fait rembarrés par le maire de la ville. Un Vorhilon qui avait démarré le raelisme comme un simple pari, avait écrit Jean-Jacques Arène dans Le progrès de Lyon, du 16 janvier 2003 : « Les extra-terrestres, on les a inventés un soir de 1973 lors d´un repas bien arrosé dans un restaurant proche de la place Gaillard, dans le centre ville de Clermont-Ferrand. Nous étions trois, et Claude Vorilhon était très impressionné quand Franck Mességué lui racontait comment son père avait fait fortune. Il l´était d´autant plus que son journal, Autopop, était à l´agonie ». » Pour nous, il s´agissait de rire. Pas pour Claude. Le lendemain il s´est rendu à la rédaction de La Montagne, pour raconter  » son  » histoire. Il s´est fait éconduire. Dès que la mayonnaise a pris, il a quitté Clermont-Ferrand, et les gens qui savaient. Je me souviens qu´il était fasciné par le succès de Maurice Mességué, qui a fait fortune avec les plantes. Son fils avait expliqué, disséqué la méthode de son père, et Vorilhon n´en perdait pas une miette «  Je suis sur le cul », poursuit le PDG clermontois, « de voir l’importance actuelle du mouvement raélien, présent un peu partout. Claude Vorilhon doit avoir de gros problèmes psychologiques au fond de sa tête, parce qu´il sait ce qu´il est. 2548411195_1-83d31.jpg
  • Il connaît la réalité de ses fantasmes. Vous savez qu´il avait fait un disque à la fin des années soixante, avec une chanson,  » Patricia « , entrée dans le hit parade ? Il chantait sous le nom de Claude Celler. En fait, il parlait sur une musique doucereuse, mais ça plaisait. Son pseudonyme de Celler, il l´utilisait aussi pour une rubrique dans Autopop, mais pas avec le même prénom : c´était Jacques, comme Jacques Celler ! Voyez-vous, j´aimerais bien le revoir à nouveau, et refaire notre bouffe à trois avec Mességué « . Raël a pris son essor à la suite d´une émission TV de Jacques Chancel, puis a multiplié les conférences en France et au Canada, et a multiplié les adeptes. Ils seraient plus de cinquante mille de par le monde. Mais pas un seul à Clermont-Ferrand, concluait avec une bose dose d’humour le savoureux article. Révélant de bien étranges approches entre la secte et Dieudonné.
    Rael et Dieudonné au volant
    nissan_dieudo2-fc9ee.jpg
  • Un Dieudonné, qui ne rechigne pas non plus à faire des tours de circuit sur le  »Circuit de Dreux, «  pôle mécanique pour la Hacker près de Paris« , anciennement appelé circuit de Bois Guyon, devenu une référence incontournable des circuits automobiles modulables en Ile-de-France ». Il a été en tout cas inscrit en « Nissan Star Cup », puis en « Star Challenge » a-t-on appris. On trouvera ici et là quelques clichés de ces exploits en Nissan Micra, dont un à Monthléry (ici à gauche) et un autre sur un podium en compagnie de Nathalie Simon, pour un trophée Speedy. En somme, il est loin encore de Vorhillon, question circuits et bagnoles. Un de ces proches des Ogres montrera aussi un image moins glorieuse, celle d’une de ses mises sur le toit, toujours à bord d’une Nissan Micra. On lira à propos de Rael qu’en 2001  »leProphète Bien Aimé n’a pas été ridicule du tout à Francorchamps, lorsqu’il a eu l’occasion de piloter une Lamborghini de 600 chevaux en compagnie de Jean-Claude Andruet. La location de la voiture ayant été payée sur une caisse différente de celle destinée à l’Ambassade. C’est un cadeau offert par ses « fans » qui étaient d’ailleurs nombreux à l’applaudir ». Applaudir l’élu -devenu très riche- des extraterrestes : « l’idéologie du mouvement est la « géniocratie », qui explique, entre autre, que seuls les êtres les plus intelligents peuvent voter. Le mouvement prêche aussi la hiérarchie des races. vorhillon-acae8.jpg
  • Dans ce but, les Raëliens sont invités à se faire retirer au moins un centimètre carré de l’os frontal après leur décès, conservé contre paiement par le mouvement, afin que les adeptes soient « recréés » par les extra- terrestres. Chaque adepte doit verser 3 à 10 % de ses revenus afin d’élever une ambassade pour les extra- terrestres et 1 % directement à Raël. Le rapport parlementaire de 1999, établi par la commission d’enquête sur la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes revient également sur les relations des raéliens avec l’argent. On y apprend que le mouvement a été impliqué « dans des ventes pyramidales par l’intermédiaire d’une société privée, spécialisée dans la vente par démarchage et à domicile ». La secte raëlienne se serait aussi attachée à prendre le contrôle d’établissements scolaires privés dans la région parisienne. Dans une école privée, propriété des Raëliens, dans l’Essonne, « on sélectionne les élites, en facturant 500 F pour des tests de quotient intellectuel. On y enseigne la doctrine de la secte, composée de méditation sensuelle et d’hostilité à la démocratie ». Quels conseils de gestion Dieudonné était-il donc allé chercher auprès de Vorhillon (car on n’ose penser qu’il puisse demander des conseils en politique, avec un tel programme affiché !) ? nissan_dieudo1-38480.jpg
  • « Dans leur propriété de Valence-d’Abigeois, il n’était pas rare de voir de riches adeptes, venus d’Allemagne, du Japon ou des Etats-Unis, se promener dans leur plus simple appareil. D’autre part, dans des écrits de la secte on peut lire : « il faut supprimer les lois faisant automatiquement un détournement de mineur d’un rapport sexuel entre un individu de plus de 18 ans et un individu de moins de 18 ans. Et reconnaître aux adolescents le droit à une vie sexuelle indépendante ». Aujourd’hui, le mouvement raëlien avance sous couvert d’une association, dite Association Raëlien du Sud Ouest (ARSO), dont le siège est à Bordeaux. Il y aurait 30 000 adeptes dans le monde et un millier en France ». Vorhillon-Rael, ce coureur automobile raté (aurait-il fait un tour à Bois-Guyon ?) avait trouvé le bon filon pour engranger l’argent facile et rencontrer des filles toutes prêtes à l’admirer. Ça se résumait à ça. Son histoire était aussi bête que ça, et ce ne sont ni ses costumes de série télévisée sur les extraterrestres ou son chignon sur la téte qui allaient le démentir… l’Histoire et les témoignages vous rattrapent toujours, en fait.
    Dieudonné, vraiment mauvais en histoire

    Car si Dieudonné s’était intéressé un tant soit peu à l’Histoire, il n’aurait pas agi avec autant de bêtise à son égard. Son affiche de 2009 le dessert complètement quand on gratte un peu ceux qui y figurent. Le rabbin qui se présente sur son affiche provocatrice de 2009 n’est autre qu’un membre d’une secte ultra-orthodoxe, déniché en Belgique. L’homme aux papillottes au premier plan s’appelle en fait Shmiel Mordche Borreman, c’est un proche du groupuscule religieux Neturei Karta, ceux qui, on l’a vu ont donné une conférence de presse au théâtre de la Main d’Or de Dieudonné. Il est lui même membre l’association d’étude Yechouroun,le mouvement de jeunesse du groupe « Kagueneck« , mouvement juif ultra-orthodoxe créé dans l’Est de la France en 1926. Personne n’est allé voir ce que représentait ce groupe venu de Strasbourg, à l’origine. cole_juive-8e978.jpg
  • Or il a été lui-même victime de la barbarie nazie ! Ce que Dieudonné ignore, ou feint d’ignorer, à l’évidence ! Son fondateur,Théo Klein, a vu en effet son frère Henri fusillé comme résistant en 1943, et ses deux sœurs, Mady et Clairette, alors jeunes étudiantes embarquées dans une rafle et déportées en Allemagne (on n’a jamais su leur sort exact). En 1941-42, le Yechouroun faisait des camps d’été pour les jeunes juifs dispersés dans la France occupée. Ils sauveront ainsi des centaines de jeunes d’une mort cerrtaine en camp de concentration. L’histoire du groupe a été visiblement ignorée par les médias (ou occultée par les amis de Dieudonné), or elle est pleine de terribles enseignements :« peu de temps avant le déclenchement de la guerre, Strasbourg fut évacuée, et les membres des différentes communautés juives se retrouvèrent à Limoges, à Périgueux ou plus globalement dans le Limousin et le Périgord. Les juifs de Strasbourg payèrent un lourd tribut : près d’un millier de personnes furent fusillées, déportées, moururent de privations ou au combat. La seule communauté Etz ‘Hayim eut à déplorer trente déportés dont le rabbin Brunschwig et son épouse et trois fusillés Henri Klein, le rabbin Samy Klein (1915-1944) et le rabbin Aron Wolf (1918-1944) ». Samy Klein, résistant fusillé par les allemands, était entre temps devenu l’adjoint du grand rabbin Kaplan (qui officiera longtemps après guerre en France).

    Des oublis surprenants 
    Coïncidence oubliée elle aussi par Dieudonnné, Le rabbin Kaplan ira faire un discours à la suite d’un attentat, survenu à Lyon, le 10 décembre 1943 : un attentat qui avait lieu à la synagogue de Lyon, où des grenades avaient été lancées pendant le service religieux du Shabath, et une dizaine de fidèles blessés : la fille du gardien avait reconnu dans l’un des assaillants… Paul Touvier, alors chef régional de la Milice locale… qui sera enterré bien plus tard à l’église, béni par le prêtre qui baptisera « Plume » ; la fille de Dieudonné ! Télescopage de l’histoire ! Ce dernier sera l’auteur d’une lettre pendant la guerre au primat des Gaules, le cardinal Gerlier, l’implorant d’intervenir aupès de Vichy pour arrêter les convois de juifs partant pour l’Allemagne, après une première tentative ratée auprès de Xavier Vallat, le commissaire aux Questions Juives de sinistre mémoire. massacre-6-8ae95.jpg
  • Celui qui se présente sur l’affiche anti-sioniste qui minimise tant le rôle de la Shoah fait partie d’un groupe religieux qui a été littéralement décimé par les nazis… soit l’anti-exemple parfait contre Dieudonné ! En écho à ce grossier oubli, Kaplan avait écrit prémonitoirement en 1940  »Racisme et judaïsme » (éd. Fernand Sarlat) qui avait été ensuite inscrit sur la liste « Otto », qui recensait les livres interdits pendant l’occupation allemande, mis au pilon sous l’Occupation comme étant « provocateur à la guerre » ! Dans sa lettre au primat, Kaplan avait clairement écrit que la déportation en Pologne des juifs raflés n’était pas pour les y regrouper mais bien pour les exterminer. La présence sur l’affiche de Dieudonné d’un héritier indirect de Théo Klein atteint le ridicule absolu, la liste « anti-juive » montrant en effet par l’exemple la terrible réalité de la Shoah !
    Les alliés sulfureux de Dieudonné
    affiche_2009-a22e9.jpg
  • Lors de la présentation, outre le rabbin de la secte Yechouroun, on remarque à la droite du candidat la présence de Yahia Gouasmi ; le fondateur du Centre Zahra France, situé dans le Nord de la France (à Grande-Synthe, près de Dunkerque). Une autre catégorie de personnage que celui-là Le moins qu »on puisse dire, chez lui, c’est que domine un antisémitisme flagrant, qui lui fait dire les pires propos ; plus ridicules les uns que les autres. Tel celui ci, récent, qui est un sommet dans le genre :  » Le sionisme, il est en train d’éduquer tes enfants. Tu n’as plus autorité sur tes enfants. Il est en train de les orienter comme ils veulent, où ils veulent, même comment il faut voter. Le sionisme est chez vous, et chez nous. Il divise le foyer. Il divorce le foyer. A chaque divorce, moi je vous le dis, il y a un sioniste derrière. A chaque chose qui divise une nature humaine, il y a derrière un sionisme. C’est ce que nous croyons. Et c’est ce que nous allons démontrer. Pour nous, le sionisme, c’est un mal.  » On n’est pas loin de la secte satanique, à ses yeux ! Retour aux doigts crochus des années de Vichy ! Un journal local décrit son sulfureux site Internet :  »le site et ses nombreuses vidéos renseignent aussi sur les amitiés entretenues par l’association. Amitiés pour le moins sulfureuses. Au-delà de Dieudonné ou d’Alain Soral (l’ex transfuge du Front national), on y trouve par exemple, Kémi Séba, chef de file des Damnés de l’impérialisme, dont le premier mouvement – la Tribu Ka – avait été dissous en 2006 pour incitation à la haine raciale et antisémitisme. D’autres noms interpellent aussi. Comme le père Michel Lelong, soutien du négationniste Roger Garaudy et favorable à la diffusion en France de la chaîne libanaise Al-Manar financée notamment par le Hezbollah ; une chaîne placée dans la liste des organisations terroristes par les Etats-Unis. On trouve encore des soutiens au Hezbollah. Ou des liens avec le Parti solidaire français, formation nationaliste « d’aspiration socialiste », dont un cadre figurait sur la liste emmenée par Dieudonné aux européennes de juin. On citera encore le nom d’Ahmed Moualek, responsable du site « La Banlieue s’exprime », rappelé à l’ordre cet été par la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme). Liste non exhaustive. Mais on voit se dessiner un réseau dans lequel gravitent groupuscules d’extrême droite, négationnistes, révisionnistes et anti-sionistes. Un réseau dans lequel il paraît toutefois hasardeux de préciser le rôle joué par le centre Zahra et son charismatique responsable » (**). Bref, l’homme aux côtés de Dieudonné pour les élections européennes n’est autre qu’un activiste… communautariste, ce qui ne semble en rien déranger un humoriste se déclarant ailleurs comme « anti-communautariste » !
    Un activisme armé ?
    gouasmi-soral-dieudonne-1243353033-99c44.jpg
  • Yahia Gouasmi (ici avec Soral et Dieudonné), l’ex boucher hallal devenu président de la Fédération chiite de France, présente pourtant un passé fort trouble, rappelle un article :  »1984. Avec deux autres hommes, Yahia Gouasmi est soupçonné d’être impliqué dans un attentat manqué contre un journaliste iranien opposant au régime islamiste à Londres. Juste soupçonné. Il demeurera un mois à la prison de Loos-lez-Lille au secret, avant d’être remis en liberté faute d’éléments probants. Pas de conclusion hâtive, mais cela invite à en savoir davantage sur ce boucher halal dunkerquois ». Gouasmi, actviste dangereux venu se fondre dans le paysage dunkerquois pour éviter qu’on fouine un peu trop dans son passé ? Un journaliste connu, Jean-Noel Coghe (compagnon personnel d’interviews rock dans le Nord) l’a rencontré plusieurs fois, au moment où il se faisait appeler « Yazid ». « L’ancien reporter de RTL évoque déjà cette proximité avec le pouvoir iranien dans les années 80. Le journaliste avait ainsi recueilli son témoignage sur un attentat à Téhéran durant la prière du vendredi (écouter la bande son) ; une interview dans laquelle il explique avoir participé aux premiers secours . En plein conflit Iran-Irak, Jean-Noël Coghe se rappelle encore des cartes d’état major de la région de Bassora promptement repliées à son arrivée dans la pièce. Et puis, il y a ces photos que lui a remises Yahia, voilà plus de vingt ans. Il en sort une : prise à quelques mètres par l’intéressé, on y voit Rafsandjani (ex-président iranien et bras droit de Khomeiny) s’exercer au tir avec un révolver. Et un autre cliché où s’étalent des dizaines de corps de soldats le bord d’une route toujours en pleine guerre Iran-Irak ». Dieudonné est fort peu disert lui-même sur Gouasmi. A raison : il n’a aucun intérêt à mettre en avant une carrière d’activiste… dangereux, qui prend si souvent l’avion vers des tas de direction : « ntre homme voyage beaucoup. Téhéran, bien sûr, mais aussi Marbella, Genève ou Lausanne, l’Allemagne… (Marbella, au lieu des soirées branchées et du trafic de cocaïne en Europe étant une destination un peu surprenante pour ce militant religieux). image018-1-07b81.jpg
  • Militant d’une République islamique au Maghreb, il entretient déjà de vastes réseaux. Jean-Noël Coghe évoque ainsi le jour où il lui décrochera une interview de Ben Bella, le président algérien déchu, en l’espace de deux minutes. Toujours dans son livre, le journaliste relate aussi sa rencontre avec des jeunes de l’Islam au domicile de Yahia dans les années 90. Délinquants repentis ou intellectuels universitaires collectant à l’occasion des fonds pour le FIS algérien ». En 2009, Gouasmi se rend au Liban où il rencontre le libanais Hassan Nasrallah, le Secrétaire Général du Hezbollah, chiite, considéré comme groupe terroriste et favorable à Bachar el Assad(voir photo ci-contre). Comme peut l’être Thierry Meyssab, réfugié… au Liban.
    Un amalgame sionisme-juif
    image028-221eb.jpg
  • On comprend soudain qui organise la claque lors des visites à Alger de Dieudonné (ici au centre Zarha lors de sa visite du 17 juillet 2008 ! Le FIS avait une branche armée, l’AIS, complètement manipulée par les services secrets algériens comme le décrit si bien le livre « Chronique des années de sang » de Mohamed Samraoui, un ancien responsable des services secrets de l’armée algérienne. Un livre dont les propos ne setont jamais remis en cause. L’Algérie avait été ensanglantée par des meutres et des assassinats pendant dix années, le pouvoir manipulant les uns et les autres dans le but de présenter un état fort, au milieu du chaos entretenu : l’incendie du Reichstag a laissé plein d’idées historiques à certains semble-t-il. Jeter la faute sur les autres et instrumentaliser, ce que les moines de Tibhirine ont appris à leurs dépens, hélas. En fait, l’activisme actuel de Gouasmi se résumant à un antisémitisme flagrant, comme le décrit l’Express :  »la consultation de ce site révèle rapidement une autre activité récurrente du centre : la diffusion d’images et de déclarations « antisionistes » très virulentes. A la date du 20 février, on pouvait ainsi visionner, sous la rubrique Galerie photos, des images terrifiantes, comparant le sort réservé aux juifs par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale à celui des Palestiniens face à l’armée israélienne actuelle. Le tout sous ce titre : « Le nazisme d’hier et le sionisme d’aujourd’hui ». Un amalgame souvent utilisé pour propager la haine contre les juifs, et qui va bien au-delà de la seule critique du sionisme, parfaitement recevable ». Un mélange des genres que n’hésitera pas à faire Dieudonné (dans son ignoble réponse à Patrick Timsit). image033-2d1bc.jpg
  • En juillet 2008, ce dernier avait donné une « conférence » (et non un spectacle !) dans le centre Zahia. Y assistait Mohamed Latrèche, le président du Parti des musulmans de France (PMF), antisémite comme on a pu le voir. A droite, l’arrivée au centre de Marc Robert (George) le chef de campagne de Dieudonné. Le mois suivant c’était au tour de Kémi Séba, extrémiste noir dont la Tribu Ka, son mouvement avait été dissous deux ans avant pour « incitation à la haine raciale » et « antisémitisme ». Un groupe dunkerquois donc insidieux : « en décembre 2008, il était invité à représenter le culte musulman lors d’une journée consacrée au dialogue entre les religions, organisée par un collège catholique de la région dunkerquoise. Ce jour-là, assis aux côtés d’un prêtre et d’un représentant de la communauté juive, il délivrait un discours apaisé devant des élèves de quatrième. Pour obtenir un brevet de respectabilité ? Son intervention était filmée par le centre Zahra, afin d’être ensuite diffusée sur son site Internet. Le principal de ce collège réalise aujourd’hui qu’il a été piégé : « Ce double discours n’a rien à voir avec les valeurs de tolérance et de fraternité que nous inculquons à nos élèves. » Après les salles de concert, les écoles, le prochain objectif des émules de Dieudonné ?
    Toucher le fond de la politique
    louis_gouasmi-0eb57.jpg
  • Yahia Gouasmi, toujours à l’affût de possibles contacts d’agitateurs ? Le président du Parti Anti Sioniste, annonçait le Le 28 mars 2013, le ralliement du député belge « indépendant » Laurent Louis,  au Parti Ani Sioniste de Dieudonné. Ce même Louis dont vous connaissez les frasques, dont les pires jamais faites en Belgique (écoutez ici la claque tranquille que lui envoie en réponse le subtil premier ministre DiRupo, contre lequel Louis a été ignoble). Un individu récompensé par Dieudonné en personne en juin dernier dans son fief même ! Ce qui lui vaudra les attaques (« bouffon ») de Souhail Chichah, un chercheur islamiste belge qui l’avait soutenu jusqu’ici ! Lui même incendié par.. Soral : « oui, il faut bien le dire, tous ces Jean Bricmont, Nordine Saïdi, Michel Collon (« un stalinien laïque ») et autres Souhaïl Chichah (« un lâche et un imbécile ») ne sont que « des antisionistes de pacotille et des faux-culs débiles ». Des propos sévères sans doute mais indéniables vu qu’iIs émanent non d’une quelconque vermine sioniste mais d’Alain Soral*, qui s’y connaît : il est lui-même un membre éminent (avec le tout aussi excellent Dieudonné) du Parti Anti Sioniste français (PAS) » pouvait-on lire, non sans amusement. Ambiance au PAS !! Louis allait-il raviver la flamme (lire pour ça ce savoureux billet le visant) ? Peu de temps avant, Louis venait de dire qu’il occuperait le poste de porte-parole du parti « Islam » qui présentera des listes en Belgique, aux futures électiions fédérales et régionales.  »Ce sont les responsables d’Islam qui sont venus me tendre la main » ajoutait-il ! Il n’y a pas que chez Dieudonné que l’islam iranien flirte avec l’extrême droite (depuis que ce texte a été rédigé, le fameux Louis a déjà été débarqué du parti « Islam » a-t-on appris le 28 octobre) ! Un Louis flingué ici en direct sur une radio (Twizz Radio) ! Or ce fameux parti « Islam » compte deux conseillers communaux en Région bruxelloise, un à Anderlecht (Redouane Ahrouch) et à un Molenbeek (Lhoucine Aït Jeddig). En 2009, Ahrouche s’était présenté comme colistier de Jean-François Abdullah Bastin. le fondateur du parti islamiste PCP (Parti Citoyenneté et prospérité), dont le fils avait impliqué dans les attentats contre des synagogues et des intérêts britanniques à Istanbul en novembre 2003. Son programme actuel est celui qu’il avait imaginé il y a quelques années appelé Noor mais « simpifié » . En fait il d’agissait d’établir la charia à Bruxelles, pas moins : souhaitant en vrac « le mariage adolescent », le « retour à la peine capitale » ou la « suppression de la mixité dans les lieux publics » ! On découvrira plus tard avec un certain effroi qu’Ahrouch avait été… engagé militaire dans l’armée belge, avec comme spécialité les chars. Lors de la guerre du Golfe, soupçonné de ne pas être fiable en cas de conflit, on l’a démissionné. On l’avait vu ensuite en Iran, avant qu’il ne revienne fonder une mosquée en Belgique. Un sujet intéressant pour Gouasmi, pour sûr ! Sans trop de surprise, on retroouvait dans une photo du site nos activistes (auteurs de ce grotesque texte provocateur), serrant la main de Louis et du rabbin Shmiel Mordche Borreman !
    L’unité de psychiatrie des docteurs Soral, Gouasmi et Dieudonné
    Unknown-10-2-161d2.jpg
  • Le 6 juin fera date également dans l’histoire de la galaxie Dieudonné, comme étant le jour de la honte journalistique. Ce jour là est le jour de la révélation de la folie dieudonnesque, pour ceux qui ne l’avaient pas encore comprise. Au prétexte d’une conférence de presse, les journalistes vont se retrouver invités dès l’entrée de la salle à décliner leurs noms et laisser leur carte avant d’assister à ce qui sera un vrai procès de leur profession, accusée d’être tous … des « agents sionistes », traduisez façon délire de Dieudonné « des agents au service des juifs« . Une rencontre surréaliste digne des années Pol Pot ou des procès du Maccarthysme, au choix ! Avec comme maître de cérémonie ou directeur de conscience l’homme de l’idéologie PAS : Yahia Gouasmi ! « Une fois passée la porte du théâtre de la Main d’or », raconte un journaliste de Larianne, il ne fallait pas plus d’une seconde et demi pour être alpagué par un charmant monsieur tout de noir corbeau vêtu. Présents pour la dernière conférence de presse de la liste antisioniste avant les élections du 7 juin, les journalistes n’auront sans doute pas été déçus du voyage. Contraints de décliner leur identité ou, pour les moins chanceux inconnus au bataillon, de présenter leurs papiers, tous ont pourtant joué le jeu afin de pouvoir rejoindre les rangs prestigieux -mais étrangement clairsemés- de la toute nouvelle formation sauce Dieudo. Le postulat de départ est simple et c’est Yahia Gouasmi, dirigeant du centre chiite Zahra, co-listier de Dieudonné et 3e sur la liste, qui l’expose aux étudiants-journalistes : « Aujourd’hui, les journalistes ne sont pas libres, les lobbies font de vous ce qu’ils veulent. Vous êtes manipulés par les sionistes. (…) Etre journaliste c’est être sioniste. Vous devez informer de la réalité ». Le programme est ambitieux. Et pour éduquer tout ce beau monde entièrement corrompu par le sionisme ambiant, la liste n’a pas lésiné sur les moyens : autour de Dieudo, Soral et Gouasmi ont été embauchés pour faire partie du corps enseignant ». ...comme leçon de journalisme, ce jour là on aura droit à la lecture de la lettre de soutien de Rael à la liste européenne de Dieudonné ! Pas trop convaincant, pour tout dire. Tous les journalistes présents en sortiront écœurés voire surpris pour les moins connaisseurs de la dérive idéologique de Dieudonné, relayée ouvertement par un Soral aussi dément que lui, ce dont on certains se doutaient depuis plusieurs années déjà à l’entendre proférer contradiction sur contradiction dans ses apartés vidéos narcissiques, filmés sur son célèbre divan rouge (une psychanalyse hebdo ?). La salle de la Main d’Or, ce 6 juin 2009 avait été transformée en véritable hôpital psychiatrique !
    Fin des négociations avec les soucoupistes
    dieudo_rael-e1e84.jpg
  • Au moins de juin toujours un communiqué (venu de l’espace ?) mettait fin aux spéculations. Rael avait oublié  semble-t-il de préciser une petite chose à Dieudonné : « le leader du Mouvement Raëlien précise qu’il ne soutient pas le Mouvement anti-sioniste de Dieudonné contrairement à ce qui a été écrit dans certains médias pour la bonne et simple raison que le Mouvement Raëlien est fondamentalement sioniste comme le prouvent les Ecrits Sacrés du Mouvement Raëlien : « les Messages des Elohim ». C’est à dire pour le Droit au retour en IsRaël des Juifs du monde entier, où le Mouvement Raëlien souhaite construire l’Ambassade pour l’accueil des Elohim, aussi appelée Troisième Temple dans la tradition Juive. »  Il semblait bien que quelque chose avait coincé, question… fond de commerce respectif ! « Mais s’il a délégué à une réunion de Dieudonné un représentant pour lire un des Messages de Iahvé, c’est pour souligner que le Mouvement Raëlien, bien que sioniste, est également « palestino-sioniste », c’est à dire également pour un Droit au retour des Palestiniens dans un pays sans apartheid où les deux peuples pourront vivre en paix et en harmonie, car renier le droit au retour des réfugiés Palestiniens est contraire aux principes de base du Judaïsme basés sur l’amour et le respect de toutes les races et religions. » En somme, la pub avait bien marché, des deux côtés ; chacun ayant eu leur part de médias… A peine si on avait remarqué une phrase d’un livre d’Alain Soral, « misère du désir » pages 63, (édition originale, 2004). « Les Raeliens par exemple, je me rappelle…. Rien de méchant, des quarantenaires sirupeux aux cheveux longs qui draguaient les étudiantes allemandes tentées par l’occultisme, afin de les initier à la grande communion d’énergie par la fesse en attendant les martiens. Sacré Rael ! il a fait son chemin depuis, l’ancien critique automobile, avec ses histoires de soucoupes volantes,… Sous ses faux airs de Michel Fugain , je ne peux m’empecher de trouver le mec sympathique…, gérant en grand patron gauchiste son big bazar extraterrestre. »… on sentait une petite pointe d’admiration pour les performances de drague du gourou, chez le philosophe toujours célibataire et pas trop porté sur la gent féminine, disent ses railleurs.
    Autre fêlé du Local
    druide2-3035f.jpg
  • Des illuminés comme Rael, ça ne court pas les rues. Mais on en trouve aussi hantant les lieux de prédilection de l’extrême droite, tout en se prétendant autre chose (en l’occurence « l’extrême centre » ici). Au Local d’Ayoub, on trouve de tout, et notamment… un druide, ou prétendu comme tel. « Yann Ber Tillenon est druide. Je l’ai rencontré dans le bar de Serge Ayoub, dit Batskin, leader retraité des skinheads français. D’abord gauchiste hardcore—Tillenon était l’amant de Joëlle Aubron du groupe terroriste Action Directe—il est ensuite passé par des mouvements d’extrême droite. Il est maintenant candidat à l’élection présidentielle sous la bannière de l’« extrême centre ». Il propose de séparer la France en dix régions indépendantes et de transformer la Bretagne en « Californie de l’Europe ». What the fuck ? » . En effet ! Un druide lui aussi étrangement tatoué, qui pratique la pratique la « chromatothérapie », qui consiste à « guérir les gens grâce aux couleurs ». Un « extrême centre » qui se résume surtout à de l’extrêmisme racial, comme on a pu le retrouver ici : les 8 et 10 juin 2006 se tenait à Moscou la “Conférence Internationale sur l’Avenir du Monde Blanc“. Elle était organisée par des organisations de droite radicale comme Athenaeum ou encore Synergies Européennees (nota : de Robert Steuckers). « À cette occasion fut faite une “Déclaration sur l’Avenir du Monde Blanc” en présence de Guillaume Faye mais aussi de notre camarade et ami Yann Ber Tillenon, un des 11 signataires de cet appel, lequel proclamait :Blancs du monde entier, unissez-vous !“ Un « druide » qui a été candidat des verts en 1978 mais est resté très ami avec Cohn-Bendit, et qui est ensuite druide-63486.jpg
  • devenu conseiller politique chez Ayoub : « dans les années 70, il est membre des groupes autonomistes bretons. Mais les services de police l’identifient dernièrement comme l’un des« conseillers politiques » des Jeunesses nationalistes révolutionnaires, groupuscule d’extrême droite dirigé par Serge Ayoub, plus connu sous le sobriquet de « Batskin ».« Jai bien rencontré les JNR, explique Yann-Ber Tillenon. J’ai tenu plusieurs réunions avec eux, mais on ne peut pas dire que je suis leur conseiller politique. J’ai discuté avec eux pour leur éviter de dire trop de bêtises. Mais je les ai rencontrés au même titre que j’ai rencontré les Beurs de Mantes-la-Jolie. Skins, Blacks, Beurs sont les mêmes révoltés d’une société qui n’est pas la leur. » En fait il a fait plus que « rencontrer » Batskin ; ensemble ils ont fondé l’association « Europa Riezel » qui elle aussi sera bien éphémère. A l’origine, il y a le Kelc’h Macsen Wledig,  »Le cercle de l’Empereur Maxime », un groupuscule breton créé par Tillenon et Tristan Mordrel, de la librairie Ogmios, fils d’Olivier Mordrel, vieux militant indépendantiste, ce qui raccroche le tout à Frédéric Chatillon ! On découvrira après guerre qu‘Olivier Mordrel (écrit aussi Mordrelle), surnommé  »Jean de la Bénelais » ou « Otto Mohr », ce brillant architecte, devenu grande figure du nationalisme breton (c’est le fondateur du journal Breiz Atao), avait aussi été un agent du Scherheitsdienst (SD), le redoutable service de renseignement du parti nazi allemand, avant de servir les anglais parmi les nazis réfugiés en Argentine (au passage il avait rejoint Jacques Doriot en Allemagne). kemp-91215.jpg
  •  Il avait été projeté au départ qu’il devrait après guerre commettre des attentats pro-nazis en Allemagne, tel un « stay behind« . Il avait été condamné à mort par contumace en 1946. Il avait auparavant laissé des traces d’un racisme évident : « en 1937, n’en restant pas là, Mordrelle rédige dans sa revue Stur (gouvernail) une longue défense du « racisme breton » : « Nous croyons à l’existence d’une super-race nordique dont les Celtes et les Germains sont deux rameaux distincts et d’égales valeurs », proclame-t-il en citant au passage cet extrait de Breiz Atao : « On n’imagine pas un Juif ou un Noir nationaliste breton.  » La secrétaire du mouvement n’était autre que Marine Letty, qui effectuait le même travail pour Troisième voie ! « Point de détail » à retenir, aurait dit JMLP : Dieudonné est aussi breton, par sa mère, Josiane Grué (qui a rédigé sa biographie et se défend d’avoir un fils antisémite). Les bretons sont étonnants, et leur histoire mérite toute notre attention, surtout durant la seconde guerre ou des mouvements autonomistes ont fricoté avec les nazis.
    Les raéliens, des pros de la désinformation
    rael_2006-19e73.jpg
  • Les partisans de Dieudonné et les soucoupistes se quittaient donc. Peut-être que l’un et l’autre s’étaient davantage renseignés sur ce qu’ils étaient mutuellement (et avaient évalué lequel pouvait davantage nuire à l’autre) : en 2003 Brigitte Boisselier, le « médecin » de la secte, celle qui avait annoncé avoir réussi un clonage encore jamais vu à ce jour, avait fait bien pire encore, en proposant d’utiliser sa méthode clonage pour  »faire repousser des nouveaux bras » à Ali Abbas, un jeune orphelin victime des bombardements en Irak dont le sort avait ému le monde entier. Des journalistes comme ceux que n’apprécient ni Vorilhon ni Dieudonné avaient enquêté auprès de la famille du malheureux cité, qui existait bel et bien. Pour vite découvrir que Brigitte Boisselier, ou Clonaid, son organisation fumeuse n’avait même pas contacté la famille !rael_et_ses_raelettes-eecaa.jpg
  • C’est Limbless, une vraie association médicale qui avait déclaré être scandalisée par cette utilisation du nom d’une victime de la guerre à des fins purement publicitaires. Chez Rael, tout est bon pour faire parler du mouvement ! Dieudonné compris. Lors des annonces du clone, Vorilhon avait constaté cyniquement sa publicité : après deux semaines, Raël se félicitait d’avoir obtenu « 500 millions de dollars de publicité gratuite  », grâce aux réactions « politiquement correctes  » des médias – et déclarait cyniquement à la chaîne américaine NBC. : «  Que les annonces du docteur Boisselier soient vraies ou fausses  ». « Même si Eve n’est jamais née, c’est“win win” [gagnant gagnant] à tous les coups . » Rael serait-il devenu le conseiller en coups médiatiques de Dieudonné ? Lui qui voyage souvent au Canada, aurait-il pu ignorer le procès de la secte pour son « Clitoraid », dont les publicités en Floride avaient été d’un mauvais goût absolu (comme le montre la photo ci-joint). Et les faux-nez de la secte : « en faisant plus tard des recherches, il a découvert que Clitoraid et Clonaid étaient reliés, étant tous les deux dirigés et administrés par Thomas Kaezig et Brigitte Roehr, connue autrefois sous le nom de Brigitte Boisselier » avait-on pu lire en septembre derniermiami_sex_expo-bf9de.jpg
  • La responsable de l’hôpital, Banemanie Traore, étant elle-même une « évêque » raélienne. A gauche la bien étrange campagne de pub menée en Floride, à Miami, pour alimenter les caisses de l’opération « clito » : le mauvais goût parfait était au rendez-vous. En 2010, on pouvait lire sur le site, pas mis à jour depuis que « En date d’aujourd’hui, le 1 septembre 2010, nous avons recueilli 217 000 $. La construction de l’hôpital est presque terminée, nous sommes à la recherche de fonds supplémentaires pour le terminer ». le site présentant donc des faux témoignages. Que faisait le docteur Pierre Foldès, reconnu et réputé, cité comme médecin, dans cette galère était un autre problème semble-t-il. Celui-ci nie formellement tout lien avec le mouvement et de plus dénonce toute utilisation des femmes excisées pour faire de la publicité à des mouvements religieux. A ce jour,« l’hôpital Burkinabe n’a toujours pas vu le jour et les détracteurs du mouvement disent qu’il s’agit d’un projet tout aussi chimérique que celui de créer des enfants clonés ou une ambassade pour accueillir des extra-terrestres »… le docteur cité par les raéliens comme chargé de la clinique est Marci Lee Bowers, une doctoresse transexuellephoto_clitoraid-db3b4.jpg
  •  (né Mark Bowers, devenu spécialiste (on dit « rock star » même) des opérations de changement de sexe ! Elle a rencontré les raéliens, qu’elle juge « un peu fous » affirmant qu’elle « n’a pas à adhérer à l’ensemble du concept pour faire le travail« . Le cas du petit Abbas, le faux hôpital de l’excision, désinformation sur un chirugien réputé, non décidément, les amis de Dieudonné sont véritablement infréquentables !
    Et on n’a encore rien vu des autres relations qu’entretient alors Dieudonné et les gens figurant sur son affiche électorale de 2009… ce qu’on va voir un peu plus loin si vous le voulez bien.