10 - La descente aux enfers de Dieudonné

Publié par jean jean

En 2007 et 2008, l’univers politique jusqu’ici plutôt flou de Dieudonné va s’affirmer et s’afficher carrément à droite, ou plutôt à l’extrême droite. On en est plus à une simple poignée de mains entre l’artiste et Jean-Marie LePen : ce dernier va carrément l’aider financièrement, en lui offrant une somme conséquente pour le prêt de sa salle parisienne au prétexte de préparer les élections grâce à la distribution d’un « pack » de formation pour ses élus, une idée concoctée par Chatillon et un élu FN lui-même responsable d’une société de phoning (bénéficiaire lui aussi de l’opération). Une idée qui va faire jaser, car au même moment le parti du vieux marabout borgne, comme l’avait appelé jadis Dieudonné, était endetté jusqu’au cou et peinait à vendre son fief immobilier (le célèbre « paquebot »). Quel intérêt Jean-Marie le Pen pouvait-il avoir à s’associer avec le comique, avait-il en cela subit l’influence d’Alain Soral que le vieux leader avait également imposé à ses troupes, au grand dam des supporters de sa fille, voilà qui posait sérieusement question. Cette année-là, on verra aussi Dieudonné se rendre dans la Marne, pour soutenir un élu FN qui fournissait le parti en champagne, ou on le retrouvera en Afrique, chez les pygmées, en compagnie de Jany Le Pen, la propre femme du chef du FN, ou en compagnie de Serge Ayoub, qu’il dira en 2013 n’avoir jamais rencontré auparavant. Cette gesticulation politique de l’artiste en marigot frontiste ne semble avoir en fait qu’un seul intérêt : celui d’un opportunisme financier, tant le domaine chez lui est primordial. Confronté à des refus de salle municipales en raison de ses déclaration antisémites, Dieudonné cherche alors de l’argent ailleurs, notamment en sollicitant ses supporters devenus vaches à lait avec la création d’un site vendant mugs, t-shirts et autres DVD de l’artiste,parfois dans des conditions juridiques douteuses, comme on va le voir. L’année 2007 se terminant par une provocation ignoble de l’artiste, en présence de Jean-Marie Le Pen dans la salle, ravi de voir une scènette antisémite, lui qui avait déclaré la shoah comme n’étant qu’un « détail » de l’histoire.
Jany et les pygmées
pygmees_dieudo-bbb3c.jpg
  • L’année 2007 commence pour Dieudonné par une bien étrange expédition. Débouté à son procès sur la traite des noirs, il s’en est trouvé d’autres à défendre : des pygmées. « T’as une tendance à te foutre de leur gueule en les voyant », dira-t-il en débutant son sketch, dans son spectacle « j’ai fait le con » où les grossiéretés ponctueront le propos toutes les 15 secondes. La provocation est la seule arme de Dieudonné, on le sait. Sur son site, il tiendra un tout autre discours en effet en prenant leur défense : « la déforestation de l’Afrique centrale « les a presque éliminés et a rendu leur situation sanitaire critique », écrit-il sur son site. Dans la foulée, il annonce qu’il a invité sept Pygmées à venir en France le 15 avril pour interpeller les candidats à la présidentielle. »  Or sur les photos de son voyage, ce ne sont pas les pygmées ni Jean-Michel Dubois, (le responsable des grandes manifestations du FN) que l’on retient mais plutôt la présence de Jany LePen (Jeannine Marie Louise Paschos), la (seconde) femme du leader frontiste, qui s’occupe d’humanitaire à ses heures, comme les dames de la bourgeoisie au XIXe se targuaient de s’occuper de « bonnes œuvres » chrétiennes. dieudo_jeny-76c5c.jpg
  • « Dieudonné insiste. La présence à ses côtés de Jany Le Pen, l’épouse du président du Front national, sur la scène du théâtre de la Main d’or à Paris, vendredi, n’a rien de« politique ». De retour d’un voyage humanitaire au Cameroun, la femme du leader d’extrême droite n’est là que comme présidente d’honneur de Fraternité Française, une association caritative satellite du FN. » Non bien sûr elle est plutôt là pour décorer la scène, sans doute, se dit-on. Mais en fait c’est déjà le premier étage de fusée d’un accord avec le FN qui a été lancé.  »Dieudonné, propriétaire du théâtre de la Main d’or, déterminera son vote à la présidentielle en fonction des réponses des postulants à l’Elysée sur le sort de cette peuplade. lepen_jany_dieudo-b8b24.jpg
  • Et, dans ce cadre, le FN et son leader semblent avoir pris une longueur d’avance en s’intéressant avant tous les autres au sort de « ces gardiens de la forêt », comme les désigne Dieudonné » raconte Libération. C’est donc une opération de com’ orchestrée par Dubois et non un acte humanitaire ! La présentation surréaliste se terminant par une phrase de Soral : « Vous pensez que Nicolas Sarkozy sera sensible au sort des Pygmées, dont il est très proche par la taille ? » lâche l’essayiste Alain Soral, désormais hissé au rang de conseiller spécial de Le Pen…. la campagne de Dieudonné n’a jamais volé très haut, mais en ce 24 mars 2007 elle vient d’atteindre un maximum… dans le ridicule. Les pygmées promis ne viendront pas : adrien_rene-73682.jpg
  • à peine si on remarquera au mois de juillet suivant la présence dans la capitale d’Adrien Sinafasi Makelo (ici à gauche lors d’une conférence de la Rainforest Foundation), 49 ans, et 1,55 mètre seulement. Un pygmée à Paris ! Le porte-parole de l’association congolaise « Dignité Pygmées » association créée l’année précédente seulement, et dont le contact est… Adrien, le pygmée que n’a pas rencontré Jany, aucunement contacté par Dieudonné ou par Jany LePen. Les journalistes n’avaient remarqué qu’une chose sur les photos : Jany Le Pen arborait un T-shirt marqué LPDR, qui avait intrigué. Celui du parti de l’ultra-nationaliste russe Vladimir Jirinosvki… autre propagande même pas déguisée !
    Dieudonné, un produit d’export… au Québec
    lepage2-1fdcc.jpg
  • Son spectacle nouveau Best-of : le meilleur de Dieudo » est présenté au théâtre de la Main d’Or, et cette année là il s’envole pour le Québec pour le Festival « Juste pour rire« . Là-bas, il aussi ses fans….et ses détracteurs, qui sont encore trop peu semble-t-il.« Comme l’a écrit le chroniqueur du Devoir Christian Rioux , « [s]i l’humoriste Dieudonné doit demander un jour l’asile politique quelque part, ce sera probablement au Québec. » (Christian Rioux, « Le « martyr » Dieudonné », Le Devoir, vendredi 14 juillet 2006) » avait relevé le Huffington Post. Il y avait déjà été interviewé l’année précédente par Guy A. Lepage, le présentateur de « Tout le monde en parle » version québecquoise (le concept d’Ardissson est international, décor compris), pour la promotion de son spectacle précédent « Mes excuses« . Il y fait tout d’abord profil bas, tout en ressortant son thème de « lynchage personnel »…. et très vite il était reparti, affichant avec aplomb une mauvaise foi assez phénoménale, « qu’il na jamais été tenu de propos antisémite, car il n’est pas antisémite «  et qu’il n’est qu’un « universaliste« . Devenant alors … négationniste de sa propre dérive ! Il ressortait ensuite les insultes « sale negro » de son agression, autre mensonge, car cela avait été démontré comme non prononcé lors de son procès par ses propres amis présents. Il fait aussi une allusion a ce qu’il avait écrit dans le le France-Soir le 12 mai 2005, lors de son appel pour.. . antisémitisme, où il avait mis en parallèle deux affaires sordides, en roi de l’amalgame : en reprochant « au gouvernement de se déplacer quand « on brûle deux poubelles dans la rue Popincourt » (à savoir l’incendie d’un centre social juif à Paris en août 2004) mais pas selon lui « quand 22 Noirs périssent dans un hôtel en flammes ». Puis il ressort à la fin de l’interview sa phrase sur son « lobby sioniste » et la minimisation de la Shoah, encore une fois, montrant la méme terrible obsession ! Il ajoute à la fin de l’interview « qu’il a été lynché deux ans sur une rumeur » qui disait « cet homme est antisémite« , « j’ai eu 17 procès que j’ai tous gagné, j’ai été relaxé à chaque fois«  : ce qui était bien mentir ouvertement devant des caméras étrangères. Il a bien tenu des propos déclarés antisémites et condamné pour cela par un tribunal, comme on a déjà pu le voir, lors de procès très souvent poussés jusqu’à l’appel voire plus loin, l’homme étant en prime procédurier (autant que LePen !). Ce qui lui a longtemps permis de dire qu’en effet il n’avait pas été condamné… définitivement ! Dieudonné joue sur les mots, lorqu’il ne ment pas. Le 11 septembre 2007, par exemple, il sera encore condamné à 7 000 euros d’amende pour l’expression « pornographie mémorielle » à propos de la Shoah. Ce chiffre de 17, n’est pas anodin chez lui : il l’avait déjà sorti dans une interview accordée à la militante pro-palestinienne Silvia Cattori, où il parlait seulement de « 17 procès », plus celui en cours.  »Le 12 mai 2005, il confiait à la même Silvia Cattori : « Je suis tombé sur un filon. Dix-huit procès en un an, c’est exceptionnel » note un blog très subtil qui a recensé ses mensonges successifs :
    lepage-2-37141.jpg
  • « Nous laissons de côté l’action engagée il y a longtemps par Patrick Sébastien et un défaut de permis de conduire en 2008, nous trouvons encore sept condamnations :
     - diffamation d’Arthur (juin 2006 pour la condamnation en première instance, septembre 2007 pour la renonciation de Dieudonné à faire appel)
     - incitation à la haine raciale dans l’affaire des propos sur les juifs « négriers » (condamnation définitive en novembre 2007)
     - diffamation publique à caractère racial dans l’affaire des propos sur la « pornographie mémorielle » (juin 2008)
     - diffamation de Patrick Bruel (février 2009, au Québec)
     - diffamation d’Élisabeth Schemla, ex-directrice de publication du défunt site internet Proche-orient.info (mars 2009)
     - diffamation de la LICRA (décembre 2010)
     - injures antisémites dans l’affaire du prix remis sur scène au négationniste Faurisson (mars 2011). Il faut ajouter à cela la cassation, en février 2007, de la relaxe dans l’affaire des propos sur « les juifs, une secte, une escroquerie ». Dieudonné perd parfois les procès qu’il intente : contre la journaliste Anne-Sophie Mercier en octobre 2007, contre le député Julien Dray en juin 2008 . » 
    Précisons qu »au Québec aussi, justement, il a été condamné, pour avoir insulter Patrick Bruel avec… les mêmes termes avec lesquels il s’en était pris à Arthur : «  par la Cour supérieure du Québec à verser 75 000 dollars au chanteur Patrick Bruel pour avoir traité ce dernier de « supermilitant » sioniste, de « militaire israélien » qui approuve que l’armée israélienne « tue les enfants palestiniens » au sud du Liban lors de l’émission Les Francs-Tireurs du 29 novembre 2006, à Télé-Québec. Dieudonné avait également affirmé que le chanteur souffrait du « complexe de supériorité de certains Israéliens », c’est-à-dire qu’il pense qu’il fait partie « d’un peuple supérieur ». ?Ces propos avaient été enregistrés par l’animateur canadien Richard Martineau (un « familier des milieux maçonniques montréalais » comme il se présente, et plutôt classé à droite islampophobe, taxé aussi de  »manque de rigueur journalistique » à propos des Inuits !) lors d’une interview pour « Les Francs-tireurs », une émission de Télé-Québec diffusée le 4 décembre 2006, elle devait être reprogrammée, mais la seconde diffusion n’aura jamais lieu, les producteurs, en visionnant l’émission l’avaient trouvé trop insultante. « Dans Le Journal de Montréal, la prod a bien précisé que ce trappage ne découlait pas d’une intervention du chanteur. Ce qui n’a pas empêché Dieudonné, contacté hier par 20 Minutes d’estimer, à l’inverse, que des pressions ont été exercées. L’occasion de crier, une nouvelle fois, à la « censure «  pouvait-on lire dans 20 minutes. Dieudonné, incapable de s’amender, et toujours à crier au « complot juif  » contre sa personne (il dit « sioniste », on le sait, pour ne pas avoir de poursuites). Le retourneur de haine avait encore frappé. Dieudonné attise la haine, et quand on lui renvoie à La face, joue invariablement au martyr persécuté.
    Des ventes de cassettes interdites de distribution à l’affaire Fofana
    L’usage de deux insultes similaires attribuées à deux chanteurs différents présentant comme seule similitude d’être juifs (Arthur s’appelle Jacques Essebag et Patrick Bruel Maurice Benguigui) révélant bien ce qu’on peut appeler une monomanie maladive. Une obsession du juif. Un problème qu’il contourne désormais ouvertement, sans qu’on ne s’en aperçoive trop, ce qui est plutôt inquiétant de la part des pouvoirs publics (c’est en train de changer en 2013, semble-t-il )images-57-2-372b6.jpg
  • . Dans sa liste de spectacles en DVD, disponible sur le net, on peut en effet aujourd’hui noter cette aberration en droit qui devrait logiquement lui valoir d’autres ennuis, décrit par l‘entreprise qu’il dirige et dont il est le responsable, juridiquement : « le DVD (« j’ai fait le con » enregistré au Zénith de Paris) est interdit à la vente, cependant vous pouvez le commander en envoyant un chèque de 20€ à l’ordre de Bonnie Productions, Théâtre de la Main d’Or, 15 passage de la Main d’Or Paris, France, 75011″. Cela tombe en effet dans le domaine de « la vente à la sauvette : vente sans autorisation sur le domaine public de l’état » avec comme sanction  »six mois d’emprisonnement et 3 750 € d’amende » (par vente constatée). Les vidéos de ce même spectacle, retirées de Daily Motion ou de You Tube, sont régulièrement remises par les fans, à peine enlevées. Dieudonné est devenu un troll sur le net, aidé par sa meute de fidèles (dont Allain Jules, propagandiste se prétendant sur son site « journaliste » qualifié ici « d’énergumène » pour avoir répandu l’idée de la mort de 50 enfants en Lybie, une idée complètement fausse). Dans un des sketchs de ce spectacle immonde, il présente ainsi Youssouf Fofana le sinistre « chef du gang des barbares » comme  »collectionneur de pin’s », « gentil au départ« …. je vous passe le reste, obscène, sur le sort  d’Ilan Halimi, massacré par Fofana pour la seule raison qu’il était juif. On comprend l’interdiction à la vente ! Fofana, encensé lui aussi par Allain Jules, a été condamné à la réclusion perpétuelle le 11 juillet 2009, rappelons-le. Le porte-parole du PS, Julien Dray, deux ans après la mort d’Ilan Halimi, affirmera devant le tribunal de Paris que l’humoriste Dieudonné, qui le poursuivait alors en diffamation, »avait contribué à créer un climat d’antisémitisme, propice à ce meurtre ». Les propos incriminés remontent à février 2006. Lors de l’émission « Parlons-en », diffusée sur La Chaîne parlementaire et consacrée à la montée de l’antisémitisme en France, M. Dray avait notamment affirmé : « On a les effets différés aujourd’hui de tout ce qu’a fait Dieudonné tout au long de ces mois et de ces années (…) Il y a un effet Dieudonné ». Il avait obtenu la relaxe, n’en déplaise à Dieudonné. Détail sordide : la « rabateuse » de Fofana séduira le directeur de la maison d’arrêt, Florent Gonçalves, qui sera démis et condamné lui aussi à un an ferme, une amende de 10.000 euros et une interdiction définitive d’exercer toute fonction publique. L’affaire est demeurée glauque, de bout en bout ! Comme est glauque la plainte déposée le 19 février 2013 par Dieudonné contre le résidant au Théâtre de la Main d’Or »,  où figure le nom de Fofana, inscrit comme « résidant au Théâtre de la Main d’Or«   (ce qui constitue donc un faux juridique manifeste, pour lequel il pourrait aussi être condamné !) ! Autre événement significatif sur le sujet : en ce moment, Alexandre Arcady prépare un film sur le sujet du meutre d’Halimi, et lors du début du tournage au Palais de Justice de Paris, ce dernier à été perturbé par une meute de fidèles de Dieudonné venus assister à son énième procès pour antisémitisme…. Le 4 octobre, 2007, pourtant, Dieudonné se désistera de son appel contre Arthur, acceptant pour la première fois sa condamnation. Pas la bonne période pour lui…en train de ramer pour remplir ses salles, et surtout… la sienne, dans le 11eme.
    Le coup de pouce financier du FN
    theatre-2-771f7.jpg
  • On l’a vu, le comique devenu clown sinistre a besoin d’argent. Sa salle peut lui en fournir, à condition qu’on la loue. C’est le Parisien qui va vendre la mèche un an après les faits, pour expliquer qui la lui emprunte. « Le Front national aurait versé quelque 60 000 € à Bonnie Production géré par Dieudonné M’Bala M’Bala, le vrai nom de l’artiste. Le contrat portait sur la location d’un espace, le Théâtre de la Main-d’Or dans le XI e arrondissement de Paris, propriété de Bonnie Production. Joint hier, le Front national n’a pas démenti cette information. « Nous avons formé à cet endroit des militants pour obtenir les cinq cents signatures de maires qui permettaient à Jean-Marie Le Pen d’être candidat pour ce scrutin », explique Jean-Michel Dubois, vice-trésorier du Front national. Le fantaisiste Dieudonné n’a pas souhaité confirmer cette information, soulignant seulement que la comptabilité de « sa société était saine » (à l’époque on n’a pas encore découvert sa fraude fiscale datant de 1997). rachinel1-2f471.jpg
  • Ce qui paraît étrange, c’est le montant  :  »le Théâtre de la Main-d’Or, d’une capacité de 200 places, est loué environ 2 000 € la journée (de 9 heures à 17 heures). Pour ce prix, la direction propose en plus un buffet campagnard et la présence d’un vidéoprojecteur. Avec son budget de 60 000 € pour la formation des militants, le Front national aurait pu s’offrir la salle du Zénith et ses 6 000 places (environ 52 000 € ). Le FN n’a pas voulu préciser s’il avait loué la Main-d’Or pour une journée ou plusieurs ». Plusieurs, sans aucun doute, ce qui aura l’art de mettre en fureur une partie des cadres du parti. A ce moment-là en effet, le FN est en train de se battre pour tenter de vendre son fief de Saint-Cloud, dans les Hauts-de-Seine, depuis 1994, surnommé le paquebot, car il manque cruellement d’argent pour attaquer la présidentielle (le bâtiment ne sera vendu qu’en avril 2011 !). A l’origine de la vente, le refus de l’imprimeur du parti de continuer à servir de vache à lait perpétuelle. « C’est Fernand Le Rachinel, député européen du FN, qui a emprunté auprès des banques, moyennant une prise de garantie sur ses entreprises, les 8 millions d’euros de la campagne législative, pour ensuite les prêter au FN. Il doit rembourser les banques en plusieurs échéances, la première étant fixée au 31 décembre pour un montant de 1,5 million d’euros. Le solde doit être acquitté en mars. Il n’entend pas payer de sa poche et attend que le mouvement le rembourse à son tour. rachinel2-095e9.jpg
  • Il a même saisi les tribunaux pour que sa créance sur le FN – représentée par des billets à ordre –, ne puisse être contestée et que la vente du siège serve prioritairement à le défrayer. Le jugement doit être prononcé lundi prochain. Les précautions prises par Le Rachinel lui ont valu des critiques au sein du mouvement. Mais il a fait valoir à Le Pen, qui en est convenu, qu’il ne pouvait faire assumer la dépense par ses entreprises. » expliquait le Figaro. Le 15 novembre 2013, la condamnation de JMLP à rembourser Le Rachinel devenait irréversible  : »la condamnation du Front national à rembourser plus de 6,3 millions d’euros de dettes, majorées de près de 600.000 euros d’intérêts, à Fernand Le Rachinel est devenue définitive hier après le rejet du pourvoi en cassation du FN, a révélé aujourd’hui des sources judiciaires »
    Le pot aux roses
    Main-dor-1c566.jpg
  • Tout cela n’expliquant pas pourquoi un parti endetté jusqu’au cou avait pu se permettre une telle largesse avec l’humoriste… qu’espérer en retour ? On retrouvera une des factures, adressée à ean-Michel Dubois, président de l’association de financement de la campagne électorale de JMLP, montrant à quoi avait servi la salle de Dieudonné : « celle de 20.000 euros pour quatorze demi-journées entre le 22 janvier et le 9 février 2007, dans le but de « former 20 télé-acteurs pour la recherche de signatures de maires ».Une action chapeautée par Régis de la Croix-Vaubois, le responsable de RCV qui est aussi candidat du Front national aux législatives dans la Nièvre. Sa société sera payée la bagatelle de 307.000 euros pour du phoning. En épluchant les factures, les sages découvriront que des personnes avaient aussi été facturées indûment :  »48 642 euros de rémunérations accordées à six amis du FN ayant participé à la quête de signatures, en l’absence de contrats de travail (dont Marc Georges, alors très proche de Dieudonné, et Farid Smahi, l’homme qui a quitté le FN en janvier dernier, lassé de jouer « le bougnoule de service ») ». On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, semble être la devise du FN… qui louait donc grassement la salle de Dieudonné et subventionnait son directeur de campagne tout aussi grassement !
    Dieudonné, ce laïc qui aime tant les églises traditonnalistes
    Un moyen pour Dieudonné de poursuivre sa route, aidé financièrement, et de continuer sur le même thème récurrent, et d’augmenter encore dans l’abjection. Un abject qui va se faire en plusieurs étapes. D’abord avec la reconnaissance des liens importants entre l’humoriste et la famille LePen. Cela commence par une étonnante dépêche de l’AFP du 16 juillet 2008.   »Le président du Front national Jean-Marie Le Pen est devenu le parrain du quatrième enfant de l’humoriste controversé Dieudonné, lors d’une cérémonie à Bordeaux la semaine dernière, a indiqué une source proche de l’humoriste, confirmant des informations de Libération mercredi. Selon l’enquête du quotidien, le baptême de l’enfant, une petite fille, a eu lieu à Bordeaux, dans la paroisse traditionaliste de Saint-Eloi, par l’abbé Philippe Laguérie, ancien curé de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, bastion intégriste parisien. Ces informations sont « exactes », a déclaré la source interrogée par l’AFP, sans vouloir donner plus de détails ». Des photos montrent en effet une réception dans la propriété de Montretout de JMLePen, dans laquelle on peut voir le député du FN, sa femme, le couple Dieudonné et un autre couple, delui de Frédéric Chatillon (ici on le voit avec JMLP et Chatillon). dieido-le-pen-chatillon.jpg
  • En vidéo, Dieudonné bottera en touche quand on lui demandera si le coup du baptême était réel ou si ce n’était qu’un coup de pub en disant qu’un magicien ne rébvélait jamais ses tours. Avouant ainsi qu’il lui arrivait en effet de tromper les gens… Un magicien ayant eu recours à un abbé bien spécial lui aussi : Philippe Laguérie. C’est l’ancien  »curé » de l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, bastion traditionnaliste, et un soutien affiché de LePen depuis des années nous rappelle Wikipédia :  »durant la période où l’abbé Laguérie y officiait (de 1984 à 1997), les connexions avec les personnalités d’extrême droite n’étaient pas rare. En 1987, alors que Jean-Marie Le Pen vient de créer le scandale par ses propos sur les chambres à gaz, on entend l’abbé à la télévision française prendre la défense du président du Front National, qu’il présente comme une victime de la « grande banque juive qui tient la France en dictature depuis quarante-cinq ans »et prendre la défense de négationnistes en ces termes : « les thèses des professeurs Roques et Faurisson sont parfaitement scientifiques ». En 1991, il présentera le Front national comme étant le « Parti le moins éloigné du droit naturel  »  ; un curé… négationniste, voilà qui semble… naturel chez Dieudonné ! lagerrie.jpg
  • Un curé dont l »église Saint-Éloi de Bordeaux sera même filmée avec JM LePen et madame attendant sur le parvis, en compagnie de Noémie Montagne, compagne de Dieudonné, pour ceux qui auraient douté de sa fréquentation ! Un Laguérie admirateur de la Milice et de Vichy  : « le 25 juillet 1996, l’abbé Laguérie procède à la célébration d’une messe pour les obsèques de Paul Touvier, ancien fonctionnaire de police collaborationniste, condamné pour crimes contre l’humanité en 1994 pour l’exécution de sept Juifs lorsqu’il était chef de la milice lyonnaise sous l’occupation allemande. Au cours de cette messe, l’abbé Philippe Laguérie qualifiera l’ancien milicien d’« âme sensible, délicate et même nuancée » et souhaite se faire « l’avocat de Paul Touvier auprès de Dieu ». Un prêtre ayant évoqué « l’âme sensible » des miliciens pro-nazis portant sur les fonts baptismaux « Plume », alors la petite dernière de la frâtrrie Dieudonnesque ! On aurait pu espérer meilleur départ dans la vie à cette pauvre innocente !
    Sabrer le champagne, une habitude chez les LePen
    bourson-6531b.jpg
  • Un rapprochement qui avait commencé dès le mois d’avril 2007 avec une étrange apparition de Dieudonné au fin fond de la Marne : « L’humoriste Dieudonné Mbala Mbala est venu apporter mardi 22 mai son soutien à un ami et associé de Jean-Marie Le Pen, Patrick Bourson, candidat du Front national aux législatives dans la troisième circonscription de la Marne (Reims-Suippes). « Je ne suis pas membre du Front national, mais il est important que les hommes de bonne volonté se réunissent », a déclaré l’humoriste. »J’ai eu la chance de rencontrer la femme de Jean-Marie Le Pen au Cameroun. Même sans soutenir le mouvement politique, j’ai trouvé cela formidable », a-t-il ajouté ». Voilà qui sonnait fort la langue de bois, le rappel des pygmées dans la Marne ! Etrange lien, pour un étrange personnage en effet : Patrick Bourson, c’est le fils d’une espagnole et d’un soldat américain, élevé par un algérien, ancien du FLN (!), et il a en effet été condamné à 12 ans de prison en 1980 pour divers braquages, est resté 5 ans à Clairvaux, (prison de très haute sécurité), et a aussi été privé de ses droits civiques durant 25 ans. Sorti de prison, il était devenu VRP (où il avait été alpagué pour chèques en bois) avant d’épouser une riche veuve de Villers Marmery, en pleine Marne, héritant d’un vignoble de Bourgogne au passage. Devenu riche, il organisera des fêtes mémorables avec Gérard Bourgoin, l’ex « roi du poulet » (et du Football, on y croisera même Boy George et Germaine Jackson !). Pour ce qui est du champagne, il s’associera avec… JM LePen pour sortir une cuvée un peu « spéciale » résumée ici par LePoint : « … Jean-Marie Le Pen tient une place à part étant lui-même producteur de champagne. Avec son associé, Patrick Bourson, ancien braqueur reconverti, il propose même une cuvée spéciale destinée aux bars gays parisiens sous l’étiquette « Veuve Poignet ». Le vin a toujours inspiré les poètes… ». herbetot-ff889.jpg
  • A tout bien regarder, JMLP a toujours eu un faible pour le champagne, surtout chez ses supporters les plus riches  : « Le Marquis de la Roteuse : ancien PDG des champagnes Heidsieck et Piper-Heidsieck, le marquis François de Suarez d’Aulan fait de la mousse pour le Front. Membre du comité de soutien à la candidature de Le Pen à l’élection présidentielle, animateur du Cercle Tocqueville, dont l’objet consistait à jeter des ponts entre la droite et le FN, le marquis se dépense sans compter. Il navigue entre ses demeures rémoise, parisienne (avenue Foch) et un grand château du Calvados classé monument historique mais interdit aux visiteurs (c’est celui d’Herbetot ; ici à droite) « . Qu’était donc allé faire Dieudonné dans cette galère à caisses de champagne pour bars homos, certains ont leur petite idée, champ_lepen-d2d64.jpg
  • la principale étant le rapprochement avec Jean-Marie, voire la pêche, déjà aux voix des maires ! D’autres pensant que le champagne vu aux mains des gens du carré VIP de la Main d’Or aurait très bien pu provenir des caves de Bourson. A 4 millions d’euros de revenus les cuvées de vins LePen (celle des bars gays ne faisant qu’une production confidentielle de 800 bouteilles par an), l’odeur de l’argent attire il est vrai tout le monde. Le gag de Bourson étant que lorsqu’il se présentera aux présidentielles de 2012, il réunira 508 signatures de maires, avant de laisser tomber au final, de quoi rendre malade Dieudonné, qui n’y est jamais arrivé. Même en allant le soutenir juste avant la fin du dépôt des candidatures… Dans un but toujours inavoué.
    L’encombrant Chatillon
    images-58-2-bb65b.jpg
  • Au FN, on fait des tas de rencontres, en effet. Etudiante en droit à l’université d’Assas, Marine Le Pen a rencontré là-bas Frédéric Chatillon, alors président du GUD. C’est aussi le mari de Marie d’Herbais (à propos de laquelle je reviendrai), amie d’enfance de Marine lePen ! De son passé au GUD, Chatillon en a gardé une admiration sans bornes pour Mussolini, ayant fait réaliser à son propos un DVD sur la dictature par la Semis, une officine d’extrême droite dont l’un des DVD s’intitule « la désinformation autour de l’immigration« .….avec  »images du fascime » (le DVD de Chatillon) , « Pierre Sidos, une vie au service de la France«  ou même le « Triomphe de la volonté » le film de Leni Riefensthal, ou « Les dieux du stade » dans la collection « propagandes ». En ce sens, Chatillon est un boulet pour le projet d’ouverture de Marine LePen, chatillon-dieudonne-et-faurisson-c489f.jpg
  • car il est pire que son père avec sa SERP en n’hésitant pas non plus à s’afficher avec en particulier Faurisson (et Dieudonné !) ! Un Chatillon qui s’est beaucoup démené avec Alain Soral pour faire le site Égalité & Réconciliation (puis mettre en place Infosyrie, site de propagande de Bachar el Assad), ou mettre à disposition un endroit baptisé le Local, fin 2007, en compagnie du troisième larron, Serge Ayoub, skinhead ayant tâté du trafic de drogue dans les années 80, et d’un quatrième même, Philippe Peninque, ancien dirigeant du GUD lui aussi mais aussi ancien avocat radié du barreau de Paris à la suite de malversations financières et d’une sombre affaire de passeports. Peninque s’était rappelé aux bons souvenirs de l’actualité cette année comme étant celui qui avait ouver le compte de Jérôme Cahuzac 1992. C’est Patricia Cahuzac qui avait mis en contact son mari avec Peninque. Le Monde note « l’argent proviendrait d’au moins deux placements dans des mines d’argent du Pérou, au début des années 1990, via une SCI, La Rumine, créée en 1998 par d’anciens militants du GUD (fondée par Lionel Queudot et sa femme),lepen_ayoub-69e46.jpg
  • une organisation étudiante d’extrême droite musclée, que fréquentait à l’époque le couple Cahuzac ». Les sources d’approvisionnement de l’extrême droite étaient déjà fort…. diversifiées ! Que Dieudonné vienne chasser dans ce marigot ne peut en faire qu’un extrémiste de droite avéré. Et qu’il puisse dire qu’il ne connaît pas aujourd’hui Ayoub un autre gros mensonge. On retrouvera Marine LePen, la coupe de champ’ à la main, dans le local d’Ayoub. La preuve une photo, où la tapisserie affichée était bien la même, comme le montrera le Petit Journal. Ce sera en 2008, pour la première « 100% French Pride » organisée par le site d’extrême droite FDesouche.com. L’occasion de ressortir là aussi la cuvée « homo » de papa ?
    Dieudonné avait déjà rencontré Ayoub il y a six ans (au minimum) !
    egalite_universite_d_ete_2007-df19a.jpg
  • En juin 2007, le polémiste girouette, ex gigolo (il l’avait expliqué à Mireille Dumas) devenu féru de politique depuis la perte de ses cheveux, Alain Soral, grand admirateur de François Duprat, crée son association Egalité&Réconciliation alors qu’il est toujours membre du bureau politique du FN où il a été imposé par JMLP en personne. Soral prêche un gallimatias mêlant relents lointains de communisme (internationaliste par définition), appel à soutenir Chavez (?) et admiration pour l’extrême droite musclée et nationaliste à la Duprat (en somme, les têtes dont Ayoub orne ses manifestations !). Bref, personne ne peut le suivre, dans ces évidentes contradictions, cela fait déjà plusieurs années qu’il vocifère en mélangeant un peu tout. Il est surtout déclaré « anti-sioniste », ce qui signifie vite chez lui une haine des juifs qu’il ne cache que de plus en plus difficilement. images-26-4-c7ebe.jpg
  • En 2011, le député suisse d’extême droite Oskar Freysinger (invité par Jean Robin, autre extémiste de droite muni ce jour-là de sa brosse à cirage) l’avouera sans détours à la suite d’une réunion avec lui : Soral est pour Freysinger bel et bien un antisémite (c’est à écouter à 16’24″ du début, où Soral en prend pour son grade en anti-juif caractériel). « Ce qu’il a rêvé sur les camps de concentration, je lui ai dit mais tu es malade, mon gars » (à 19’50″) indique Freysinger, effrayé par le comportement de Soral dès qu’on parle des juifs devant lui. Or ce groupuscule organise très vite son université d’été, au domaine de Grand’Maisons que Dieudonné va venir visiter  :  »les 8 et 9 septembre 2007 à Villepreux a eu lieu la première Université d’été de l’association, organisée par Marc George et à laquelle participèrent Dieudonné, Christian Bouchet (extrême droite « nationale revolutionnaire »)villepreux-super-banquet-e730c.jpg
  • Jean-Marie Le Pen, Farid Smahi (membre du bureau du FN), Serge Ayoub (ancien chef skinhead d’extrême droite) ainsi que Giorgio Damiani, webmestre de vox NR (un proche des sites d’extrême droite pseudos « alters » comme Alterinfo de Zeniel Cekiki et « tousaufsarkozy.com » de Michel Schneider, ex cadre du Fn), et Ugo Gaudenzi, directeur du quotidien italien Rinascita. L’assistance comportait également quelques anciens militants du GUD, tels Philippe Penninque ou Gildas Mahé ». On notera que dès le mois de juin 2007, Dieudonné avait déjà rencontré Serge Ayoub, à cet endroit, contrairement à ce qu’il venait de dire lors de sa rencontre dans son théâtre pour sa causerie sur Clément Méric, le jeune « antifa » tué. A Grand’Maisons, où Gollnisch convoquait tout le monde à un banquet pour sa propre campagne au sein du parti (voir photo à gauche) on avait donc un beau panier de crabes d’extrême droite. Et cela, Dieudonné ne pouvait l’ignorer. Comme il ne pouvait ignorer l’antisémitisme flagrant de Soral. Il est amusant de constater que c’est aussi à Villepreux que l’année suivante, en 2008, se tiendra le « 1er Congrès nationaliste » organisé par le Renouveau Français ». 170x170-ct-062f8.jpg
  • On pourra y voir une belle brochette également : à savoir Jérôme Bourbon, le rédacteur en chef de Rivarol, André Gandillon, rédacteur au magazine Militant, Pierre Hillard (membre du réseau voltaire de Meyssan, ici à droite, « chercheur en géopolitique », et « écrivain »), Hervé Ryssen l’antisémite avéré, Pierre Sidos (le responsable de l’Œuvre française) et Thibaut de Chassey (celui du Renouveau Français). On admire au passage lors de la réunion dans la vidéo les ouvrages sur Pétain et la chanson chantée complètement faux, ou ici leurs croix celtiques et leurs t-shirts Lonsdale). Pitoyable folklore !
    Le suicide médiatique au Québec
    TV5-1-6e103.jpg
  • En novembre 2007, Dieudonné se retrouve à nouveau au Canada, sur TV5, lors d’un dîner où des invités devisent avec des présentateurs, dont Luck Mervil, unindépendantiste activiste humanitaire, avec le chef cuisinier Carl Bourgon (dans l’émission Le 3950 de Renaud-Bray, une chaîne de libraires). Un autre concept signé Ardisson. On y trouvait Richard Martineau (déjà décrit ici), Sylvie Durocher, sa propre femme, journaliste, Cathy Gauthier, humoriste, et François Bugingo, journaliste et vice-président international de Reporters sans frontières. Il était tout de suite questionné sur la rencontre avec Jean-Marie LePen, où il se retrouvait vite cerné de collusion avec un négationniste « vous vous êtes foutu dans la merde » lui lance d’emblée Martineau. Ajoutant « maintenant que vous êtes brûlé en France, allez-vous vous établir ici ? «  Ce à quoi il répond « je soutiens un autre candidat » - venu soutenir Ségolène Royal, il avait été copieusement hué à Charléty - (*) car on l’a oublié, mais celui qui était allé serrer la main de LeLepen était allé soutenir Royal, ou plutôt avait tenté de le faire ! La preuve de son inconséquence totale en politique ! Ou de son irrépressible opportunisme ! C’est alors le journaliste Bugingo qui lui pose une longue question qui va le destabiliser : « vous êtes un homme de scène, vous avez fait toute votre carrière sur scène et vous comprenez le poids de l’image, le poids de chaque geste dans un scénario, même au délà des mots, juste une photo vous savez ce que ça vaut alors être aux côtés ce jour-là aux côté de JMLP vous savez que symboliquement en termes d’image et en terme de scénographie, cela apportait une charge émotionnelle et politque et médiatique énorme »… ce à quoi il répondra que  »je trouve que ce que vous dites est banal, vulgaire, c’est de la pensée unique, c’est commun, il n’y aucun risque à dire ce que vous dites…. vous allez plaire au plus grand nombre, j’entends déjà Michel Drucker…. Dieudonné fait ce soir-là dans le mépris le plus complet, utilisant sans s’en rendre compte un extrait du vocabulaire typique de LePen, et citant comme référence contraire… Michel Drucker, comme par hasard présentateur de télévision… juif (son obsession !). Non, ce jour-là, les canadiens venaient (enfin) de constater qui il était véritablement. Dieudonné affirmant piur se justifier que  »JMLP, pour moi, était dans mon univers politque à l’opposé de ce que je suis. Donc la moindre des choses pour moi, dans dans ma construction personnelle, encore une fois, au moment où je me retire de la politique, c’est de faire ce pas en avant et d’aller vers lui ».. plus loin, il affirme devant les autres qu’ils sont bien trop  »plein de certitudes ». Ce jour-là, Dieudonné en parlant de « construction personnelle » avouait un grave problème psychologique chez lui, venu de sa double origine, qu’il vit visiblement fort mal ! Rattrapé par ldes questions sur la Shoah ou l’Iran ; oû il venait de dire vouloir se rendre, il revient sur LePen et l’immigration et inflige alors un « médiocre » méprisant à ses interlocuteurs, repartant on ne sait comment sur le « génocide pygmée« . Toujours cette propension à minimiser la Shoah et à la comparer à autre chose de dimension variable ! C’est un Dieudonné qui s’énerve depuis en plus, face à ses interlocuteurs, que vont voir les téléspectateurs, confronté au « détail » de LePen sur lequel buttent les invités. Il se retrouve vite coincé avec une question simple, sur celle d’aller en journaliste interviewer ou non Hitler, ce à quoi il répond sans hésiter « oui »… Richard Martineau ayant répondu juste avant « jamais ». Ce soir là, le système Dieudonné, consistant à ne pas répondre et à balancer un autre sujet, et à être dédaigneux, en avait pris un sacré coup ! Au final il avait bien été… coincé, obligé de répondre en ayant méprisé à pluseurs reprises ses interlocuteurs. Anecdotiquement, on peut noter que Mervil avait joué un personnage appelé… Dieudonné, dans  »C’est pas moi, c’est l’autre« , d’Alain Zaloum, sorti en 2004. Durocher, le lendemain face aux critiques auxquelles elle devait faire face sur le net, harcelée par les fans de Dieudonné (ils savent être extémement virulents !), qui continuent aujourd’hui à présenter ce repas comme une grande victoire Dieudonnesque, écrivait : « j’affirme bien au contraire que nous nous sommes tenus debout devant un être odieux qui copine avec Le Pen, qui prendrait une tasse de café avec Hitler « pour faire jasette » et qui glorifie l’Iran et Cuba (deux grandes démocraties, comme chacun le sait).«  Ce soir-là, l’artiste avait révélé un côté désagréable de sa personne. Celui d’un dédaigneux sans argument véritable comme explication de son rapprochement avec un personnage douteux de la vie politique française, un négationiste avéré. Les canadiens réunis autour de la table ne savaient oas qu´ils pourrait faire pire encore… avec son baiser de l’araignée à Jean-Marie, le vieux crocodile du négationnisme rampant.
    Le spectacle de la honte
    dieudonnefaurisson02-e9c09.jpg
  • Le FN un marigot où les vieux crocodiles du négationnisme baignent depuis longtemps. Ce que Dieudonné va démontrer avec éclat le 27 décembre 2008 avec une mise en scène abjecte lors de la dernière représentation du spectacle « J’ai fait le con » (aujourd’hui interdit de diffusion, donc, mais vendu quand méme à distance par Dieudonné, ce qui est une grave infraction juridique). Celle de son régisseur, Gilbert Sigaux, déguisé en déporté portant l’étoile jaune, montant sur scène pour remettre à Robert Faurisson «  le prix de l’infréquentabilité  » inventé pour l’occasion par Dieudonné, devant un public acquis, parmi lequel figurait en bonne place JM LePen et madame (la célèbre protectrice des pygmées). Libération nous apprendra que dans la salle il y avait aussi Kémi Séba…« leader du groupuscule noir racialiste, la Tribu Ka », « Il y a aussi Philippe Olivier, l’époux de Marie-Caroline Le Pen, passé dans les rangs mégretistes lors de la scission de 1998″, et « le présentateur de télévision Julien Lepers« . Celui-ci devra faire plus tard une mise au point : « que les choses soient claires : je ne cautionne pas les provocations de Dieudonné même si, par ailleurs, c’est un humoriste talentueux dont certains sketchs m’ont fait mourir de rire. Quand il a commencé ses conneries avec Faurisson, je me suis levé pour partir ». 
    Réactions : même au FN, on condamne
    On apprendra dans le même article qu’aussi qu’au FN… on avait vite compris que ce soir-là on avait dépassé les bornes : « le lendemain, à l’annonce de la nouvelle, Marine Le Pen, vice-présidente du FN et benjamine des trois filles du leader d’extrême droite, envoie un SMS énervé à ses collaborateurs parisiens. « Cette mise en scène est affligeante. Ces types sont dingues !!!! »écrit-elle. Après s’être dit « étonné » et « choqué », Le Pen se ravise pour convenir que « Dieudonné avait un peu exagéré ». Il n’empêche : ce soir-là Dieudonné était arrivé au comble de l’horreur médiatique. Le tollé qu’il déclenchera dans les semaines suivantes sera équivalent au séisme qu ‘il venait de proviquer. Stéphane Hessel aura le mot juste à son égard et envers ses spectateurs, qu’il avait trompé :  »on connaît Dieudonné, c’est un hurluberlu que personne ne peut respecter, et cela n’est pas pour moi le plus grave. Le pire, ce sont ses cinq mille ovationneurs. J’ai 92 ans, et il m’est insupportable de voir que l’horreur de l’extermination des juifs par les nazis puisse aujourd’hui fournir un prétexte à faire rire. Les médias ont d’ailleurs considérablement réagi contre ce qui s’est passé au Zénith. Il va maintenant y avoir une poursuite judiciaire, donc on ne peut pas dire que l’affaire ait été passée sous silence. Cela dit, cette poursuite conduira à une nouvelle sanction dont Dieudonné se fiche visiblement. Ce sont les cinq mille spectateurs qui la mériteraient, car ils ont bafoué les droits de l’homme tels que les ont violés les nazis ». Hessel n’oubliant pas la confusion qu’avait encore une fois entrenue Dieudonné :  »mettre en parallèle ce qui s’est passé au Zénith et ce qui se passe à Gaza, cette prison à ciel ouvert, est une double indication : celle qui nous oblige à rester vigilants sur ce qui est de l’antisémitisme, mais aussi celle qui nous impose de rester combatifs sur la violence sioniste et israélienne tout à fait inacceptable en terme de droit international ». Moins inspiré, ce jour-là, Hessel, pour la conclusion, car retombant dans l’amalgame dont se repaîssait justement Dieudonné !
    Les dommages collatéraux
    Une vision que Dieudonné en tout cas, est incapable de proposer. Il va en payer le prix fort : le lendemain même, des salles prévues se décommandent. Ainsi pour Besançon, Belfort et en Haute-Saône. Leur producteur, outré, à tout annulé : « En voyant Faurisson se faire remettre un prix par une personne déguisée en déporté juif, je me suis dit : « dédicace.jpg
  • ou tu cautionnes, ou tu as une conscience et tu annules les spectacles », – ce que j’ai fait », a indiqué mardi à l’AFP Hamid Asseila, responsable de la société bisontine Nouvelle Génération Production, en charge de l’organisation des spectacles.  »J’ai eu mal au coeur pour le peuple juif qui a beaucoup souffert. On ne peut pas s’asseoir sur 2 millions de morts », a-t-il ajouté (à noter qu’il faisait alors du révisionnisme !), précisant qu’il avait visionné de « longs extraits du spectacle au Zénith ». Pour Yves-Michel Dahoui, adjoint à la culture de Besançon, « les organisateurs ont pris leurs responsabilités. Ce n’était pas aux politiques de censurer, et c’est à chaque citoyen de se rendre compte des dérives nettement condamnables de Dieudonné ». En leur âme et conscience, beaucoup vont juger en effet qu’il est allé beaucoup trop loin. Quitte à y perdre de l’argent. Pour Dieudonné ce sont d’autres ennuis qui s’annoncent mais pour les organisateurs aussi : « Près de 500 places étaient déjà vendues pour le spectacle prévu le 4 février à Besançon, 300 pour celui programmé le 5 février à Belfort, et entre 150 et 200 pour le 28 mars à Port-sur-Saône, a indiqué Hamid Asseila qui estime ses pertes à près de 20.000 euros, dont 5.000 euros déjà déboursés en communication.  »J’avais signé trois contrats avec la boîte de production de Dieudonné qui peut désormais me demander des dommages et intérêts », redoute-t-il. Et de ça, il ne va pas s’en priver, hélas ! Dieudonné ayant découvert une nouvelle façon de gagner de l’argent, sans avoir à se déplacer ni à jouer sur scène !
    Que faire face à Dieudonné ?
    Au gouvernement, face aux plaintes déposées, notamment des anciens combattants et prisonniers de guerre meurtris, on se demandait comment l’empêcher de se présenter aux élections de l’année suivante, les élections européennes, pour lesquelles il avait déja promis de se présenter. Contrairement à ce qu’il était allé annoncer quelques semaines plus tôt au Québec. Après son échec cuisant aux présidentielles l’humoriste n’avait en effet en rien abandonné la politique. Un avocat tenace, maître Thierry Lévy (qui avait assisté avec Badinter aux derniers instants de Claude Buffet), l’avait bien cerné chez lui, cette tendance, le soir du 8 mars 2010 où il était venu présenter le livre de Bruno Gaccio, des marionnettes des Guignols qui ne semblait pas avoir alors compris complètement sa dangerosité (le site de Soral le poursuivra pour ça d’une haine tenace en le présentant de façon odieuse).  Gaccio croyait encore à la liberté d’expression avec un bateleur menteur. Grave erreur de sa part. Arielle Schwab, présidente de l’UEJF se permettra dans Rue 89 de l’interpelleravec des mots justes, après le skectch immonde du Zénith : « aujourd’hui, tout est plus clair pour ceux qui ne voyaient pas ou ne voulaient pas voir les motivations de l’artiste. Aujourd’hui, Dieudonné tombe le masque et ne cache plus son antisémitisme derrière une rhétorique antisioniste. Non, Dieudonné n’est pas « l’homme de paix » qu’il a voulu présenter auprès de vous dans ses passages pour la promotion du livre. A chacune de ses sorties, Dieudonné incite à la haine entre les communautés. A chacun de ses coups d’éclats, Dieudonné pourfend le vivre-ensemble. Qu’on se le dise, puisqu’il l’assume, Dieudonné appelle à s’en prendre aux juifs. Vous doutiez hier encore que Dieudonné fût antisémite. Monsieur Gaccio, avez-vous aujourd’hui votre réponse ?«  images-55-2-1b68c.jpg
  • L’avocat lucide affirmait lui que les spectacles de Dieudonné n’étaient que des prétextes à des idées politiques. Il avait compris ce qu’était le personnage et la difficulté pour une démocratie à le contrer, tant il utilisait la manipulation et les artifices pour arriver à ses fins, grâce à un public conquis par ses pitreries de comédien. Un manipulateur, voilà bien ce qu’ il était. De l’art de tromper les gens, comme les négationistes trompent ceux qui n’ont aucune connaissance historique. Celui de Dieudonné était depuis cette sinistre soirée clairement défini : il ne s’agissait plus que de soutenir l’extrême droite négationniste en présentant son principal représentant comme un homme honnête, ce qu’il n’a jamais été de sa vie, qu’il a passée à falsifier dans le seul but de glorifier le nazisme. Il n’a en effet jamais été historien : ses seuls titres universitaires sont ceux sur la littérature comparée !
    L’année suivante verra l’artiste aux représentations annulées les unes après les autres, en raison de son positionnement odieux, aller à la pêche aux subsides, car privé de revenus de spectacles à l’extérieur de sa fameuse salle . Pour assouvir son besoin irrépressible de présenter la Shoah comme un événement sans importance, Dieudonné était désormais prêt à s’associer avec le diable. Financièrement exsangue, c’est ce qu’il fera en effet.
    (*) A Charléty, après avoir été copieusement sifflé à l’entrée et refoulé par des partisans de Ségolène Royal hostiles à sa présence, il se débrouillera pour y entrer quand même, bien encadré par Joss, son responsable de sbires, dont pas mal au crâne bien rasé, ressemblant fort à ceux du DPS. On le verra sur place, au milieu de la foule, béret bien enfoncé sur la tête, au mileu de la foule de supporters… ce faisant beaucoup plus discret qu’il n’avait pu l’espérer au départ, les gens de gauche ayant déjà cessé de croire en lui comme représentant. C’est évidemment l’ineffable Jules qui vendra la mèche, en écrivant boîte de cirage à la main que « comme d’habitude et, comme un poisson dans l’eau, Dieudonné échange avec des admirateurs. D’ailleurs, il a décidé de donner son suffrage à Ségolène Royal dimanche. Acte qui prouve son sens du devoir, des responsabilités et, son amour de la France. » Jules a décidément toujours eu un style proche des écrivaillons chantant les louanges des leaders nord-coréens… genre brosse à reluire.
  • Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :